Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La CIA ‘live-tweete’ cinq ans après les faits le raid qui a tué Ben Laden, les Pakistanais s'interrogent

Un portrait d'Oussama Ben Laden. Photo Adam Jones via Flickr. CC BY-SA 2.0

Pour le cinquième anniversaire de la mort du chef d'Al Qaida Oussama Ben Laden, la CIA, le service de renseignement extérieur des Etats-Unis, a choisi de reconstituer les événements de cette journée en tweetant comme si c'était en temps réel l'opération qui a tué celui-ci.

Ben Laden a été tué par des commandos de Navy Seals de la Marine des Etats-Unis le 1er mai 2011, lors d'un raid nocturne dans sa résidence-cachette d'Abbottabad au Pakistan. Les tweets postés par la CIA en 2016 comprennent des informations horodatées de l'opération et des plans des lieux, sous le hashtag #UBLRaid.

#CeJour 2011 : Un raid aérien US à Abbottabad, Pakistan a tué Oussama Ben Laden.

Les tweets en “live” ont reçu un accueil mitigé des internautes et ont ravivé les critiques sur l'opacité de l'opération et ses contre-coups par la suite au Pakistan. Phillip Carter, chercheur principal et directeur du Centre pour une Nouvelle sécurité américaine, exprime un avis de l'armée américaine :

Je comprends le désir de la CIA de pavoiser, mais tweeter le raid paraît contraire à l'éthique et au jugement de la communauté du renseignement

Il n'était pas le seul à penser ainsi. D'autres ont contesté avec lui l'intérêt de tweeter l'opération cinq ans après :

[@CIA 1:51 pm EDT (heure de la côte Est)  – L'hélicoptère quitte l'Afghanistan pour le compound à Abbottabad, Pakistan] Au moment précis où le Pakistan est sur le point d'éliminer le terrorisme, la CIA décide d'ouvrir les détails de l'opération qu'elle cachait depuis cinq ans

[@CIA Pour marquer le 5e anniversaire de l'opération Oussama Ben Laden à Abbottabad nous allons tweeter le raid comme s'il se déroulait aujourd'hui] Je vais grimper sur mon toit et hurler comme si je voyais les hélicoptères en ce moment même

Certains internautes ont été désorientés par le hashtag #UBLRaids, car le nom du chef terroriste est plus couramment orthographié Oussama Ben Laden et au Pakistan UBL est l'acronyme d'une banque, United Bank Limited.

Usama ? #UBLRaid ? Pas Oussama ? #OBL ? C'est quoi ça ? Pourquoi ?

Moi qui croyais que #UBLRaid était un événement promotionnel de @UBLDirect

quand le distributeur de billets avale votre carte pour la 100e fois #UBLRaid

Il y a bien eu un compte Twitter qui a tweeté en live l'opération en 2011, celui de Sohaib Athar, un consultant informatique qui habitait Abbottabad à l'époque. Il a commencé à tweeter sur la “rare” apparition d'un hélicoptère dans le quartier, avant d'en comprendre plus tard la signification.

Voici quelques-uns de ses  tweets cette nuit-là :

Un hélicoptère fait du sur-place au-dessus d'Abbottabad à 1h du matin (rare événement)

L'hélicoptère/OVNI d'Abbottabad a été abattu près du quartier de Bilal Town, on dit qu'il y a eu un éclair. Des gens disent que ça pourrait être un drone.

Oh oh, voilà que c'est moi le type qui a blogué en temps réel sans le savoir le raid contre Oussama

Une retombée : la méfiance accrue contre les vaccinations

Les commandos de Navy Seals américains ont eu beau se retirer aussi vite qu'ils étaient venus sitôt après avoir tué Ben Laden, leur action a eu un effet de longue durée sur le Pakistan, dont ne disent mot les tweets presque festifs de la CIA.

L'annonce de la sépulture en mer de Ben Laden ne présageait rien de bon pour l'opinion pakistanaise en général. Puis des questions plus graves se sont fait jour.

Selon la version la plus célèbre de l'histoire, la CIA avait travaillé plusieurs années dans l'ombre au Pakistan, pour finalement identifier un courrier et découvrir le compound d'Abbottabad où vivait Ben Laden. L'agence aurait alors monté un pseudo-programme de vaccination contre l'hépatite C avec pour objectif d'obtenir des échantillons d'ADN en provenance du compound.

Lorsque la ruse de la vaccination a été connue, les travailleurs de la santé au Pakistan ont subi de graves conséquences en retour. Aujourd'hui encore, beaucoup de gens au Pakistan croient que les vaccins anti-polio sont du poison, ou un complot de l'Occident pour détruire les musulmans, ou encore un moyen de stopper la croissance démographique dans le pays. La fausse campagne de vaccination de 2011 a, pense-t-on, renforcé cette méfiance contre les vaccins.

Pire, les rebelles talibans ont aussi soupçonné les vaccinateurs de collecter secrètement des renseignements pour les USA. Les équipes de vaccination contre la polio sont devenus des cibles d'assassinat.

Sept policiers qui protégeaient une équipe de vaccination anti-polio tués par balles au Pakistan.

Quelle transparence ?

Des journalistes d'investigation ont pointé l'absurdité des tweets de la CIA, face au manque de transparence des autorités sur le raid.

Selon le site états-unien MuckRock, qui assiste quiconque fait une demande d'information auprès de l'administration en vertu du Freedom of Information Act (FOIA, la loi sur le droit à l'information), le Département américain de la Défense refuse de fournir toute archive en rapport avec le raid qui a tué Ben Laden. Sur son site web, MuckRock a raconté que lorsque l'agence d'information Associated Press a présenté plus de 20 requêtes FOIA en lien avec l'affaire, la réponse reçue a été qu'il [le Département américain de la Défense] était dans l'incapacité de localiser la moindre archive. MuckRock a reçu une réponse identique.

Les tweets de la CIA sur le raid Ben Laden sont d'autant plus offensants vu leur refus de publier les documents FOIA [Transfert succès des documents Ben Laden à la CIA]

Cinq ans après, de nombreux Pakistanais ressentent encore l'insuffisance de divulgation publique sur les circonstances de l'opération militaire qui a conduit à la mort de Ben Laden. Ce ne sont pas les tweets de la CIA qui vont y remédier.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site