Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La longue marche d'un éléphant vue comme un signe de stabilisation de la Somalie

An African Bush Elephant. Photo released under GNU Free Documentation License by Wikipedia user Muhammad Mahdi Karim.

Un éléphant africain. Photo sous licence GNU Free Documentation sur Wikipedia, crédit Muhammad Mahdi Karim.

Un éléphant mâle solitaire appelé Morgan a surpris les environnementalistes en effectuant une marche de  220 kilomètres, du Kenya à la Somalie.  Les éléphants n'ont pas été vus, où très rarement, en Somalie au cours des dernières vingt années, en raison de la guerre civile.

Morgan, qui a environ 30 ans, portait une balise sur collier, ce qui a permis de visualiser sa marche de trois semaines vers le nord. Des articles de presse affirment qu'il s'agit du premier éléphant vu en Somalie depuis le début de la guerre civile, dans les années 1980.  Al Jazeera avait cité des autorités locales somaliennes en septembre  2015 : elles assuraient que des lions, des léopards, des girafes, des buffles et des autruches avaient traversé la frontière vers la Somalie.

“De tous les traçages que nous avons effectués en Afrique, ces transhumances (et les circonstances qui les entourent) sont exceptionelles” confirme Iain Douglas-Hamilton de l'association Save the Elephants. “La traversée par ce mâle solitaire de tout le district de Lamu, depuis la rivière Tana jusqu'à la frontière somalienne n'a jamais été vue par personne avant.”

Morgan a quitté le delta de la rivière Tana au Kenya à la mi-février et est arrivé en Somalie au début de mois de mars. L'éléphant a passé moins de 24 heures en Somalie avant…de rebrousser chemin.

Pourquoi les éléphants ont-ils quitté la Somalie il y a 20 ans ? 

 La guerre civile en Somalie qui perdure depuis les années 80 n'a pas uniquement obligé des milliers d'humains à fuir, mais également beaucoup d'animaux sauvages. Quand les populations ont fui vers les camps de réfugiés au Kenya, en Ethiopie, et ailleurs, beaucoup d'animaux, et surtout les Big Five (le lion africain, l'éléphant africain, le buffle du Cap, le léopard africain, le rhinocéros blanc ou noir) ont migré vers les grandes réserves naturelles du Kenya. Effet collatéral du conflit, les éléphants étaient la cible du braconnage, source de revenus pour les combattants.

Le sud de la Somalie était un sanctuaire pour les cinq ‘big five’ avant l'effondrement du pouvoir central en 1991. La région est arable, comparée au reste de la Somalie, aride ou semi-aride, et les deux plus grandes rivières de Somalie, Jubba et Shabelle, la traversent.

Mais c'est aussi une région tourmentée, sous le contrôle de Al Shabaab avant que l'armée du pouvoir central, épaulée par le Kenya, ne le repousse. Le bref retour de Morgan pourrait être le signe d'un retour à la stabilité.

Beaucoup d'internautes ont accueillis la nouvelle avec joie et anticipation. Sur Twitter, la Wildlife Conservation Society écrit :

La marche épique de l'éléphant, de Lamu à la Somalie, prouve l'importance de la préservation de l'habitat et des corridors pour les éléphants https://t.co/VAUf398zDL pic.twitter.com/cPAqjRQFZ7

‘S'il vous plait, fermez-la’

L'histoire de Morgan a été publiée sur la page Facebook de Save the Elephants, et certains ont trouvé qu'elle aurait du rester secrète même si selon les relevés de géolocalisation, l'éléphant ne s'est aventuré que sur 3km en Somalie. Les braconniers lisent aussi Facebook.

Adrienne Hesford écrit :

the very best thing for Morgan, would have been to keep silent about his existence and whereabouts. I now fear for the safety of him and any other elephants in his area.

La meilleure chose à faire pour Morgan serait d'avoir gardé le silence sur son existence et le lieu où il se trouve. Je crains maintenant pour sa sécurité et celle de tout autre éléphant dans les parages.

Julie Goodison donne ce conseil :

the BEST thing you can do for Morgan is to please SHUT UP about his whereabouts for heavens sake!!!! and dye his tusks of course

La MEILLEURE chose que vous puissiez faire pour Morgan, c'est de, s'il vous plait, LA FERMER et ne pas révéler où il se trouve, pour l'amour du ciel !!!! Et teindre ses défenses, bien sûr.

Christie Haskins s'interroge sur la logique de la publicité qui entoure la longue marche de Morgan.

This post and publicity is bad because it places this magnificent elephant at unnecessary risk. I'm very worried about him.

Ce post et cette publicité sont néfastes, parce qu'elles mettent ce magnifique éléphant en danger, sans nécessité. Je suis très inquiète pour lui.

Les éléphants africains sont considérés comme vulnérables, sur la liste rouge des espèces en danger de l'IUCN, exposés au braconnage et à la destruction de leur habitat naturel.

‘Les miracles arrivent’

Barbara Thomson remarque :

Miracles happen, now we must keep an eye on this elephant, and the Somalis should be encouraged toward conservation and not killing.

Les miracles arrivent, maintenant, nous devons garder un oeil sur cet éléphant, et les Somaliens devraient être encouragés à les protéger, pas à les tuer.

Julius Mbuyi pense que le Kenya est le meilleur endroit où Morgan puisse vivre :

That elephant need to be returned to Kenya at the earnest time possible!

Cet éléphant doit être rendu au Kenya aussi rapidement que possible !

Nilmini Lekamge suggère que l'éléphant soit surveillé :

Can they put a guard for him? He is tagged after all. If there is only one, it shouldn't be hard. I hope!!

Ne pourrait-on pas lui affecter un garde ? Il porte une balise de toute façon. S'il n'y en a qu'un, ce ne devrait pas être trop difficile. J'espère !!

Un Somalien sur Facebook, Young Ak,demande au  Kenya de rendre les éléphants somaliens :

Sweet home sweet welcome back home civil war is over! Kenya should return the remaining Somali Elephants or share 10% of Tourist revenues for 200 years with Somalia.

Sweet home, bienvenue à la maison, la guerre civile est finie ! Le Kenya devrait rendre le reste des éléphants somaliens ou partager 10 % des revenus tirés du tourisme pendant 200 ans avec la Somalie.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site