Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Touchants ou comiques, 6 aspects de l'Iran et de la culture persane à voir sur les réseaux sociaux

Da la charité dans une salle de classe à Nowruz (Nouvel An iranien) à la Maison Blanche, cet article se penche sur des images qui circulent sur internet en ce moment sur l'Iran et la culture persane.

1. Quand la charité commence dans la salle de classe

charity begins in the classroom

Cette vidéo fait dire aux gens Aww joonam (Aw, mignon). Elle raconte l'histoire d'un enseignant qui a promis une paire de chaussures de course à l'élève ayant la meilleure note. « Mais vous avez tous eu de bonnes notes », indique-t-il à la classe. Il suggère qu'ils tirent au sort le nom du gagnant. Les élèves sont invités à écrire le nom choisi sur une feuille de papier.

Il tire du bol le nom de l'élève. C'est le nom de l'élève qui avait le plus besoin de nouvelles chaussures. Lorsque les élèves sortent de la classe, le professeur déplie les feuillets de papier et découvre que tous les élèves ont écrit le même nom.

2. Si Michael Jackson était iranien

Et si Michael Jackson était né en Iran ? Comment serait sa célèbre chanson « Thriller » ? À quoi ressemblerait la danse emblématique du clip inspiré des films d'horreur ? Le clip YouTube ci-dessus offre un aperçu pince-sans-rire.

3. Quand les panneaux stop ont des accents perses

Estop, shared by the Facebook Page Beyond the Shahs of Sunset

Estop, partagé par la page Facebook ‘Beyond the Shahs of Sunset’

La langue est difficile. Je ne réussirai jamais à faire sortir correctement de ma bouche le mot persan pour grenouille –قورباغه–. Ma mauvaise prononciation est infiniment drôle pour les persophones de langue maternelle. Beaucoup d'entre eux ont des difficultés à prononcer les mots qui commencent par S. Ils disent eh avant le S.

Bien que la photo ci-dessus soit celle d'un ouvrier du bâtiment aux États-Unis (le casque avec « Kiewit », une entreprise de construction basée dans le Nebraska, le trahit), la blague est toujours valable.

4. Norouz (Nouvel An iranien) qui n'en finit pas

« Notre diversité a été & sera toujours notre plus grande source de puissance » —@FLOTUS: https://t.co/dMv2EXhDQN #Nowruz pic.twitter.com/nDRu8bu12K

— La Maison Blanche (@WhiteHouse) 6 avril 2016

Les vacances de Norouz durent deux semaines. La dernière journée est traditionnellement célébrée avec un pique-nique. Le dernier jour des vacances de Norouz (1er avril), Michelle Obama, l'épouse du président des États-Unis Barack Obama, a organisé une fête à la Maison Blanche. Une des participantes, Azadeh Pourzand, a écrit sur Facebook :

Azadeh Pourzand at the White House for Nowruz celebrations.

Azadeh Pourzand à la Maison Blanche pour les célébrations de Norouz.

I had the absolute honor of attending the Norooz celebration today at the White House. While there, I felt that there is a strange sense of love and dignity in forced immigration, losing a home, friends and family members you loved very much, and making a fragile new little home from scratch. I am proud to be Iranian. I am proud to be American. And above all, I am proud to have been a child refugee once, and later an immigrant.

J'ai eu l'honneur absolu d'assister à la célébration de Norouz aujourd'hui à la Maison Blanche. J'y ai ressenti un étrange sentiment d'amour et de dignité dans l'immigration forcée, à perdre une maison, des amis et des membres de la famille qu'on adore, pour recréer un fragile petit foyer à partir de rien. Je suis fière d'être Iranienne. Je suis fière d'être Américaine. Et par-dessus tout, je suis fière d'avoir été une enfant réfugiée et plus tard une immigrante.

5. Quand le hijab n'est pas forcé

Iranian family shares photo with My Stealthy Freedom campaign

Une famille iranienne partage une photo avec la campagne My Stealthy Freedom.

Le mouvement en ligne Ma Liberté Furtive, qui montre des femmes iraniennes enlever leur foulard en public en Iran pour protester contre les lois nationales du port obligatoire du hijab, vient encore de faire l'actualité. Récemment, les hôtesses de l'air d'Air France ont exigé le droit de refuser de voler vers l'Iran en raison de lois discriminatoires (voir post GV : La loi iranienne du foulard refusée par le personnel féminin d'Air France). Le personnel féminin a communiqué ses raisons sur la Page de Facebook de Ma Liberté Furtive. En conséquence, le groupe a lancé une campagne incitant les femmes étrangères visitant l'Iran à prendre une photo d'elles-mêmes sans foulard. Sur les médias sociaux, certains ont accusé la campagne d'« ingérence étrangère ». D'autres trouvent le soutien des femmes étrangères positif.

Une famille iranienne a partagé la photo ci-dessus avec la campagne de Ma Liberté Furtive. C'était une réponse à une précédente photo montrant juste le père et la fille, dans laquelle le père a expliqué, dans la légende, que c'était la prérogative de sa fille de s'habiller comment elle veut :

In this photo my wife is also free to choose how to dress, just as is my daughter. My wife acts by taking the conditions into her own consideration. For me and my family the inner decency is very important. First human beings and then an all inclusive law is of importance. We don’t like, nor promote promiscuity. We believe that decency is not determined by whether or not a woman wears the hijab.

Sur cette photo, ma femme est également libre de choisir comment s'habiller, tout comme ma fille. Ma femme agit selon sa propre considération des faits. Pour moi et ma famille, la décence intérieure est très importante. Les êtres humains en premier puis une loi inclusive, voilà ce qui compte. Nous n'aimons ni n'encourageons la promiscuité. Nous croyons que la décence n'est pas déterminée par le fait qu'une femme porte ou non le hijab.

Une seule personne commentant la photo précédente demande si le père avait déjà fait la guerre. Le père a répondu :

People who are dogmatic and have a closed mind consider only very religious and practicing Muslims virtuous. But people like me went to war only for the love of Iran and didn’t take any advantage of the situation. And now I fight against those who want to drag Iran into regression. With the hopes for the day when we can all be fellow countrymen regardless of our thoughts and beliefs and can have a higher tolerance for each other.

Les personnes qui sont dogmatiques et ont un esprit fermé considèrent comme seuls vertueux les musulmans très religieux et pieux. Mais les gens comme moi ont fait la guerre seulement par amour pour l'Iran et n'ont pas profité de la situation. Et maintenant je me bats contre ceux qui veulent faire glisser l'Iran dans la régression. Avec l'espoir pour le jour où nous pourrons tous être compatriotes indépendamment de nos pensées et de nos croyances et avoir une plus grande tolérance mutuelle.

6. Quand les robots jouent au foot

Une vidéo de AJ+ montre un concours de robots à Téhéran, où les machines se sont mesurées au football, en recherche et sauvetage et aux travaux ménagers. Des femmes ingénieurs étaient parmi les concurrents et « ont montré leurs talents », chose remarquable compte tenu de la culture conservatrice de l'Iran et que le domaine de l'ingénierie est généralement dominé par les hommes, selon le reportage.

Si vous avez connaissance d'informations relatives à l'Iran que vous aimeriez voir sur Global Voices, tweetez-les à l'auteur sur @ETori.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site