Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Syrie: ce que pardonner ne veut pas dire

Aleppo, Syria. Photograph shared by IHH Humanitarian Relief Foundation on Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)

“J'aimerais qu'un seul partisan du “pardonne et oublie” puisse garantir que ce pardon épargne la Syrie de la folie dans laquelle elle se trouve et ne soit pas une sorte  de récompense pour les assassins,” écrit Marcell Shehwaro. Enfants dans les rues d'Alep, en Syrie. Photo partagée par la Fondation IHH pour l'aide humanitaire sur Flickr (CC BY-NC-NC 2.0)

Ce billet fait partie d'une série spéciale d'articles par la blogueuse et militante Marcell Shehwaro, qui décrit la vie en Syrie pendant la guerre qui se poursuit entre les forces loyales au régime actuel, et ceux qui veulent le renverser.

Au début tout était superbe, et j'étais portée par la beauté puissante de la révolution, par la certitude que nous étions là pour apporter le changement, que la haine ne pourrait jamais changer les choses, et que nous n'avions pas d'autre choix que d'attendre que les autres brisent les murs de silence et d'humiliation pour nous rejoindre. Nous pensions que chacun avait son propre parcours et qu'il fallait attendre que chacun renaisse et prenne conscience. Et nous avons attendu.

Nous avions suffisamment de confort, de luxe, de clairvoyance, pour absorber la douleur. Je suivais régulièrement les photos des militaires du gouvernement tués qui se répandaient sur les réseaux sociaux. Et j'étais choquée par les gens qui se moquaient  de ces morts. Je lisais les commentaires des mères, des frères, des soeurs, des amis, des fiancées. Les morts étaient de beaux jeunes gens dans la vingtaine. Cela m'obsédait tellement que je visitais leurs pages personnelles pour en apprendre plus sur la personne qui se cachait derrière le visage de la victime, ou de l'assassin, ou des deux.

“Nous avions suffisamment de confort, de luxe, de clairvoyance, pour absorber la douleur. Je suivais régulièrement les photos des militaires du gouvernement tués qui se répandaient sur les réseaux sociaux. Et j'étais choquée par les gens qui se moquaient  de ces morts. Je lisais les commentaires des mères, des frères, des soeurs, des amis, des fiancées.”

Certains avaient été conditionnés. Ils nous prenaient pour des voyous ou des casseurs soutenus par Israël, envoyés pour troubler la sécurité du pays. Ils pensaient que le pays devait lutter contre ses ennemis grâce à la sagesse de M. le Président, qu'ils étaient persuadés être irremplaçable. Ils étaient si obsédés par la sécurité du pays qu'ils le détruisaient.

D'autres étaient envahis de discours sectaires qui dégoulinaient de peur et de haine. Ils pensaient que nous allions tous les massacrer et que notre objectif n'était pas la démocratie, mais que notre méchanceté à leur égard et à l'égard de leurs familles et leurs sectes dirigeait notre action. Méchanceté qu'ils pensaient capable de les anéantir s'ils ne nous anéantissaient pas les premiers.

D'autres encore -dont les pages étaient les plus difficiles à parcourir- étaient surexcités avant qu'ils ne meurent. Ils comptaient les jours qui les séparaient de leur départ, date que leurs mères ne devaient pas connaître, elles qui attendaient patiemment les promesses d'une démobilisation de l'armée qui n'est jamais venue.

A cette époque, je pouvais les voir comme nous, victimes d'un régime qui nous obligeait à descendre dans la rue pour le renverser, et les obligeait à nous tuer pour sauvegarder le fauteuil présidentiel.

Petit à petit la liste est devenue trop longue pour que je puisse suivre tous leurs profils et leurs renoncements. Prisonniers et martyrs. J'allais d'un enterrement à l'autre. Ils tuaient trop de monde parmi les nôtres, et le poids de ces morts devenait trop lourd à porter pour moi. La pauvreté et l'endoctrinement n'étaient plus des excuses suffisantes. La peur n'était plus une raison suffisante de se transformer en machine à tuer impitoyable. Pour moi, ils commençaient à se superposer au meurtrier, son visage, son travail et tout ce qui le concernait. Ils sont tous devenus Bachar Al Assad, et plus uniquement ses victimes. Petit à petit il reculait, réfugié à l'abri de son palais, alors que la réalité de son régime c'était le bourreau dans les prisons, le soldat sur le terrain, l'hélicoptère dans le ciel.

Il nous restait peu d'énergie, et pas assez pour nous battre contre nous-mêmes et lutter contre la notion facile de ne les considérer que comme des ‘assassins’. L'effort pour les considérer comme nous devenait épuisant, au fur et à mesure que nous leur ressemblions –en devenant des meurtriers–  plus qu'ils ne nous ressemblaient — en tant que victimes.

“Pour moi, ils sont tous devenus Bachar Al Assad, et plus uniquement ses victimes. Petit à petit il reculait, réfugié à l'abri de son palais, alors que la réalité de son régime c'était le bourreau dans les prisons, le soldat sur le terrain, l'hélicoptère dans le ciel..”

Ils étaient celui qui peut aimer torturer quelqu'un à mort. Ils étaient celui qui donne l'ordre d'utiliser des armes chimiques, ou de poignarder un enfant à mort à Houleh à Homs. Un massacre qui nous a retiré toute possibilité de lutter contre la haine. Notre haine a fait partie de notre combat pour l'existence. On avait besoin de colère pour survivre, pour comprendre que la violence que nous ressentions n'était pas “normale” ou “banale”. On avait besoin de colère pour libérer nos vies et refuser la mort. “La vie vaut la peine d'être vécue”, certes, mais dans cette vie-là il n'y a plus assez de bonté pour permettre à l'assassin et à la victime de vivre ensemble.

A partir de ce moment-là, devoir les tuer n'était plus un problème pour nous.

Après, il a été logique que l'EI surgisse de notre haine. Avec leur arrivée la peur s'est à nouveau emparée de nous dans les zones où nous pensions avoir versé assez de sang pour les reconquérir. En Syrie, rien n'est gratuit, tout a un prix, en particuliers nos droits. Retour au point de départ, on tente de sympathiser avec ce nouvel ennemi. Cette fois je me justifiais en disant qu'ils étaient victimes de violence et détestés. Victimes et forts d'une cause défendable contre un monde qui les avait ignorés, eux et ce qu'ils avaient subi.

Certains étaient radicalisés, et à leurs yeux nous représentions des infidèles soutenus par les Etats-Unis pour détruire le Levant. D'autres étaient mobilisés par la haine, la peur et la colère, et pensaient qu'ils étaient les seuls à protéger l'Etat Islamique. D'autres étaient fascinés par les photos de combattants étrangers lourdement équipés, comparé à leurs armes désuètes et à des approvisionnements hasardeux. C'étaient des adolescents qui croyaient que EI était un jeu de Counter Strike dans la vraie vie. Certains étaient encore hier avec nous, des victimes, jusqu'à ce qu'ils en aient assez de jouer ce rôle de victimes et qu'ils comprennent que d'un côté comme de l'autre ils étaient morts, alors ils décidaient qu'ils ne voulaient pas mourir en victimes mais en tueurs.

” D'autres étaient mobilisés par la haine, la peur et la colère, et pensaient qu'ils étaient les seuls à protéger l'Etat Islamique. D'autres étaient fascinés par les photos de combattants étrangers lourdement équipés, comparé à leurs armes désuètes et à des approvisionnements hasardeux. C'étaient des adolescents qui croyaient que l'EI était un jeux de Counter Strike . . .”

Avec le temps –mais plus rapidement cette fois– je me suis habituée au cycle victime/assassin. J'ai perdu ma sympathie envers eux et la culpabilité qui me faisait me demander s'il y avait quelque chose à faire pour les empêcher de devenir encore plus fous.

Ils étaient devenus nos ennemis et je n'avais plus la force de les plaindre. Le peu de force qui me restait ne suffisait pas pour les centaines de victimes qui mourraient tous les jours même sans avoir tué personne. Et une obsession me hante aujourd'hui sur ce qui est considéré comme juste ? Comment décider qui est victime de l'oppression d'un régime, local ou universel, et qui est à l'origine de ce régime et de ses prophètes ? Quelle est la juste punition pour un pion dans le jeu du pouvoir, de l'argent et de la peur ?

J'aimerais que l'esprit de la révolution ait été assez fort pour leur pardonner à tous, tout au moins “au tribunal de mon cerveau”.

J'aimerais qu'un seul partisan du “pardonne et oublie” puisse garantir que ce pardon épargne la Syrie de la folie dans laquelle elle se trouve et ne soit pas une sorte de récompense pour les assassins.

J'aimerais que ce pardon ne soit pas complicité de notre part et oubli des droits de ceux qui sont partis, les droits des victimes parce qu'elles sont plus faibles. J'aimerais pouvoir haïr le régime 1000 fois et trouver 1000 excuses à ses anges de la mort. J'aimerais pouvoir haïr l'EI à mort et trouver des milliers d'excuses à ses soldats adolescents.

Mais je suis en proie à la colère, j'enrage d'avoir survécu. J'enrage de mon incpacité à changer ce qui a été et ce qui sera.

On peut pleurer d'un côté ou d'un autre, quelque soit le degré de chagrin ou d'hypocrisie. Que ce soit sur celui qui se bat encore pour le régime, ou sur celui qui a fait allégeance à l'EI. On peut même pleurer sur les deux si on a encore les épaules assez solides. Mais on ne peut plus jouer sur le cycle victime/assassin et se laisser enfermer dedans. On ne peut plus se laisser mettre la pression au point d'oublier qui nous avons été et ce que nous avons perdu. Nous obliger à pardonner et à oublier. On ne peut pas subir tout cela sans que l'on nous prouve, pour une fois, que ce pardon empêchera l'histoire de se répéter.

On ne peut pas subir tout cela sans que l'on nous dise comment notre position, à égale distance de tous les partis, pourrait garantir un petit peu de justice, seulement un petit peu.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site