Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Après s'être juré de ne plus jamais manifester, ce Macédonien reprend le chemin de la rue

Tome (à droite) dans la rue lors des manifestations de la Révolution colorée, le 27 avril 2016. Photo de Vesna Ilievska CC-BY.

Tome (à droite) dans la rue lors des manifestations de la Révolution colorée, le 27 avril 2016. Photo de Vesna Ilievska CC-BY.

L'année dernière, Tome Stankovski a écrit sur les réseaux sociaux qu'il ne participerait plus à aucune manifestation. Cet enseignant de russe et de littérature fut l'une des 42 personnes emprisonnées suite à la répression de la police contre les participants aux manifestations à Skopje, la capitale de la Macédoine, et il fut particulièrement ébranlé par cette expérience.

Ces manifestations avaient eu lieu en réaction à la fuite des écoutes téléphoniques impliquant l'ex-Ministre de l'Intérieur Gordana Jankuloska, l'ancien Premier Ministre Nikola Gruevski et d'autres membres du personnel politique du pays. L'objectif de ces écoutes était de cacher les détails de l'enquête officielle sur la mort de Martin Neshkovski, un jeune homme battu à mort en 2011 par un agent de police lors d'un rassemblement faisant suite à la victoire électorale du parti au pouvoir. Le 5 mai 2015, près de 5000 personnes s'étaient rassemblées devant le gouvernement, levant régulièrement les mains en l'air afin de montrer que la manifestation était pacifique.

Mais entre 18h30 et 19h30, le Ministère de l'Intérieur affirma que les manifestants lançaient divers objets en direction des forces de police ; selon le Ministère, les manifestations devenaient violentes et des ordres furent donnés pour disperser la foule.

Les images et les vidéos des arrestations en pleine rue envahirent rapidement la Toile. Parmi les personnes arrêtées se trouvait Tome. Appréhendé et maintenu à terre par la police, il fut arrêté dans la rue alors qu'il affirmait vouloir s'éloigner tranquillement de la cohue.

Moins d'un an après cette terrible nuit, le jeune homme de 29 ans, ne tolérant pas l'injustice et ayant un “esprit rebelle par nature” est à nouveau dans la rue ; cette fois-ci aux côtés de la Révolution colorée contre la corruption étatique et l'impunité. Nous avons discuté ensemble de son arrestation, de ses conséquences et de sa décision de manifester à nouveau.

VI: Pourquoi t'es-tu joint aux manifestations de l'année dernière ?

ТС: Дента, на 5-ти мај, бев на Саем на Книга каде имав убав и искулиран ден шетајќи по штандовите на саемот и бирајќи книги за читање по дома. Купив книги, беше убав ден, си дојдов дома, вклучив фејсбук каде видов како луѓе коментираат за прислушуван материјал каде тема беше убиството на Мартин Нешкоски. Од она што го видов и го слушнав, се згрозив, станав се качив на автобус и тргнав сам пред Влада да протестирам, каде веќе имаше насобрана толпа млади и гневни луѓе. Се приклучив каде со сиот глас протестирав, поради тоа што го чув.

TS: Le 5 mai 2015, j'étais à la Foire du livre. J'ai passé une excellente journée, c'était très relaxant de déambuler entre les stands et de choisir quelques livres. J'ai acheté ceux que je voulais, c'était une très belle journée, je suis rentré à la maison, j'ai ouvert mon Facebook et j'ai lu les commentaires des internautes sur les écoutes téléphoniques concernant l'assassin de Martin Neshkovski. Ce que j'ai vu et entendu m'a donné la nausée. Je me suis levé, j'ai pris le bus et je me suis rendu, seul, vers le bâtiment du gouvernement, afin de manifester. Des jeunes gens en colère s'y étaient déjà rassemblés. Je me suis mêlé à la foule et j'ai crié autant que j'ai pu, à cause de ce que j'avais entendu.

VI: Qu'est-il arrivé ce 5 mai 2015 ?

ТС: Во моментот кога пристигнав пред Влада, како што реков имаше насобрано илјадници млади и бесни луѓе. Многумина фрлаа со јајца по владата. Некои со камења. Некои ги спојуваа македонското, албанското, турското и српското знаме и само викаа: „Заедно сме посилни!“ Јас не фрлав никакви предмети. Го користев само својот глас. Се сретнав спонтано со многу познаници. Знам дека имаше помали инциденти и удари со полицијата од онаму каде што стоев јас, но не беше ништо сериозно, се додека во еден момент една група на луѓе, во главно маскирани, со маици преку глава и капи, фрлаа бекатони, камења, флаши кон полицајците. Не е мое да кажам дали тие луѓе беа намерно инфилтрирани провокатори да направат проблем.

Но, се гледаше дека врие и ситуацијата излезе од контрола, каде полицијата доби наредба преку единицата ЕБР да ја расчисти насилно толпата. Јас се повлекував колку што можев. Имаше насобрано многу луѓе, едни бегаа во паника, други се пресметуваа со полицијата, а трети беа со дигнати раце и не мрдаа. Но, веќе беше доцна. Ситуацијата ескалира. Полицијата употребуваше сила. Толпата се подели. Јас бев во еден дел од толпата каде веќе и не бев практично во толпа, туку бев малку поназад од физичкото пресметување помеѓу полицијата и дел од демонстрантите. Сите бегаа во паника. Во еден момент, си реков зошто да бегам. Не сум направил ништо лошо.

Приметив дека има специјални единици од сите страни, трчајќи некаде да фатат демонстранти. Јас во еден момент, сакајќи да се повлечам под една стреа, од несакана флаша или камен во глава, бев изненадно фатен од еден ЕБР кој со пцовки ме зграпчи. Јас бев со кренати раце и дланки велејќи: ееј ејј, ништо не направив, немам јас ништо. И пред воопшто да се докажам, бев треснат од земја, со два удара во тилот, легнат на стомак, каде се уште можев да зборувам: ејјј, немам ништо направено лошо. Шокантниот момент беше кога на тој еден и крупен ЕБР му се придружија колегите, каде плус тројца на веќе легната положба, каде не пружав отпор, продолжија да ме клоцаат уште едно 7-10 секунди. Ми беа ставени лисици и спектакуларно бев уапсен. Потоа, бев одведен до полициско комбе, каде бев пренесен во полициска станица и каде ги поминав следните 24 часа заедно со уште 15-тина приведини. Бев во шок.

Бев и повреден каде во текот на ноќта бев одведен до болница со придружба на полицаец. Епилогот беше, раскрварена подлактица, болки во глава и најголеми болки во градниот кош, каде беше потребна коњска инекција да ми ги смири болките. После 24 часа бев ослободен без кривична пријава против мене.

TS: Comme je le disais, quand je suis arrivé il y avait déjà des milliers de jeunes très en colère. Beaucoup d'entre eux jettaient des oeufs sur la facade du bâtiment gouvernemental. Certains jettaient des pierres. Certains attachaient ensemble les drapeaux macédoniens, albanais, turcs et serbes et hurlaient : “Ensemble nous sommes plus forts !” Je n'ai rien jeté. J'ai juste utilisé ma voix. J'ai rencontré beaucoup de personnes que je connaissais. Je savais qu'il y avait de petits incidents et des heurts avec la police non loin de l'endroit où je me trouvais, mais rien de grave jusqu'à ce qu'un groupe de gens dont le visage était masqué par un T-shirt et un chapeau commencèrent à jeter des tuiles en béton, des pierres et des bouteilles contre les forces de police. Il ne m'appartient pas de dire s'ils étaient infiltrés pour causer des problèmes avec la police.

Je pouvais tout de même sentir que la situation devenait incontrôlable, et la police et son Unité d'intervention rapide reçurent l'ordre de disperser la foule de force. J'ai alors cherché à m'éloigner le plus possible. Il y avait tellement de gens, certains fuyaient, paniqués, d'autres étaient confrontés à la police, et certains gardaient les mains en l'air et ne bougeaient pas. Mais c'était trop tard. La situation avait déjà empiré. La police faisait usage de la force. La foule se dispersa dans plusieurs directions. J'étais avec quelques personnes, mais j'étais déjà en dehors de la foule. J'étais un peu plus loin de l'endroit où la police et les manifestants s'affrontaient. Tout le monde courait, tout le monde paniquait. Je me suis dit “Pourquoi courir ? Je n'ai rien fait de mal.”

J'ai remarqué que partout il y avait des forces spéciales qui couraient après les manifestants. A un moment donné, alors que j'essayais de me protéger d'une bouteille ou d'une pierre jetée en l'air, j'ai été attrapé par un agent des forces spéciales qui m'a insulté. J'ai levé les mains en l'air et j'ai dit : “Hé, hé, je n'ai rien fait de mal, je n'ai rien sur moi.” Je n'ai même pas pu finir ma phrase ; il me plaqua au sol et il me frappa deux fois à l'arrière du crâne, mais je continuais à dire “Hé, je n'ai rien fait de mal”. Le plus grand choc fut lorsque trois autres agents ont rejoint ce policier baraqué qui m'avait jeté au sol. J'étais à terre, je ne cherchais pas à résister et ils ont continué à me frapper pendant 7-10 secondes. Je fus menotté et arrêté de façon très théâtrale. On m'a emmené au poste de police où j'ai passé 24 heures avec 15 autres manifestants. J'étais choqué.

J'étais aussi blessé et durant la nuit il m'ont emmené à l'hôpital avec une escorte de police. Bilan de mon arrestation : une hémorragie à l'avant-bras, un mal de tête et une douleur insoutenable dans la poitrine. La quantité d'analgésiques qu'on m'a donnés pour atténuer la douleur aurait pu assommer un cheval. Après 24 heures je fus relâché sans avoir été accusé d'aucune infraction criminelle.

VI: Quel impact les événements du 5 mai ont-ils eu sur toi ? 

ТС: Настаните од 5-ти мај, никако не ми влијаеа позитивно. Имав трауми и флешови од тепањето до степен да прв пат во живот посетам и разговор со психотерапевт. Се чувствував некако изигран, понижен. Бидејќи од моето апсење помина и видеолента, каде повеќето блиски пријатели и познаници ме видоа и се вознемирија. Бидејќи не ме знаат како таков. Јас никогаш не сум бил во тепачки и конфликти. Од друга страна се чувствував горд што бев таму. Но, сè на сè…негативно искуство.

TS: Quand on regarde les événements du 5 mai, on ne peut voir que du négatif. J'étais traumatisé par les coups qu'on m'avait infligés, et les souvenirs étaient si perturbants que pour la première fois de ma vie j'ai dû faire appel à un psychothérapeute. Je me suis senti instrumentalisé, humilié… mon arrestation avait été filmée, et beaucoup de mes amis proches m'ont vu et étaient mécontents. Parce que ce n'est pas l'image qu'ils ont de moi. Je n'ai jamais été impliqué dans des bagarres ni eu de conflit avec quiconque. D'un côté, j'étais fier d'avoir été là, mais de l'autre, c'était une expérience globalement négative.

VI: Avais-tu participé à des manifestations avant ? Avais-tu eu affaire à la police ?

ТС: Сум одел на протести да. Секогаш културно, фино и гласно. Сум бил на студентски протести, протести на хонорарци, протести против промена на името на оваа земја, протести за се што сум мислел со своја глава дека вреди да излезам, по мое лично убедување, без никаков притисок од трета страна.
Никогаш не сум имал пробле со полиција во живот. Доволно сум образован и воспитан и знам дека удар на полицаец е удар на држава. Сепак тие нè бранат. И нив не им е лесно. И они знаат од кај смрди рибата.

TS: Oui, j'avais participé à des manifestations. Toujours de façon civilisée et appropriée. Je suis allé aux manifestations estudiantines, aux manifestations pour les employés à temps partiel, ou encore pour celles contre le changement de nom du pays. En général, j'ai participé à des manifestations parce que je considérais qu'il fallait que j'y soie, parce que je voulais quelque chose, pas sous la pression de quelqu'un d'autre. Et je n'ai jamais eu de problèmes avec la police. Je suis instruit et bien conscient du fait que toute agression envers un policier est une agression contre l'Etat. Ils nous défendent. Ce n'est pas un travail facile pour eux non plus. Ils savent aussi que le poisson pourrit toujours par la tête.

VI: Pour quels motifs avez-vous été arrêté ? Qu'est-il arrivé ensuite ?

ТС: Обвиненината во полициската станица беа: поради учество во толпа и поради пружање отпор на полиција при апсење. Јас како прво, бев далеку од толпа веќе кога ме фатија, а како второ, толку експресно ме треснаа на земја, ме расшутираа, што не можев со прст да мрднам камо ли отпор да давам. Секако, тие обвиненија ги одбив и не ги потпишав. Против мене нема кривична пријава, има само прекршочна која е во тек некаде во суд.

TS: J'ai été accusé de “participation à un attroupement et résistance à l'arrestation”. Premièrement, je n'étais pas dans un attroupement lorsqu'ils m'ont appréhendé ; deuxièmement, ils m'ont jeté au sol et ont commencé à frapper si rapidement que je n'ai pas eu le temps de bouger le petit doigt, encore moins de résister. Bien sûr j'ai rejetté les accusations et je n'ai pas signé de déclaration les avouant. Aucune infraction criminelle ne m'est reprochée, seulement un délit.

VI: Comment la police vous a-t-elle traité ? Aujourd'hui, quelle est votre opinion à l'égard des forces de police ?

ТС: Полицајците кои ме приведоа секако дека во тој афект беа груби. За тоа се обучени специјалците. Додека бев во станицата 24 часа, не можам да кажам лош збор. Обичните полицајци таму беа многу човечни и фер. Се чувствувам ок во поглед на нив, иако добивам напади на паника кога поред мене ќе протрча ЕБР. Не им се лутам на нив. Се лутам на оние кои дадоа наредба за чистење на толпа. Истите оние кои кога примаат специјалец, не прават темелни психички тестови и физички, доколку се приведе некој на земја, како и на кој начин треба да се прави тоа, без прекумерна употреба на сила, особено не на некој што се спротивставува.

TS: Les agents de police qui m'ont arrêté étaient particulièrement agressifs. Ils sont entraînés pour ça. Par contre, les policiers qui m'ont placé en détention étaient courtois et justes. Je n'ai rien contre les policiers, mais j'ai des attaques de panique quand je vois les agents de la Force d'intervention rapide passer près de moi. Mais je ne suis pas en colère après eux. Je suis en colère avec ceux qui ont donné l'ordre de “nettoyer” l'attroupement. Ce sont les mêmes personnes qui embauchent les forces spéciales. Il ne leur est pas demandé de passer des tests physiques et psychologiques approfondis. Ils ne sont pas entraînés correctement, et on ne leur apprend pas à gérer sans violence une situation dans laquelle quelqu'un se trouve au sol et ne résiste pas.

VI: Qui vous a soutenu le plus à ce moment ?

ТС: Најголема подршка во тој период добив од моите најблиски пријатели, кои уште истата вечер беа во полициската станица. Моите не знаеа, што конкретно се случило со мене, се додека не дојдов дома, каде откако им раскажав, се расплакаа. Многу ми беше криво што ги вознемирив моите, немав таква намера. Имав само намера да го искажам мојот револт. Добив огромна поддршка и од моите претпоставени и колеги од тогашното работно место. Искрено, бев малце уплашен да не ја изгубам позицијата, бидејќи сепак бев фатен на камера со лисици позади мене, воден од џандар до комбе. Но, најголема подршка добив од нив, без да бидам прашан дали сум згрешил нешто и ја имав безрезервната поддршка, што ме доведе на неколку пати близу до солзи.

TS: J'ai été très soutenu par les amis proches qui sont venus me voir au poste de police cette nuit-là. Mes parents ne savaient pas exactement ce qui m'était arrivé, jusqu'à ce que je rentre à la maison et que je leur en parle. Ils ont commencé à pleurer et je me suis senti très coupable de les avoir rendus tristes, ce n'était pas mon intention. Je voulais seulement exprimer ma colère. J'ai aussi reçu un énorme soutien de la part de mes supérieurs et de mes collègues de l'époque. Pour être franc, dans la mesure où mon arrestation avait été filmée, j'avais un peu peur de perdre mon emploi. Mais ce sont ces personnes qui m'ont soutenu le plus. Un peu comme un soutien inconditionnel : il ne m'ont jamais demandé si j'avais fait quelque chose de mal. Cela m'a beaucoup ému et j'ai même pleuré à plusieurs reprises.

VI: Que diriez vous à quelqu'un qui serait dans la même situation que vous ?

ТС: Би сакал да порачам, да ја дигнат главата гордо без разлика на ударите. Дека борбата за она што чувствуваш дека не чини, вреди, па макар донесе и последици, психички воглавно. Би порачал доколку веќе ескалира ситуацијата и полиција трча према нив, да трчаат колку што можат побрзо и да не се надеваат на дигнати раце, peace and love. Во тие моменти има ќотек. И во момент на афект специјалците не можат да препознаат кој е крив, а кој не. Би сакал да порачам дека, доколку некои има трауми, да не се срами и да го признае тоа и да побара помош од психотерапевт. Пост-трауматски шок е можеби и полош од самата траума.

TS: Je voudrais leur dire d'être fiers, quels que soit les coups qu'ils reçoivent. Qu'un combat contre quelque chose qui paraît injuste en vaut la peine, même si les conséquences psychologiques peuvent être difficiles. Je leur conseillerais de courir le plus vite possible en cas d'attaque de la police. Je leur conseillerais aussi de ne pas lever les mains et de cesser de croire en la paix et l'amour. Dans ces moments, des gens sont battus, et les agents de police ne peuvent pas savoir qui est coupable et qui ne l'est pas. Je voudrais aussi conseiller à ces personnes de consulter un psychothérapeute si elles sont traumatisées. Le stress post-traumatique peut être pire que le traumatisme lui-même.

VI: Vous avez rejoint la Révolution colorée. Après ce qui vous est arrivé l'année dernière, quels conseils vous donneriez vous à vous-même ?

ТС: Уфф тешко прашање. Не знам. Јас веќе си порачав и си ветив на себе си дека нема пак да одам на протести. Дека нема да вознемирам никој од моите блиски. Дека ако сакај нешто да менува, нека излезе некој друг. Јас го изедов. Се водев по ова, од гнев, разочараност, а искрено и од страв. Страв да не ми се случи пак истото.
Бев многу немирен и нервозен што тоа што ми се случи ми влеа страв да не помислам да протестирам.
Но, поради срамната одлука за аболиција на претседателот одлучив да им се придружам на Протестирам после 5-тиот ден на протести.
Срце желно за правда, не издржа, што да правам!

TS: C'est une question difficile. Je ne sais pas. Je me suis déjà juré de ne plus participer à des manifestations. Je me suis juré de ne plus peiner mes proches. Si tu veux du changement, il vaut mieux attendre que quelqu'un fasse le boulot à ta place. J'ai été perdant dans cette histoire. J'ai été guidé par la rage, la déception et, il faut l'avouer, par la peur aussi. La peur que m'arrive la même chose. Je me suis senti nerveux et angoissé d'avoir pu laisser cette expérience m'effrayer au point de ne plus vouloir manifester. C'est la décision honteuse de notre Président d'accorder un pardon généralisé qui m'a poussé à revoir ma décision et de rejoindre le mouvement #Протестирам (Je proteste) après le 5 mai. Le coeur veut la justice, et n'abandonne jamais : qu'aurais-je pu faire d'autre ?

VI: Y a-t-il d'autres raisons ?

ТС: За внука ми од сестра. За Јана. Јас можеби ќе заминам од тука. И јас размислувам како секој втор младич во земјава. Но, внука ми има 9 години и се развива. Ќе дојде на тинејџерски години, факултет, ќе се соочи со животот, ќе се соочи со ова шизофрено општество. Или можеби со едно ново, убаво, средено, мирно и функционално општество каде ќе може да ги остварува своите соништа. Кој знае? Историјата ќе покаже. Пред да се случи било што, сакам да знае дека го нејзиниот вујко се борел за она да има поубав живот. Барем толку можам да сторам. Да #Протестирам за неа.

ТС: Pour ma nièce Jana. Je vais peut-être quitter cette terre. J'ai les mêmes opinions que la plupart des jeunes de ce pays. Mais ma nièce a 9 ans, et elle grandit. Quand elle sera adolescente, ou qu'elle aura l'âge d'aller à l'université, elle devra affronter la vie et cette société “schizophrénique”. Ou peut-être une nouvelle société, belle, structurée, calme et fonctionnelle, une société où elle pourra réaliser ses rêves. Qui sait ? Seul l'avenir le montrera. Mais avant que n'arrive quoi que ce soit, je veux qu'elle sache que son oncle s'est battu pour elle, pour qu'elle ait une vie meilleure. Oui, #Протестирам (je proteste) pour elle.

Tome Stankovski, a young man who was detained and charged for protesting in last year's protests in Skopje

Tome Stankovski, who was detained and charged with participation in a crowd while protesting in last year's protests in Skopje. Photo by Krsto Zlatkov

VI: Selon vous, quel est le lien entre la Révolution colorée et les événements du 5 mai 2015 ?

ТС: И лани, како и сега она што го приметувам во шаренава револуција, има луѓе од сите националности, вери, години. Што дава до знаење дека сепак, луѓето можат да се спојат за една повисока идеја, а тоа е убав и пристоен живот, нормални политичари и правна држава.
Но, и лани после 5-ти Мај и Куманово, као и после 17-ти Мај настана панаѓур со кампови и контра кампови, имам чувство дека и оваа шарена револуција може да стане панаѓур, дека ќе биде една добра дружба со гнев по улиците и дека се ова ќе се заборави.
Дај Боже да грешам.
Во меѓувреме, Нема Правда, Нема Мир и напред Шарена Револуција!

TS: Depuis l'année dernière, j'ai remarqué que les participants aux manifestations étaient de tous âges et issus de communautés ethniques et religieuses différentes. Cela montre que les gens sont malgré tout capables de se rassembler pour des objectifs supérieurs : mener une vie agréable et décente, avoir des politiciens normaux et un pays qui respecte la loi.

Mais comme l'année dernière, après le 5 mai et le Kumanovo [où les affontements entre la police et les groupes armés durèrent 5 jours et firent 22 morts] et le 17 mai [lorsque 60 000 personnes ont manifesté pour la démission du Premier Ministre Nikola Gruevski], la Révolution colorée peut aussi devenir une sorte de foire. Tout ce qui subsisterait, ce serait des gens solidaires et montrant leur colère dans la rue. Mon Dieu, j'espère me tromper. En attendant, il n'y a ni justice, ni paix. En avant avec la Révolution colorée !

VI: Quelles leçons doit-on tirer des manifestations de l'année dernière ?

ТС: Па јас, сигурно извлеков лекција. Лекцијата дека не може и не смее никој повеќе да манипулира со народот. Мислам дека е извлечена лекција.
На крај се сведуваш на две екстреми: Последна битка за некаква правна и нормална држава каде ќе излезат на протести 100.000 луѓе или истите тие 100.000 ќе се гушкаме на аеродром, секој со билет во еден правец во рака.
Јас, секако дека морам да бидам претпазлив. Се разбудија многу луѓе. И треба. Моите дедовци се бореле против фашисти и османлиии со цел да јас живеам добро и да градам тука.

TS: Je pense que j'ai tiré suffisamment de leçons de cette expérience [rires]. Ce qu'il faut retenir c'est que personne ne peut ni ne devrait plus manipuler le peuple. Avec le temps, nous pourrions faire face à deux extrêmes : soit nous menons notre dernier combat pour un pays normal dans lequel les lois sont respectées, et dans ce cas 100 000 personnes descendront dans la rue. Ou bien ces 100 000 personnes se retrouvent à l'aéroport et se disent au revoir, avec un aller-simple dans la main. Bien sûr, il faut que je sois vigilant. Beaucoup de gens sont réveillés maintenant. Et ils ont bien raison. Mes grand-parents se sont battus contre les fascistes et l'Empire Ottoman durant la 2e Guerre Mondiale, pour que je puisse vivre correctement et faire mon bout de chemin.

VI: Quelles sont les prochaines étapes pour le peuple macédonien ? 

ТС: Само масовност.. Мирно и многу гласно. Без удари кон полиција. Со надеж дека ќе биде препознаена правдата во нивните срца и ќе се приклучат на народот и овој систем ќе се замени со некој нов, поубав, поведар, почовечен, попозитивен, пошарен. Како што е шаренава револуција. Како што се луѓето кои движат со Протестирам. Паметни, убави, културни и желни за убав живот во својата земја.

TS: Il faut faire de grosses manifestations, pacifiques et très bruyantes. Pas d'attaques contre la police. En espérant qu'ils reconnaîtront la justice et qu'ils feront appel au peuple pour remplacer ce système par quelque chose de meilleur, de positif, de gentil, de coloré, comme cette Révolution colorée. Comme les gens de #Протестирам (je proteste). Intelligents, beaux, respectueux et soucieux de vivre une vie meilleure dans leur pays.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site