Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Aqeela Asifi : Un professeur en exil poursuit le combat

Aqeela Asifi

Aqeela Asifi évoque son parcours. Image: Varkey Foundation Global Teacher Prize / YouTube

Imaginez­-vous enseigner depuis 23 ans dans un petit camp de réfugiés afghans dans le village de Kot Chandana, aux alentours de la province de Punjab, au Pakistan, et apprendre un jour que Stephen Hawking lui-­même a vanté vos mérites et votre travail. Aqeela Asifi, une des dix finalistes du Global Teacher Prize (le Prix international du meilleur enseignant)cette année, connaît bien ce sentiment. Dans une vidéo postée sur la page Facebook du concours, le professeur Hawking en personne annonçait les finalistes de cette année, et Asifi en fait partie.

Le site internet du concours nous informe que le prix est remis chaque année à un enseignant vraiment hors du commun :

Le Global Teacher Prize est une récompense de 1 million de dollars décernée tous les ans à un professeur exceptionnel qui a apporté une contribution mémorable à sa profession. Le prix permet de souligner l'importance des enseignants et le fait qu'à travers le monde leurs efforts méritent d'être reconnus et célébrés.

La vie d'Asifi en Afghanistan était relativement simple. Elle appartenait à une famille qui encourageait son droit à l'éducation, malgré les obstacles culturels. Elle était satisfaite de sa carrière de professeur à Kaboul, jusqu'à ce que la prise de pouvoir par les talibans ne l'empêche de continuer son travail. Asifi et sa famille ont trouvé refuge au Pakistan en 1999, dans l'espoir d'un avenir meilleur et plus sûr.

C'est dans un camp de réfugiés afghans qu'elle a commencé sa lutte courageuse et infatigable pour l'éducation des jeunes réfugiées afghanes. Cela ne s'est pas avéré facile, et Asifi a rapidement compris qu'elle avait affaire à des gens qui n'avaient aucune notion du droit à l'éducation pour les filles. Dans une interview avec les organisateurs du Global Teacher Prize, Asifi résumait son parcours :

Quand je demandais aux filles pourquoi elles étaient absentes de l'école, elles répondaient que les filles n'étaient pas supposées y aller.

Infatigable, Asifi a aménagé une petite salle de classe dans le camp de réfugiés où elle enseigne depuis maintenant des années, recevant de multiples prix pour son travail. Elle fait ce travail depuis si longtemps désormais qu'elle a même commencé à enseigner aux filles de sa première promotion d'étudiantes.

Les filles auxquelles j'ai enseigné il y a de cela 20 ans envoient désormais leurs filles à mon école, donc je forme la deuxième génération de mes étudiantes

Lili Mao, une étudiante diplômée du département de Management Télévisuel à l'université de Drexel, voyageait au Pakistan en décembre dernier pour filmer Asifi travaillant avec les Afghanes. Mao a ressenti la soif des jeunes filles de recevoir une éducation. C'est ce qu'elle a raconté au journal de son université :

J'ai interviewé quelques filles à leur école, et elles ont partagé leurs rêves avec moi. Une des filles a dit qu'elle voulait être professeur, pour pouvoir enseigner à d'autres réfugiées, comme Asifi. Une autre fille a dit qu'elle voulait devenir médecin pour servir son pays.

Malala Yousafzai, lauréate pakistanaise du prix Nobel, connue pour promouvoir le droit universel à l'éducation, a contacté elle aussi Asifi, la félicitant au téléphone de figurer parmi les finalistes pour le Global Teacher Prize. Le père de Malala Yousafzai, Ziauddin Yousafzai, a transmis lui aussi ses meilleurs vœux à Asifi sur Twitter :

Malala et moi-­même avons félicité Aqeela pour sa place de finaliste du Global Teacher Prize ainsi que pour son travail pédagogique

Ce n'est pas la première fois qu'Asifi est reconnue pour son travail. En 2015, la médaille Nanseen lui a été attribuée par le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés.

Il est incroyable de voir qu'aujourd'hui Asifi dirige neuf écoles différentes comptant approximativement 900 élèves.

Partout au Pakistan, des internautes ont chaleureusement accueilli sa nomination :

J'ai hâte de rencontrer Aqeela Asifi qui soutient de manière courageuse et infatigable l'éducation des filles afghanes réfugiées au Pakistan.

Une enseignante PAKISTANAISE parmi le top 10 de Stephen Hawking pour le Global Teacher Prize. Bravo Aqeela Asifi.

Félicitations à Aqeela Asifi d'être parvenue jusqu'au top 10 des finalistes pour le Global Teacher Prize.

Fière d'avoir de super femmes comme Aqeela Asifi. Plus de pouvoir pour ce genre de personnes <3

La Pakistanaise Aqeela Asifi accède à la finale du Global Teacher Prize.

Les autres finalistes, retenus parmi les 8000 candidats, regroupent des enseignants venus de Palestine, d'Inde, des États-­Unis, du Royaume-­Uni, du Kenya, de Finlande, d'Australie et du Japon.Le Forum Mondial de l'Education et des Compétences annoncera le gagnant le 13 mars 2016 à Dubai. Quelle qu’en soit l'issue, Asifi a déjà conquis de nombreux cœurs grâce à son travail dans l'éducation et elle n'est pas près de s'arrêter là.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site