Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Ouganda : La campagne de défiance de l'opposition ne sera pas télévisée

Les entreprises de médias électroniques en Ouganda comme celle-ci, Voice of Tooro FM, pourraient perdre leur licence de pour avoir diffusé la campagne de défi de l'opposition. Photo Creative Commons (CC BY 2.0) par la Mission américaine en Ouganda.

Les entreprises de médias électroniques en Ouganda comme celle-ci, Voice of Tooro FM, pourraient perdre leur licence pour avoir diffusé la “campagne de défiance” de l'opposition. Photo Creative Commons (CC BY 2.0) par la Mission américaine en Ouganda.

Moins d'une semaine après que la célébration en Ouganda de la Journée mondiale de la liberté de la presse, le ministre de l'Information et de l'orientation nationale Jim Katugugu Muhwezi a interdit aux entreprises de presse de couvrir les manifestations de l'opposition, que leurs organisateurs qualifient de «campagne de défiance». Les manifestations sont organisées par Kizza Besigye, leader du Forum pour le changement démocratique (FDC), principal parti d'opposition du pays.

S'adressant aux membres de la presse, le ministre a déclaré que l'interdiction de la couverture en direct des activités du FDC serait appliquée par la Commission des communications de l'Ouganda, ainsi que par la police, et que tous les médias électroniques couvrant la campagne de l'opposition allaient perdre leurs licences de radiodiffusion. Il n'a rien dit à propos de la couverture par la presse écrite.

Le directeur exécutif de la Commission ougandaise des communications, Godfrey Mutabazi, a mis en garde les utilisateurs de médias sociaux en ces termes : “L'interdiction pourrait être étendue aux médias sociaux, si ceux-ci étaient utilisés comme un outil alternatif de propagation de [la] campagne de défiance.”

Pendant ce temps, les organisateurs de la campagne de défiance envisagent d'utiliser les prières hebdomadaires et les manifestations publiques pour exiger une vérification indépendante des résultats de l'élection présidentielle 2016. L'élection controversée qui a eu lieu le 18 février, a vu le Président Yoweri Museveni gagner son cinquième mandat avec 60,75 % des voix, tandis que Kizza Besigye remportait 35 %. M. Besigye et ses partisans affirment que l'élection a été truquée. Les observateurs internationaux et les groupes des droits humains ont également critiqué le processus électoral.

Un tribunal ougandais a statué que la campagne de défiance était illégale. Le tribunal a jugé que l'organisation de la campagne de défiance dans le but d'obtenir le contrôle du gouvernement était une violation de la Constitution ougandaise. Il convient de noter que l'objectif de la campagne n'est pas directement de renverser le gouvernement, mais plutôt de contester les résultats des élections par des manifestations publiques. L’ Uganda Law Society a critiqué la décision, en faisant valoir que le tribunal n'a entendu que l'une des parties intéressées, c'est-à-dire le procureur général. Le FDC a dit qu'il ne respecterait l'ordonnance du tribunal.

La blogosphère ougandaise a réagi à l'interdiction en utilisant deux hashtags Twitter, #PressBan (interdiction de la presse) et #UgandaMediaGag (Bâillonnement des médias en Ouganda).

Certains utilisateurs de Twitter ont souligné l'ironie du moment choisi pour l'interdiction, tandis que d'autres étaient impatients de voir la réaction de la presse :

Sur les talons de la Journée mondiale de la liberté de la presse, Bâillonnement des médias en Ouganda. Ironie

Impatient de voir comment les médias vont réagir à ce Bâillonnement des médias en Ouganda. Vont-ils s'interdire la couverture des activités du gouv/parti au pouvoir ?

D'autres se sont simplement moqués de la décision du gouvernement:

Vous avez le droit de garder le silence. Vos tweets peuvent être utilisés contre vous dans les tribunaux.

Se référant à la menace du ministre adressée aux journalistes en ligne, cet utilisateur de Twitter a écrit :

ils viennent juste d'apprennent les mots ‘journaliste numérique’. Le ridicule des menaces d'hommes de la brousse

Enfin, la mission des États-Unis en Ouganda a été sidérée par la mesure :

Les citoyens ougandais devraient pouvoir décider eux-mêmes quelles sont les informations à utiliser pour faire des choix éclairés concernant leur pays.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site