Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La Journée Internationale de la Femme au Japon, entre mimosa, guerrières et statistiques du harcèlement

新島八重

Actrices d'une revue historique au Japon. Personnage de droite : Niijima Yae. Capture d'écran d'une vidéo YouTube de Tsunoda Kazushi.

Le 8 mars, Journée internationale des Droits des femmes, est appelée au Japon la Journée du Mimosa (ミモザの日, la fleur, pas le cocktail champagne-jus d'orange).

Ce n'est pas un jour férié au Japon, mais les médias sociaux relaient les messages d'amour, d'affection et de reconnaissance pour les femmes.

Bonjour. Aujourd'hui est la Journée Mondiale des Femmes — Journée du Mimosa.

En Italie c'est le jour où les hommes offrent des fleurs de mimosa aux femmes en signe de gratitude.

Alors, à toutes les femmes actives je voudrais dire un grand merci :)

Certaines marques trouvent dans le 8 mars une autre façon de s'adresser à leur cible de marketing. Fiat Japon a ainsi tweeté :

Chaque année le 8 mars l'ONU observe la “Journée Internationale des Femmes”. En Italie cette journée est connue comme la “Festa della donna” (Fête des Femmes), et les femmes reçoivent des fleurs jaunes (mimosa) en signe de reconnaissance.

Et si vous surpreniez [les femmes de votre vie] avec des fleurs aujourd'hui ?

D'autres entreprises utilisent la Journée Internationale de la Femme comme une occasion de prendre les quesrions féministes plus au sérieux.

A l'approche du 8 mars, Journée internationale de la Femme, nous proposons une sélection d'ouvrages relatifs aux droits des femmes et à l'égalité pour les femmes.

Le gouvernement japonais promeutune société dans laquelle les femmes sont dynamiquement engagées” (女性が輝く社会, parfois traduit par “Les femmes revitaliseront le Japon”), si le gouvernement est conscient de l'histoire des femmes pourquoi rien n'a-t-il été fait pour remédier à la discrimination qui existe contre les femmes ?

Inégalités et discrimination au Japon

Malheureusement, quand on compare la situation des femmes dans les autres économies avancées, le Japon fait mauvaise figure. Le bureau de Tokyo de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a tweeté :

Pour le nombre de femmes élues à des fonctions nationales, le Japon est parmi les derniers.

Selon les chiffres de l'OCDE, le Japon est bon dernier des Etats membres pour le nombre de femmes dans la représentation politique. Une carte en meilleure résolution peut être vue ici.

La Journée internationale de la Femme de cette année suit de moins d'une semaine une étude officielle japonaise établissant que 30 % des Japonaises qui travaillent subissent le harcèlement sexuel.

30 % des femmes au travail sont harcelées sexuellement.

[Types de harcèlement sexuel et pourcentage de sondées les ayant subis (D'après une enquête du Ministère de la Santé, du Travail et de la Protection Sociale. Réponses multiples possibles)
Réflexions sur l'âge, l'apparence et autres caractéristiques extérieures : 53,9 %
Contacts physiques non nécessaires : 40,1 %
Réflexions ou questions sur des sujets sexuels : 38,2 %
Questions excessives sur la vie privée, comme le statut marital ou les enfants : 36,8 %
Forcée à participer au karaoke, servir de l'alcool, s'asseoir à une place déterminée aux soirées arrosées : 35,2 %
Invitations insistantes au restaurant ou à des sorties : 27,5 %
Propositions sexuelles : 16,8 %
*Les chiffres montrent le pourcentage de sondées qui ont connu chaque type de harcèlement parmi la totalité de celles qui ont connu le harcèlement sexuel]

La prise de conscience sociétale du problème du harcèlement sexuel (セクハラ, sekuhara) progresse malgré tout, même si de grandes marques peuvent persister dans l'incompréhension. Une récente campagne publicitaire de Pizza Hut mettant en scène “l'idole” Nishino Nanase a été critiquée pour toujours encore réduire les femmes à des objets :

[Message publicitaire] “Alors, où est votre partie la plus savoureuse ?”

Si ça, ce n'est pas du harcèlement sexuel !?

Autre difficulté affrontée par les femmes au Japon : les inégalités croissantes de revenus, avec un enfant sur six vivant dans la pauvreté, dont la majorité dans des familles monoparentales dirigées par une femme.

Et pour beaucoup de femmes, les “Womenomics” [la politique économique pour les femmes] de l'actuel gouvernement Abe ne signifie rien d'autre que de devoir travailler plus en échange de moins de temps libre.

Rendre à César ce qui est à César

Le Japon a une longue tradition de femmes d'action et de “guerrières”, de l'antiquité à nos jours. S'il y a une grande marge de progrès pour les droits des femmes, il y a aussi eu ces dernières années des lueurs d'espoirs où des figures féminines ont reçu de l'opinion un respect mérité.

Le blog Tofugu sur la culture japonaise a consacré une série entière aux Femmes “qui déchirent” du Japon.

Par ailleurs, en 2013, les guerrières ont joué le premier rôle dans un drame historique de la télévision publique japonaise NHK. La série étirée sur une année Yae no Sakura (八重の桜) relatait les événements de la guerre de Boshin au milieu du XIXème siècle en explorant les vies de deux femmes qui y ont combattu, Niijima Yae et Nakano Takeko. Toutes deux venaient d'Aizu, aujourd'hui Fukushima.

Si Nakano, tuée à la guerre, est considérée comme une héroïne populaire moderne, ce n'est qu'avec le drame de 2013 que Niijima Yae est entrée dans la conscience du public.

Quand on parle des femmes d'Aizu c'est toujours Nakano Takeko, mais après avoir regardé la série toute l'année tout le monde parle de Niijima Yae.

[Note : l'affiche, photographiée à Aizu, Fukushima, montre Ayase Haruka, l'actrice interprétant Niijima Yae dans la série.]

La série avait démarré moins de deux ans après la catastrophe du Tohoku en 2011, qui dévasta Fukushima et une partie du Nord-Est du Japon.

Pour beaucoup, l'endurance, le cran et la détermination des femmes symbolisaient l'esprit de Fukushima et la volonté de reconstruction après le séisme, le tsunami et l'accident nucléaire.

Texte de l'affiche : Aizu [Fukushima] ne cèdera jamais

J'ai récemment regardé Yae no Sakura.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site