Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Amnesty International : “Les réfugiés ne sont pas une marchandise”

Syrian and Iraqi immigrants getting off a boat from Turkey on the Greek island of Lesbos.

Des réfugiés syriens et irakiens, en provenance de Turquie, débarquent sur l'île grecque de Lesbos. Photo: Wikimedia Commons, (CC BY-SA 4.0)

[Billet d'origine publié en portugais le 17 mars 2016]  “Le Portugal dit : ‪#‎StopTheDeal‬ ! Un peu partout dans le pays, des militants demandent au gouvernement portugais de dire NON à l'accord de l'Union Européenne qui réduit les réfugiés à de la marchandise”, rapporte la section portugaise d'Amnesty International (AI) sur sa page Facebook.via GIPHY (Photos: Ricardo Rodrigues da Silva /Amnesty International)

Le 7 mars 2016, le Conseil Européen a engagé des négociations en vue d'un accord avec la Turquie pour mettre fin à l'afflux de réfugiés en Grèce. Avec cet accord, on négocie aussi l'adhésion à l'Union Européenne de la Turquie, qui propose en contrepartie “d'échanger des migrants clandestins contre des migrants syriens”. Ce programme suscite la controverse, car il assimile “des êtres humains à de la marchandise” :

Pour chaque migrant “renvoyé” en Turquie, l'Union Européenne accueillera un réfugié syrien “légitime”, parmi les 2,7 millions qui vivent dans des camps en Turquie.

Cet accord, débattu dans le cadre du Sommet Européen avec la Turquie, les 17 et 18 mars, est considéré par le Haut Commissariat des Nations Unies aux Réfugiés (HCNUR) comme une “violation du droit international”.

Amnesty International considère que cette proposition est “inhumaine, cruelle et immorale”. Il s'agit “d'êtres humains, pas de marchandises”. L'ONG souligne que la Turquie “n'a jamais été un pays sûr pour les réfugiés” et révèle que le pays “détient illégalement et malmène les réfugiés, tire sur les Syriens qui tentent de franchir la frontière et a déjà expulsé des demandeurs d'asile”.

L'accord UE-Turquie réduit les réfugiés à de la marchandise. Il nous reste 2 jours p/ #StopTheDeal. Agissez ! RT

La crise des réfugiés est mondiale

D'après Oxfam, près de 60 millions de personnes sont actuellement “déplacées” hors de leur habitation et de leur pays, “le plus grand nombre jamais observé par les Nations Unies depuis la Deuxième guerre mondiale. Près de cinq cent mille d'entre elles sont arrivées en Europe l'année dernière, mais la grande majorité reste à proximité de son pays d'origine”. Oxfam révèle encore que “c'est le Liban, avec une population de 4,5 millions d'habitants, qui relève un des plus grands défis en accueillant 1,2 millions de réfugiés du pays voisin, la Syrie”.

Amnesty International demande aux Portugais de s'unir au reste du monde et de faire appel à leur Commission Nationale des droits de l'homme pour que le Portugal dise NON à cet accord en s'appuyant sur les réseaux sociaux Twitter et Facebook avec le mot-dièse #StopTheDeal :

Stoppez cet accord, ne “commercialisez pas” les réfugiés

Une pétition pour dire “NON” à cet accord circule sur internet. Vous pouvez la signer ici chez change.org.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site