Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La Colombie durcit les peines de prison contre les attaques à l'acide

NATALIA PONCE DE LEON FUNDACIÓN

Image empruntée au compte Facebook de Natalia Ponce de León.

En ce début d'année 2016, la Colombie a promulgué la Loi 1773. Connue aussi comme la Loi Natalia Ponce de León, elle renforce les peines et élimine certains allégements d'ordre judiciaire pour les auteurs d'agressions à l'acide et aux produits chimiques. Elle porte le nom de la victime d'une de ces attaques, dont le cas a enflammé les débats sur le vide juridique entourant ce type d'agressions dans le pays.

Le président colombien Juan Manuel Santos a souligné l'importance de la législation qui parvient à “associer des mesures et coordonner des institutions pour répondre, de la meilleure manière possible, à cette atteinte à l'intégrité humaine”.

Natalia Ponce de León, le symbole de la lutte contre les attaques à l'acide en Colombie, a été l'invitée spéciale de la cérémonie de promulgation. Pendant la cérémonie, elle a dévoilé son visage, qu'elle recouvrait jusqu'alors d'un masque, après pas loin de 20 opérations. Mme Ponce a manifesté sa gratitude au président et à ceux qui ont permis l'adoption de cette loi pour laquelle elle a lutté grâce à sa fondation.

En 2014, Natalia, 33 ans, a été agressée dans le hall d'entrée de son immeuble à Bogota par un jeune homme qui la harcelait. Elle raconte son histoire au quotidien El País :

Él intentó matarme, tuve quemaduras en todo el cuerpo, me destruyó la cara totalmente, perdí la calidad de mi vista, tragué ácido lo cual afectó mis vías respiratorias, no pude volver a trabajar, ahora estoy dedicada a mi recuperación, me han sometido a 16 cirugías y me faltan muchas más, hay días de depresión, de tristeza. Pero la vida sigue y aquí estoy para continuar y esperando que se haga justicia.

Il a essayé de me tuer, j'ai eu des brûlures sur tout le corps, mon visage a été totalement détruit, j'ai perdu en partie la vue, j'ai avalé de l'acide ce qui a affecté mes voies respiratoires, je n'ai pas pu retourner travailler, maintenant je me consacre à ma guérison, j'ai subi 16 opérations et il m'en reste encore beaucoup d'autres, certains jours c'est la déprime, la tristesse. Mais la vie continue et je suis là pour aller de l'avant en attendant que justice soit faite.

Des chiffres de l’institut médico-légal colombien révèlent que 56 femmes ont été victimes d'attaques à l'acide en 2010, 46 en 2011 et 80 en 2012.

Mme Ponce a en plus appelé la société à soutenir sa nouvelle initiative visant à créer une unité d'attention aux victimes de brûlures.

La nouvelle loi considère ce type d'attaques comme un délit spécifique. Les peines passent de 12 ans et 5 mois de prison à 20 ans si les victimes souffrent de séquelles irréversibles. Quand le préjudice subi par la victime est permanent, comme c'est le cas de Natalia, les peines passent de 20 ans et 9 mois à 30 ans voire plus. Mais si la victime est défigurée, la peine pourra augmenter d'un tiers.

Le travail de Natalia et de sa fondation a reçu un soutien général évident sur les réseaux sociaux. L'utilisateur Ricardo Galán attire l'attention du ministère public au sujet de l'agresseur de Natalia, qui attend son procès en prison :

Quelqu'un sait si l'agresseur de Natalia Ponce a été poursuivi en justice par la @FiscaliaCol [le ministère public colombien] ? À quoi cela lui sert-il d'avoir une loi à son nom, si c'est l'impunité totale ?

Juan Davíd C rend hommage au président tout en citant une autre loi approuvée :

il faut saluer ce qui ce fait de bien et je me réjouis que vous ayez signé la loi contre la maltraitance animale et contre les attaques à l'acide, merci

Tandis que d'autres se réjouissent comme Alina Mican :

La loi Natalia Ponce, quelle avancée contre l'impunité et pour combattre les attaques à l'acide en Colombie. Carlos Guevara et MovimientoMIRA [mouvement politique colombien] ont réussi

Mais certains ont contesté le nom choisi pour la loi :

Une loi contre les attaques à l'acide ne devrait pas s'appeler Natalia Ponce. Par respect pour le millier de femmes victimes avant elle (faites au moins semblant de vous intéresser à elles)

Avec les hashtags #‎NoMásAtaquesConÁcido et #NoMásÁcido  [Non aux attaques à l'acide, Non l'acide] les utilisateurs de Twitter ont soutenu publiquement Natalia. Voici le tweet de Jorge Peñuela :

#NataliaPonce le visage de la force, de la lutte et du pardon. Non aux attaques à l'acide pour le respect de la vie, pour le droit de vivre en paix.

Felipe Potes s'est aussi exprimé :

Il faut avoir un cœur très sombre pour jeter de l'acide à quelqu'un… ÇA SUFFIT !

Finalement, Natalia Ponce est très claire sur son compte Twitter :

Le phénix renaît de ses cendres, tout comme la Fondation Natalia Ponce de León Non à l'acide

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site