Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Bangladesh : Libération des militants LGBT arrêtés durant les célébrations du Nouvel An

Spread Love, Not Hatred. Image Courtesy Roopbaan Facebook group

Distille l'amour, pas la haine. Credit photo Roopbaan groupe Facebook

La police bangladaise a procédé à l'arrestation de quatre activistes LGBT le 14 avril 2016 alors qu'ils participaient au Mongol Shobhajatra, une procession colorée en l'honneur du Pahela Baisakh, célébrations de la nouvelle année bengalie.

Depuis 2014, certains membres de la communauté Lesbienne, Gay, Bisexuelle et Transexuelle (LGBT) avaient commencé à prendre part aux activités de la nouvelle année à travers une marche de la fierté, un pas audacieux pour une minorité souvent vilipendée.

Le Boys of Bangladesh (BoB) , réseau social via lequel les hommes gays du Bangladesh communiquent majoritairement via les médias sociaux, est le plus grand réseau de défense des droits des LGBT au Bangladesh depuis 2009. Ils ont à leur actif un nombre incalculable d'initiatives liées aux droits des LGBT dans la capitale Dacca, au premier rang desquels figure le premier magazine LGBT en bengali denommé Roopbaan lancé en 2014.

Le Bangladesh, nation à majorité musulmane, criminalise l'homosexualité. La loi anti-sodomie, datant de l'époque coloniale, punit les relations sexuelles entre personnes de même sexe d'amendes et de peines d'emprisonnement allant de dix ans à la prison à vie.

Cette année, la police a été extrêmement vigilante depuis que les extrémistes religieux ont qualifié les célébrations de la nouvelle année d'anti-islamiques et d'haram (interdites). Ceci s'applique particulierement à la procession du Mongol Shobhajatra durant laquelle des symboles traditionnels et des masques et faces d'animaux sont exhibés.

Dans une déclaration électronique, les organisateurs ont confié à Global Voices que cette année, ils sont parvenus à organiser une manifestation intitulée “Boishakh, Boichetra and Bandhutta” (Boishakh, Diversite et Amitie). Cependant, ils ont recu des intimidations de certains groupes qui ont qualifié l'initiative BoB and Roopbaan de “rassemblement gay” et menacé de violenter les participants. Dans la nuit du 13 avril, la police leur a recommandé d'annuler la manifestation pour l'intérêt de tous et de la manifestation Pohela Boishakh étant donné qu'ils étaient ciblés. Ce qu'ils ont accepté, informant le maximum de participants possibles.

Le 14 avril, la majorité des membres de la communauté BoB ont rejoint le Mongol Shobajatra dans la matinée sans marques, logos ou accessoires et sont partis après le rassemblement. Mais aux alentours de 11h du matin, ils ont été informés que la police a arrêté cinq personnes pour comportement suspect et aurait prétendu qu'ils essayaient d'initier un rassemblement gay. Ils sont allés au poste de police de Shahbag et  découvert que la police détenait quatre personnes en garde à vue et en avait relâché une. Dans la soirée, la police a demandé aux parents de venir au poste de police chercher leurs enfants retenus. Ils ont dit à leurs parents par téléphone et en face-à-face que leurs fils étaient homosexuels et qu'ils avaient essayé de maintenir le rassemblement.

Bien-sûr que les couleurs de l'arc-en-ciel sont très très dangereuses pour la nature et pour tous les autres humains !!!

En décembre 2014, un sondage réalisé par Boys of Bangladesh et Roopban a révélé que les lesbiennes, les gays et les bisexuels au Bangladesh vivent dans la peur. L'enquête a enregistré 751 homosexuels auto-identifiés comme répondants. Plus de 50% ont déclaré vivre dans la peur constante que leur orientation sexuelle ne soit découverte et seulement 25,8% des répondants ont déclaré avoir déjà fait face au délit de faciès. Plusieurs ont déclaré n'avoir soit aucune connaissance ou pas d'accès à une assistance juridique.

Dans une interview au magazine LGBT indien Pink pages, Tanvir, un des modérateurs de la communauté BoB a récemment décrit la perception de la société bangladaise vis-a-vis des personnes LGBT:

The educated people in the society or the people who studied in the west accept homosexuality as natural but often it happens that in a class or in a work place not everyone accepts homosexuality. In that case people don’t feel comfortable to come out and it holds the whole process of acceptance a step back. Lesbians are invisible in the society though there is a small group working for a long time. Transgender are visible but people and media often make fun of them which is actually very sad. In my view, bisexuals are increasing in major cities but there is no research data so far on this. Overall, society tolerates it as long as you are keeping it private and following the social obligations i.e getting married!

Les gens instruits dans la société ou les gens qui ont étudié en Occident acceptent l'homosexualité comme naturelle, mais souvent il arrive que dans une classe ou dans un lieu de travail tout le monde n'accepte pas l'homosexualité. Dans ce cas, les gens ne se sentent pas à l'aise de faire leur coming-out et cela fait reculer le processus d'acceptation. Les lesbiennes sont invisibles dans la société bien qu'il y ait un petit groupe qui se penche sur le sujet depuis un moment déjà. Les transgenres sont visibles, mais les gens et les médias se moquent souvent d'eux, ce qui est vraiment très triste. De mon point de vue, le nombre de bisexuel(les) va grandissant dans les grandes villes, cependant, nous ne disposons pas de données concrètes à ce sujet. Dans l'ensemble, la société tolère votre homosexualité tant que vous la gardez privée et vous vous conformez aux règles sociales c'est-à-dire se marier !

Une autre initiative visant à promouvoir les droits des LGBT dans le pays est le blog de l'humaniste et libre-penseur bangladais Mukto-Mona qui publie régulièrement des articles en anglais et en bengali. Le blogueur et fondateur de Mukta-Mona, le Dr Avijit Roy, depuis assassiné, a publié un livre sur l'homosexualité au Bangladesh, le premier du genre, qui tente de fournir une description scientifique et accessible de l'homosexualité sur plusieurs plans.

En septembre dernier, Dhee, premier personnage comique lesbien du pays a vu le jour.

Les événements BoB ont attiré un monde certain, la plupart du temps réseauté via Facebook.

On peut être différent. Rejoins-nous le 9 avril pour une campagne de sensibilisation.

Discussion sur le Genre, la Sexualité et la Violence de Genre @ the #DhakaUniversity (éducation et de conseils #psychology)

Cependant, après les arrestations, plusieurs de leurs pages sur les médias sociaux sont devenus inaccessibles, vraisemblablement fermées par les initiateurs.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site