Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

L'histoire d'amour de Mark Zuckerberg avec la Chine irrite les internautes

Meme of Zuckerberg jogging in Beijing spread on Facebook. Via OpenStudioHK.

Un meme de Mark Zuckerberg faisant son jogging à Beijing qui s'est répandu sur Facebook. Via OpenStudioHK.

Que l'enthousiasme et l'attitude positive du fondateur de Facebook Mark Zuckerberg envers la Chine soient sincères ou seulement une genefluxion devant le plus grand marché internet du monde, les internautes ont peu d'indulgence face à son attitude, oublieuse des atteintes aux droits humains en Chine.

Ces internautes critiques se font de plus en plus nombreux sur sa page FB.

Le 18 mars, Zuckerberg a posté une photo devant la Cité interdite de Beijing et écrit:

It's great to be back in Beijing! I kicked off my visit with a run through Tiananmen Square, past the Forbidden City and over to the Temple of Heaven.

C'est génial d'être de retour à Beijing! J'ai attaqué ma visite par un jogging sur la place Tiananmen, ensuite autour de la Cité interdite et jusqu'au Temple du ciel.

Immediatement, les commentaires sarcastiques ont fusé.

L'un des plus aimés a été le commentaire de Joshua Wong, un leader étudiant connu de Hong Kong, qui a posé cette question:

How to update your Facebook in China?

Comment mettre à jour sa page Facebook depuis la Chine ?

Facebook est bloqué en Chine depuis 2009 et durant les deux semaines de conclave du parlement à Beijing, du 5 au 16 mars, les grands réseaux sociaux qui permettent d'obtenir des informations non censurées d'au-delà de “la grande muraille de Chine” ont été interrompus.

Par ailleurs, dans des provinces ‘sensibles’, comme le Xinjiang, ceux qui utilisent  l'application WhatsApp ou des VPN (Réseaux privés virtuels) courent le risque de voir leur abonnement téléphonique suspendu. De fait, la liberté dont jouit Mark Zuckerberg en Chine est exceptionnelle.

Le leader du mouvement politique de Hong Kong Civic Passion, Wong Yeung-tat, a posé une autre question pour rappeler à Marc Zuckerberg le massacre des étudiants et manifestants de la place Tiananmen en 1989:

Did u see the tank?

Vous avez vu le tank?

Cao Yuzhou lui a donné plus d'informations sur cette date et ce lieu :

Le sol que vous foulez a été couvert du sang des étudiants qui se sont battus pour la démocratie. Mais bon, profitez bien de votre jogging en Chine, Mark.

La place Tiananmen est devenue un lieu politiquement très sensible. Les mouvements brusques ou les activités de groupe sans autorisation préalable du gouvernement y sont interdits.

Qingye Jiang le rappelle à Mark Zuckerberg :

Mark, you have a total number of 6 people in the running team. Did you apply for the authorization to run on the street? If not, this is illegal in China. Please respect the local law when you are in a foreign country.

Mark, vous étiez six en tout à faire du jogging. Est-ce que vous avez demandé l'autorisation de courir dans la rue? Non ? C'est illégal en Chine. Merci de respecter les règlementations locales quand vous êtes à l'étranger.

Moins orientés vers la politique, d'autres internautes s'inquiètent de la santé de Mark Zuckerberg, l'indice de qualité de l'air ce vendredi précis ayant atteint des niveaux dangereux.

Michael Wester, du blog d'art de vivre The Beijinger, se moque de l'amour de Mark Zuckerberg pour la Chine :

How far would you go to curry favor with China?
How about running through Tiananmen Square without a mask in this morning's thick-as-pea-soup AQI 337 air? […]
If this doesn't get Facebook unbanned in China, nothing will.

Jusqu'où iriez-vous pour obtenir les faveurs de la Chine ? Pourquoi ne pas courir sans masque dans la purée de pois qu'est l'air, avec un indice de AQI 337? […] Si cela ne parvient pas à lever le blocage de Facebook en Chine, rien n'y arrivera.

Des mèmes du jogging de Mark Zuckerberg se sont rapidement répandus sur les comptes Facebook de Hong Kong, où le réseau social n'est pas bloqué.

En voici un sur le ‘smog’.

Image from Open Studio Hong Kong's Facebook.

Image de la page FB de Open Studio à Hong Kong

Ce n'est pas la première fois que Mark Zuckenberg est victime de ce type de plaisanteries sur Internet.

Quand le roi de l'internet chinois Lu Wei s'est rendu au siège de Facebook dans la Silicon Valley en décembre 2014, Mark Zuckerberg a été photographié avec le livre du président chinois Xi Jinping, ‘La gouvernance de la Chine’, sur sa table.

Les sites d'information chinois ont assuré qu'il avait acheté plusieurs exemplaires du livre pour ses collègues, pour qu'ils puissent comprendre le socialisme à visage chinois. Mark Zuckerberg a été alors représenté dans les mèmes sur internet comme un Garde rouge (les soldats de la tristement célèbre Révolution culturelle chinoise), le livre de  Xi Jinping à la main.

En octobre dernier, il a été ridiculisé une fois de plus sans merci pour avoir demandé à Xi Jinping de choisir un prénom pour sa fille, qui n'était pas encore née. Une proposition que Xi Jinping a promptement déclinée.

@Tibetans Tibétains, quel amour ! Xi Jinping a refusé d'aider Mark Zuckerberg à trouver un prénom pour son futur bébé.

Mark Zuckerberg assistera au Forum pour le développement de la Chine cette année. On peut parier que ses marques de déférence très publiques à l'égard du président Xi continueront à attirer l'attention.

1 commentaire

  • […] Global Voices nous rapporte les péripéties de Mark Zuckerberg en Chine. Tandis que les autres médias nous annonçaient ce scoop sur le fait que Mark Zuckerberg avait échangé son T-shirt gris contre un costume pour rencontrer des responsables chinois, les internautes ont préféré montrer l’hypocrisie de Mark Zuckerberg en passant sous silence la censure chinoise. […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site