Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Si les médias africains couvraient les élections aux États-Unis comme les médias occidentaux le font pour l'Afrique…

A screenshot of footage, uploaded to YouTube by Storyful, of a protester who was assaulted by a Donald Trump supporter being restrained by police at a rally in North Carolina.

Capture d'écran de séquences d'images, chargées sur YouTube par Storyful, d'un manifestant agressé par un partisan de Donald Trump ensuite immobilisé par la police lors d'un rassemblement en Caroline du Nord.

La couverture de l'Afrique par les médias occidentaux dépeint souvent le continent de façon négative ou simpliste, mettant l'accent sur les conflits, la corruption et les divisions tribales. Mais le ton adopté par les médias occidentaux n'est pas le même lorsqu'ils traitent de leurs propres pays.

Dans le droit fil des séries “Si cela s'est passé là-bas” de Joshua Keating sur le magazine d'actualité américain Slate, l'utilisateur de Tumblr Ragamberi s'est demandé, “Comme cela sonnerait-il si les médias africains couvraient les élections aux États-Unis comme les médias occidentaux relatent les scrutins en Afrique et ailleurs ?”

Sa réponse est devenue un billet intitulé “Si cela s'était passé ici”. Voici quelques extraits de la façon dont il a imaginé que la couverture africaine de la course présidentielle controversée aux États-Unis pourrait se lire.

Violences tribales

Les pressions se font de plus en plus fortes sur le régime d'Obama pour autoriser des observateurs et soldats de la paix internationaux à la suite des violences tribales qui ont entaché les campagnes électorales dans le pays nord-américain en difficulté.

À Addis Ababa, une réunion d'urgence a été convoquée par des dirigeants africains pour exiger le retour à l'État de droit en Amérique, après que des militants pro-régime aient attaqué un rassemblement où s'est exprimé le chef de l'opposition populaire Donald Trump à Chicago.

À moins que l'Amérique n'autorise les groupes internationaaux indépendants à surveiller le scrutin et les soldats de la paix à y entrer et rétablir l'ordre, le scrutin n'est qu'un simulacre et ne peut être déclaré libre et équitable,” a déclaré l'Union Africaine.

[…]

Expliquant les affrontements du week-end, des experts américains – basés à l'Université Eduardo Mondlane à Maputo, Mozambique, en Afrique australe – disent que l'Illinois connaît depuis longtemps des tensions ethniques et religieuses profondes qui vont certainement dégénérer si le régime d'Obama n'autorise pas les forces de maintien de la paix des Nations Unies avant les scrutins chaudement disputés en novembre.

Le candidat républicain Donald Trump a vu la violence éclater plusieurs fois à ses rassemblements. Trump à son tour a proféré des propos violents dans ses discours et sur les réseaux sociaux :

Bernie Sanders ment quand il dit n'avoir pas demandé à ses pertubateurs d'aller à mes événements. Prends garde Bernie, ou alors mes partisans iront aux tiens !

— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) 13 mars 2016

Fraude électorale

L'élection a également été marquée par des rapports faisant état de fraude électorale généralisée. Sanders s'est plaint d'une fraude électorale à la suite d'une courte défaite controversée dans la région de l'Iowa face à son adversaiez Hillary Clinton, épouse de l'ancien chef de régime Bill.

Trump lui-même a dénoncé une fraude électorale dans la région de Floride, suscitant de vives préoccupations au sein de la communauté internationale quant à la crédibilité du prochain scrutin.

Tout au long de la course aux primaires, qui détermine le candidat qui représentera les partis démocrate et républicain à l'élection présidentielle, des accusations de fraude ont été avancées des deux côtés, et les électeurs se sont plaints que le système est inéquitable.

Atteinte à la liberté des médias

Des atteintes flagrantes à la liberté des médias suscitent également des préoccupations. Le Comité international pour la protection des journalistes a condamné les attaques contre des journalistes au cours de la campagne.

Un journaliste de CBS News a été arrêté alors qu'il couvrait des affrontements lors d'un rassemblement pour Donald Trump à Chicago en mars. Une inculpation de résistance à l'arrestation a finalement été abandonnée.

Lire le billet intégral ici.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site