Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Au Chili, la colère des pêcheurs traditionnels de l'île de Chiloé face à l'urgence écologique

Chiloé. Foto del usuario Flickr Mauro Díaz. Usada bajo licencia CC 2.0

Chiloé. Photo du compte Flickr de Mauro Díaz. Utilisée sous licence CC 2.0

Cela fait des mois que le phénomène marin connu sous le nom de marée rouge, une prolifération excessive d'algues qui se traduit entre autres par une concentration élevée en toxines, affecte les métiers de la pêche sur l'île de Chiloé [fr] dans le sud du Chili.

Beaucoup imputent le phénomène récent à l'industrie salmonicole, touchée par une épidémie qui a emporté plus de 24 millions de saumons, dont deux mille tonnes ont fini dans la mer. Le directeur de Sernapesca (Service national de la pêche et de l'aquaculture), José Miguel Burgos, a expliqué que « la plus grande partie des pertes a servi à l'élaboration de farine de poisson, tandis qu'une proportion moindre a été envoyée dans des décharges. Et la troisième alternative, comme le prévoit la législation internationale dans les situations d'urgence, et faute d'autre possibilité, sont ces deux mille tonnes qui ont été déversées dans la mer dans une fosse sous-marine de plus de trois mille mètres de profondeur, à plus de 130 kilomètres des côtes ».

Le ministre de l'Environnement a par ailleurs attribué le phénomène au seul changement climatique.

L'alerte s'est répandue sur les réseaux sociaux après que des milliers de machas mortes (couteaux) ont été découvertes sur le littoral de Cucao, à Chiloé la nuit du 25 avril 2016.

5 kilómetros de machas muertas. Emergencia ecológica, social y alimentaria en Chile. Pantallazo de la actualización pública en Facebook de Carlos Reyes Medel.

5 kilomètres de machas mortes. Urgence écologique, sociale et alimentaire au Chili. Capture d'écran de la mise à jour publique de Carlos Reyes Medel sur Facebook.

Les pêcheurs de la zone ont entamé un mouvement de protestation le 3 mai car ils estiment que le gouvernement ne les aide pas suffisamment pour pallier les pertes économiques qu'ils ont subies, et que les 100 000 pesos chiliens (environ 130 euros) proposés par l'intendant de la région à chaque famille sont insuffisants.

En guise de protestation, des routes ont été bloquées, des barricades dressées et des pneus brûlés. Les pêcheurs demandent que le gouvernement comme les multinationales de l'industrie du saumon prennent en charge les réparations économiques.

Certains utilisateurs de Twitter notent que la presse nationale n'informe pas le pays sur ces sujets.

Le documentaire intitulé « Contre le courant » [en espagnol] nous permet de mieux replacer dans son contexte la salmoniculture et les problèmes sociaux, environnementaux et économiques qu'elle a engendrés à Chiloé, à travers des témoignages qui reconstituent son histoire depuis plus de trente ans qu'elle est pratiquée au Chili.

Es un proceso parecido a un mall que construyeron ahora en Castro. Nadie se dio cuenta. No nos dimos cuenta hasta que vimos el mar sembrado.

Ce processus est semblable à ce centre commercial construit il y a peu à Castro. Personne ne s'en est rendu compte. Nous ne nous sommes pas rendus compte jusqu'à ce que nous voyions la mer recouverte.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site