Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

4 poèmes malgaches sur l'amour impossible pour la Saint Valentin

Baobab amoureux - Madagascar - avec autorisation

Baobab amoureux – Madagascar – avec autorisation

La Saint Valentin est la pire journée de l'année ou la meilleure selon les personnes et les circonstances.

A Madagascar, la thématique de l'amour est souvent teintée de nostalgie et de souffrance. Voici  4 poèmes  sur l'amour impossible, écrit par des auteurs malgaches parmi les plus connus.

Voninkazo adaladala ( Fleur folle) par Georges ANDRIAMANTENA (Rado)    

Rado a publié sept recueils de poèmes, parmi lesquels Dinitra (1973), ny Voninkazo adaladala (2003) et ny fiteny roa (2008) sur  l'amour impossible dont le poème Fleur folle qui compare son attirance pour une personne qu'il ne peut avoir à une fleur qui pousse dans le désert :

Voninkazo adaladala, Voninkazo tsy misaina, Fa maniry samirery, Eny an-tany karankaina,  Ny manodidina rehetra, Efa ringitra avokoa, Efa tapitra matory, Izy irery no mifoha, Ity foko koa adala, Tsy mba manadino e ! Ny rehetra raha mangina, Izaho mbola mino e ! Mbola tena mahatsiaro, Ilay fitiavako taloha, Mbola velona ao am-poko, Tsy mitsahatra mamoy Voninkazo, adaladala e !

Fleur folle, fleur irréfléchie, Qui persiste à pousser sur un terrain en jachère. Partout, tout autour et déjà, c’est la désolation et tout sommeille.  Et seule, elle demeure éveillée toute seule. Il existe encore et quelque part aussi. Mon cœur est tout aussi fou et refuse aussi l’oubli. Le silence demeure autour de mon amour mais je continue à croire.  Je garde en mémoire et me souviens toujours de mon amour perdu auquel j'ai toujours cru. Cet amour est toujours aussi fort, et me tient en éveil la nuit.

Le poème a été mis en chanson par le chanteur Erick Manana :

De la même manière, un autre texte moins connu de Rado, traite aussi de la douleur silencieuse d'un coeur meurtri.

Georges Andriamanantena via his facebook tribute page with permission

Georges Andriamanantena (Rado) , via sa page Facebook. Avec permission

Voici  un de ses poèmes, Ho any ianao (Tu iras la voir), un extrait :

Ho any ianao,kanefa….
Aza ataonao fantany izao fahoriako izao
Fa aoka hiafina aminy
Ny ketoky ny jaly
Nanempaka ny aiko,tanatin'ny longoa
Izay namandrihany ahy…
Ny dinitry ny foko manorika ahy mangina,
Fa sempo-tsasak'alina
Misaina ity anjarako,
Aza ataonao fantany!
[..]
Eny e ! Ampy izay.Tongava soa aman-tsara !
Dia akatony mora
Io varavarako io
Fa hitomany aho…
Rado, janoary 1966

Tu vas la voir, mais…
Ne lui parle pas de ma souffrance,
Laisse-la ignorer la morsure de la douleur
qui déchire mon être,
dans les rets où elle m'a attrapé,
Mon coeur transpirant qui m'étouffe en silence
au milieu de la nuit
quand je pèse ma destinée,
Ne la laisse pas savoir !
[..]
Tel est mon message. N'oublie pas.
Et Adieu !
Mais avant d'aller,
cette main qui est la tienne, qu'elle ne touche rien,
avant de s'unir à la sienne…
Oui, c'est tout. Fais bon voyage.
Et je t'en prie, ferme cette porte
Sur mes larmes.
Rado, janvier 1966.

Tiako hianao (Je vous aime)- Hain-teny, texte traditionnel malgache (auteur inconnu)

Tiako hianao

Ary tianao tahaka ny inona ?

Tiako tahaka ny vola hianao

Izany tsy tianao aho

Fa raha noana hianao atakalonao hanina.

Tiako tahaka ny varavarana hianao.

Izany tsy tianao aho.

Tiana ihany ka atositosika.

Tiako tahaka ny lambamena hianao.

Izany tsy tianao aho.
Fa efa maty vao mihaona.

Je vous aime.

— Et comment m'aimez-vous ?

— Je vous aime comme l'argent.

— Vous ne m'aimez pas :

Si vous avez faim, vous m'échangerez pour ce qui se mange.

— Je vous aime comme la porte.

— Vous ne m'aimez pas :

On l'aime, et pourtant on la repousse sans cesse.

— Je vous aime comme le lambamena.

— Vous ne m'aimez pas :

Nous ne nous rencontrerons que morts.

TSIKY FOANA (Garder le sourire) de Hanitr’ Ony

Fanambinana no antsoiny
Fiherenana ho ambony
Famafàna lonilony
Faneken-tsy ho resy intsony
N'inon'inona ampitsoiny
Andramo kely anie ‘zany, hono,
Tsiky foana foana alohany
Dia lefahany ny fony…

Hanitr'Ony

Il demande la chance
Il se redresse pour aller plus haut
Ecarter les acrimonies
Pour ne plus accepter la défaite
Quelque soit l'avenir
Essayer donc cela
Mettre le sourire en avant
Maitriser son coeur

Hanitr'Ony

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site