Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

#Pakistan : vague de dons de sang à Lahore après l’attentat survenu dans un parc

CeloK3AW4AQ0jLb

Image largement partagée sur les réseaux sociaux.

L’explosion survenue dans le parc Gulshan-i-Iqbal, particulièrement apprécié des enfants, dans le quartier de Iqbal Town à Lahore, deuxième ville du Pakistan, a fait au moins 69 morts et plus de 250 blessés.

L’attentat dévastateur s’est produit à quelques mètres d’une place de jeux, alors que le parc était bondé. La plupart des victimes sont des femmes et des enfants qui célébraient les fêtes de Pâques dimanche.

Rabia Mehmood, journaliste basée à Lahore, auteur des articles les plus complets sur la persécution religieuse et les violences contre les minorités au Pakistan, a tweeté :

Les chrétiens ont été visés par deux attentats-suicides par deux attentats-suicides, dans des églises de Youhanabad en mars 2015 et maintenant à Pâques.

De nombreux citoyens ont commencé à coordonner les efforts pour donner leur sang et offrir un soutien aux familles des victimes.

Lahore, je t'aime.

Anthony Permal, un Pakistanais résidant à Dubaï, auteur d’un blog sous le pseudonyme de Digital Christ, a publié sur Facebook :

It is easy to hate. They want us to hate. But the terrorist have lost. You know how I know?

Because right now thousands of Lahori men and women are queueing up outside hospitals to donate blood. Tonight, Muslim blood will flow through Christian bodies. And vice versa. You see, in hurting us, you united us. Thank you. ‪#‎LahoreStrong‬

Il est facile de haïr. Ils veulent notre haine. Mais les terroristes ont perdu. Vous savez comment je le sais ?

Parce qu’à l’instatnt, des milliers d’habitantes et d’habitants de Lahore attendent devant les hôpitaux pour donner leur sang. Ce soir, du sang musulman coulera dans les veines de corps chrétiens. Et vice versa. Vous voyez ? En voulant nous faire du mal, vous nous avez unis. Merci.

Careem, le service local de taxi à la demande, offre gratuitement le déplacement à l’hôpital pour toute personne souhaitant donner son sang.

Transport gratuit pour les dons de sang à Lahore. Careem offre le trajet à toutes les personnes qui vont donner leur sang.  042-35909393

Dawn, l’un des sites d’informations les plus populaires du Pakistan, a également lancé un appel sur Twitter pour encourager les gens à donner leur sang.

APPEL AUX DONS DE SANG À LAHORE

L’hôpital Jinnah manque de sang, des dons sont nécessaires et urgents.

Des internautes se sont organisés pour coordonner les efforts en ligne :

Si vous souhaitez participer à l’organisation de l’aide pour les victimes de l’explosion de Lahore, remplissez ce formulaire Google et partagez-le.

Les militants à l’origine de cette initiative se concentreront sur les efforts visant à « fournir de la nourriture, des médicaments, des fauteuils roulants, des béquilles ou des services funéraires pour les personnes n’ayant pas les moyens de s'en procurer pour leurs proches ».

Au même moment, sept heures après l’attaque, l’activiste pakistanais Jibran Nasir, qui compte plus de 70 000 abonnés sur Facebook et s’était présenté comme candidat indépendant aux élections en 2013, twittait :

3 h 00 et les hôpitaux de Lahore sont encore bondés de donneurs de sang. C’est ce qui fait le Pakistan. Ce qui nous donne espoir et nous fait aller de l’avant. #Vousavezperdu

Sur sa page Facebook, le tweet est accompagné du texte suivant :

Note: This status in no way intends to belittle the loss of precious lives today. I am also not implying that the sudden and tragic loss of lives today was meant to be a sacrifice in the War against terror. Those people didn't want to die and they deserved a peaceful and secure life. I am only acknowledging the response and unity shown today by the people of Lahore who are helping out regardless of religion/sects beings humans first.

Remarque : Ce statut ne cherche en aucune cas à minimiser la perte de précieuses vies aujourd’hui. De même, je ne sous-entends pas que ces morts soudaines et tragiques étaient un sacrifice nécessaire dans la guerre contre le terrorisme. Ces personnes ne souhaitaient pas mourir et elles méritaient de vivre en paix et en sécurité. Je souligne simplement la réponse et l’unité dont les habitants de la ville de Lahore ont fait preuve aujourd’hui, sans distinction de religion ou de culte, humains avant tout.

L’attentat a été revendiqué par la faction talibane pakistanaise Jamaat-ul-Ahrar. Un porte-parole du groupe a déclaré au journal pakistanais de langue anglaise Express Tribune « Nous revendiquons l’attaque perpétrée contre des chrétiens qui célébraient Pâques ».

Le Pakistan lutte contre les violences causées par des groupes liés aux talibans et les activités de gangs criminels depuis neuf ans.

Alors que Lahore était aux prises avec les événements liés à l’attentat, dans la capitale, Islamabad, la police usait de gaz lacrymogènes contre des milliers de manifestants sortis dans la rue pour montrer leur soutien au tireur islamiste Mumtaz Qadri. Celui-ci a été pendu le mois dernier pour leur meurtre commis il y a cinq ans de Salman Taseer, gouverneur du Pendjab, qui avait défendu une chrétienne emprisonnée pour blasphème. Au Pakistan, les défenseurs des droits de l’homme considèrent que la loi relative au blasphème est largement appliquée de manière à cibler les chrétiens.

Fanatiques dans la rue à #Islamabad, jihadistes semant la mort à #Lahore ; le Pakistan reste en état de siège.

Nighat Dad, avocat et défenseur des droits de l’homme, qui vit à proximité du parc où s’est produit l’attaque, décrit des scènes de tristesse, de colère et de deuil à Lahore, la Ville des Jardins.

« Restez forts », « Nous sommes résilients », « Nous nous en sortirons ». Tout semble superficiel… il semble que la folie soit sans fin.

La chroniqueuse américano-pakistanaise Rafia Zakaria, basée aux États-Unis, a twitté :

À Lahore, des enfants qui jouaient dans un parc ont été visés. Il n’y a pas assez d’ambulances, plus de 50 morts, beaucoup succombent sur place. #jesuislahore

Nadia Jamil, actrice pakistanaise, présentatrice d’un talk-show populaire a publié l’image d’une des victimes :

Je me rappelle sans cesse de son sourire.
Il me revient encore et encore.
Oh, mon merveilleux ami, brave et aimant.
RIP Nomi.

Manhoor Rathore, avocate spécialisée dans les droits de l’homme, a écrit :

I hear the death toll rise and the number of injured increase on the television and as I type this post, I am not sure of what to do, where to start, where to head out? Is there even a place where I can start? There are going to be talk shows on this for the next ten days, media will exploit the loss and pain of the shattered families, the government will give out blood money- compensating the loss and saving its face.

J’entends, à la télévision, le nombre de morts et de blessés qui augmente pendant que j’écris ce billet. Je ne sais pas quoi faire, où commencer, où aller ? Y’a-t-il un endroit par où commencer ? Pendant les dix prochains jours, il y aura des talk-shows à ce sujet. Les médias vont exploiter la perte et la douleur des familles brisées. Le gouvernement va distribuer de “l’argent du sang”, pour dédommager des morts et sauver la face.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site