Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

L'impact des réseaux sociaux sur les élections générales de 2016 au Niger

poster de tous les candidats au poste supreme au Niger - par l'auteur

poster de tous les candidats au poste supreme au Niger – par l'auteur


Le premier tour des élections générales nigériennes de 2016 s'est déroulé le dimanche 21 février 2016. Le second tour aura lieu le 20 mars, afin d'élire le président et les membres de l'Assemblée Nationale.
Au Niger, le système électoral est uninominal à deux tours dans le cas des présidentiel. Un candidat est élu s'il reçoit plus de 50 % des voix. Dans le cas contraire, les deux candidats ayant reçu le plus de voix sont en lice pour le second tour qui a lieu trois semaines plus tard. Le vainqueur du deuxième tour devient président.
Le président sortant Issoufou Mahamadou âgé de 63 ans, brigue un deuxième mandat de 5 ans. Selon les résultats publiés ce vendredi 26 février par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) , il est crédité de près de 48,41 %, ce qui le contraint à affronter au second tour son principal adversaire, Hama Amadou qui a recueilli pour sa part 17,41 % des voix. L’opposition a déjà accusé le pouvoir de fraude et a annoncé qu’elle ne reconnaîtrait pas les résultats. Mais l'opposition n'est pas la seule à critiquer cette commission : nombreux sont les observateurs qui s'interrogent sur le fonctionnement de la CENI. Même dans le camp de la majorité certains font le constat d'un scrutin préparé dans la précipitation, avec des membres de bureau de vote nommés et formés à la dernière minute.

C'est comme si la mission avait été trop lourde pour les épaules des responsables

confie un membre du gouvernement. Le deuxième tour se prépare donc entre Hama Amadou et Issoufou, dont la campagne électorale est ouverte le mardi 08 mars 2016 à zéro heure et sera close le vendredi 18 mars 2016 à minuit.

Cartographie des résultats des élections au Niger via G. Luton

Cartographie des résultats du 1er tour des élections au Niger via G. Luton

L’utilisation des réseaux sociaux par la jeunesse Nigérienne lors de ces élections est très encourageante. Entre diverses discussions sur le processus électoral, ces jeunes et les partisans des différents candidats et formations politiques, se sont s’exprimé pour donner des informations leur avis sur les élections via Facebook, Twitter et Whatsapp pour faire véhiculer facilement les informations venant de tout le pays. On s’attend ainsi à suivre en direct le déroulement du vote dans les différents coins du pays et à coup sûr la proclamation des résultats via les médias sociaux. Les jeunes ne s’intéressent plus aux radios ou aux télévisions car un smartphone suffit pour suivre en direct. Ainsi le résultat de tout ce qui se passe dans le pays est rapporté sur twitter avec les hastags : ‪#‎présidentielles‬ ‪‪#team223 ‪#‎jevote‬ ‬ ‪#‎jevote‬ ‪#‎pour‬la‬‎stabilité‬ #Takara2016 #NigerVote #niger.

Pour la première fois dans l’histoire démocratique du pays, les réseaux sociaux ont joué un rôle important dans la campagne des différents candidats et partis politiques. Pour les journalistes et hommes de médias, les différentes publications ont été de véritables mines d’informations. Ces nouveaux moyens de communication ont permis un dialogue de haut niveau, argumenté et documenté entre les nigériens d’horizons divers d’une part et d’autre part entre adversaires politiques. Ils ont aussi permis à nos dirigeants d’avoir un aperçu de ce que la presse internationale en particulier pense de ces élections. On peut enfin noter que les réseaux sociaux permet à nos décideurs qui sont de plus en plus presents sur les réseaux sociaux de pouvoir se sensibiliser aux préoccupations de la génération consciente et si possible aussi répondre à ces préoccupations-là une fois au pouvoir.
Enfin ,Il est important de noter que les problèmes les plus importants du Niger qui sont la fraude électorale, le trouble public, la corruption, les détournements des fonds publics, le chomage, et les problèmes d’insécurité face au menace du groupe armée Boko Haram ont aussi été discuté abondamment sur les réseaux sociaux.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site