Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

#WhereisBassel (où est Bassel): le technologue syrien emprisonné est toujours porté disparu

#WhereisBassel campaign image, for wide distribution.

Visuel de la campagne #WhereisBassel, à diffuser largement.

Les amis et défenseurs de Bassel Khartabil, développeur palestino-syrien de sites web et partisan des logiciels open source, relancent une campagne pour demander où il se trouve exactement. En octobre 2015, le technologue, connu aussi sous le nom de Bassel Safadi, a été déplacé de la prison civile Adra bien connue à Damas vers un lieu inconnu.

Dans le monde entier, ses défenseurs demandent à être informés du lieu où il se trouve et sur sa sécurité. Des manifestations sont organisées dans plusieurs villes européennes et américaines le 19 mars 2016.

Khartabi, qui a passé 4 ans en prison avant sa disparition, est à l'origine de Creative Commons en Syrie et a travaillé activement sur des projets tels que Mozilla Firefox et Wikipedia avant son arrestation en 2012. On lui doit l'ouverture de la Syrie à l'internet et le développement de l'accès en ligne et de l'information du public. Selon le Parlement Européen, sa détention démontre la volonté du gouvernement syrien de réduire l'accès en ligne pour les communautés et d'étouffer la liberté d'expression dans le pays.

Dans les médias sociaux, Creative Commons est le premier à demander où se trouve Khartabil :

Le 19 mars, aidez-nous à mobiliser l'attention sur la disparition de Bassel Khartabil

Sur cette vidéo, Jimmy Wales, le fondateur de Wikipedia, appelle à une manifestation générale le 19 mars à l'occasion de la campagne #WhereisBassel (où est Bassel) :

Sur freebassel.com, un site créé par les défenseurs de Khartabil, Wales explique :

Aujourd'hui 15 mars, c'est un anniversaire important pour deux raisons. Pour le monde, c'est le 5ème anniversaire du début du conflit syrien. Pour moi personnellement, et pour tous ceux qui défendent le mouvement Wikipedia et le mouvement open source, c'est le 4ème anniversaire de la détention de Bassel en Syrie. Pendant 4 jours, nous allons organiser des manifestations dans de nombreuses villes du monde. Vous en trouverez la liste sur le site. La vrai question que nous souhaitons poser au monde, le message que nous voulons que vous fassiez passer à vos amis, familles, aux médias partout est le suivant : “Où est Bassel ? Nous devons savoir ce qu'il est arrivé à Bassel.”

Les manifestants sont incités à découper un portrait de Khartabil en taille réelle, à le coller sur du carton pour poser avec lui et prendre un selfie.

Rejoignez la campagne globale de selfies #WhereIsBassel le 19 mars !

Confirmation de la manifestation à Londres, MARBLE ARCH le 19/03 à 14h

Où qu'ils soient les défenseurs de Bassel peuvent exprimer leur soutien :

On vous demande de manifester dans vos villes, vos bureaux, etc…

Trouvez une photo de Bassel, découpez-la et prenez un selfie avec sa photo, puis téléchargez le sur les médias sociaux sous #WhereIsBassel

Khartabil a été arrêté le 15 mars 2012, le jour du premier anniversaire du début de la révolution syrienne. Il a été interrogé et torturé pendant 5 jours par la Section Militaire 215. Il a ensuite été transféré à la Division des Interrogatoires Section 248 et détenu au secret pendant 9 mois.

Rejoignez une manifestation #WhereisBassel

London: Marble Arch à 14h
Paris: Centre Georges Pompidou à 14h
Berlin: Alexanderplatz Berlin à 14h
San Francisco: Music Concourse, Golden Gate Park à midi
Boston: Copley Square à 15h

Le 9 décembre 2012, Khartabil il a été déféré devant un procureur militaire sans avoir droit à un avocat et condamné pour “espionnage pour le compte d'un ennemi de l'Etat”. Il a ensuite été envoyé à la prison de Adra, où il était détenu jusqu'à sa disparition le 4 octobre 2015.

Le 12 novembre 2015, Noura Ghazi, la femme de Khartabil, a rapporté une rumeur selon laquelle son mari avait été condamné à mort à huis clos par le gouvernement syrien. Cette information n'a jamais été confirmée et ses proches considèrent qu'il s'agit d'une tactique d'intimidation.

Depuis, ses amis et défenseurs ne cessent demander #WhereisBassel (où est Bassel) et s'interrogent sur ce qui s'est passé au cours de ces 5 mois qui ont suivi sa disparition.

Donatella, responsable italienne d'une communauté Creative Common, demande :

Aujourd'hui marque la 4ème année d'emprisonnement pour Bassel et le 5ème mois depuis sa disparition de la prison d'Adra en Syrie. Nous demandons où est Bassel

De San Francisco, Niki Korth, artiste et défenseur de Bassel, tweete :

4 ans aujourd'hui que Bassel nous manque sur les conversations publiques. Ses remarques constructives nous manquent

De plus, elle partage cet outil qui permet de partager les tweets de Khartabi. Elle explique :

Ce site est un cadre qui utilise les archives publiques des tweets de Bassel pour lui redonner une place dans les échanges actuels. En lisant, citant et partageant ses paroles passées, nous le rendons présent aujourd'hui, et nous travaillons pour un avenir où il sera libre et où ce site n'aura plus de raison d'être.

Au Liban Mohammad Najam, un ami de Khartabil qui se bat pour qu'il retrouve la liberté, partage cette pétition. Najem écrit :

Samedi 19 mars, la campagne LIBEREZBASSEL s'associe à la Fondation Jimmy Wales pour la liberté d'expression afin de créer une journée de sensibilisation #WhereIsBassel (où est Bassel). Nous demandons aux défenseurs et amis de Bassel de fabriquer des masques de Bassel et de se prendre en selfies à partager en ligne. On peut imprimer des masques et partager les selfies sur la page Facebook https://www.facebook.com/events/199940690370370/. Et n'oubliez pas de partager sur Twitter sous le hashtag #WhereIsBassel.

Pour en savoir plus ou soutenir Bassel, participer à un événement public, rendez vous sur le site freebassel.org ou tweetez l'image ci-dessus à l'aide du hashtag #WhereisBassel.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site