Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le rappeur camerounais Valsero fustige en musique les 33 ans de pouvoir du président Biya

A screengrab od Cameroonian rapper Valsero from Motion de Soutien video.

Capture d'écran de la vidéo Motion de Soutien du rappeur camerounais Valsero.

Valsero est l'un des rappeurs camerounais les plus engagés socialement et politiquement. Il vient de sortir un nouveau single, dans lequel il sert une critique mordante des 33 années de “dictature” du Président Paul Biya.

La chanson, intitulée “Motion de Soutien”, est dédiée au peuple camerounais et c'est une riposte pas trop subtile au récent déluge de “motions de soutien” de militants du parti au pouvoir demandant à M. Biya, 83 ans, d'être candidat à un nouveau mandat  présidentiel en 2018.

Au fil des paroles s'égrènent plus de trente ans de promesses non tenues,  de faux espoirs, rêves déçus, désespérance généralisée, corruption et désillusion au Cameroun :

33 ans de dictature
33 ans de corruption
33 ans de népotisme
33 ans de destruction
33 ans de souffrance de misère sans interruption
33 ans d'arrogance, de violences et d'humiliation
33 ans de mensonges bercés par des illusions
33 ans de pénitence de sueur de larmes à profusion
33 ans de prières toujours en quête de solution
33 ans de 33 pour noyer nos ambitions

Selon Valsero, le résultat des 33 années de règne de Biya est un exode massif de jeunes Camerounais prêts à tout risquer à la recherche d'herbe plus verte :

Regarde ces jeunes ! Ils ne rêvent plus sinon de partir très loin
Regarde ces jeunes ! Ils ne luttent plus, ça sert à rien pour certains
Tu veux garder le Cameroun pour toi ? OK, on te le laisse !
Va s’y prends-le ! Et si tu veux, étouffes toi avec !
On préfère prendre la Mer et mourir parmi les poissons
Y a plus de chances de s'en sortir au milieu des requins

Enfin, dans une de ses attaques les plus directes jamais lancées contre le président, Valsero cingle :

Tu as fini par rendre plus faible une nation qui était plus forte avant.
J'espère que tu es content, car pour moi tu resteras le dernier des présidents.
Un jour viendra où tu payeras ta facture…
Le people aura sa revanche dans cette vie ou une autre…

De ‘Lettre au Président’ à ‘Motion de Soutien’

Surnommé Le Général par ses fans, Valsero est venu sur le devant de la scène en 2009 avec sa chanson “Lettre au Président” qui appelait Biya à contrôler l'élite dirigeante “pillarde et arrogante” du Cameroun et à donner sa chance à la jeunesse du pays aliénée et marginalisée. “Lettre au Président” a instauré Valsero porte-voix des opprimés, à côté du chanteur contestataire Lapiro de Mbanga.

Depuis, Valsero a sorti de nombreux morceaux—dont deux nouvelles lettres au président—où il déplore la réticence de l'élite camerounaise au pouvoir à traiter les problèmes socio-économiques du pays, et l'indifférence constante du président aux souffrances de la jeunesse camerounaise.

Un portrait du rappeur par Radio France International (RFI)en 2010 expliquait comment sa musique est souvent saluée par les autorités camerounaises :

Valsero a choisi de dire ce qu'il pense. Au Cameroun, un pays où en général les gens souffrent en silence de peur de repésailles ou se taisent mais avec contre-partie, le chanteur à la voix rocailleuse et au look torride est une sorte de météorite. Par conséquent, ses morceaux redoutés ne sont pas diffusés à la radio-télévision publique, et ses concerts se font régulièrement interdire par le pouvoir ou interrompre par la police.

[NdT: Lire aussi son entretien de 2012 avec RFI]

‘Une musique qui résume la faillite du système Biya’

La chanson de Valsero a incendié le Cameroun, et son clip est devenu viral en quelques heures après sa sortie sur YouTube et Facebook. Les réseaux sociaux croulent sous les discussions animées et généralement acrimonieuses autour du message de Valsero.

Sur un post Facebook, le blogueur Mark Bareta estime que

Cette musique résume le système failli de Paul Biya… Tout ce qui est visible aujourd'hui avec le régime Biya est le résultat d'un gouvernement en échec, d'erreurs de jugement, d'absence de prévision efficace, de manque de politiques d'avenir pour les infrastructures, de corruption, etc.

Pour l'utilisateur de Twitter Franky Taz :

Tout en concédant que “Motion de Soutien” est une bonne chanson, Cheikh Kemit TSIMI sur Twitter n'en pense pas moins qu'elle encourage les Camerounais à se résigner à leur sort :

‘Notre pays va mal, mais il se relèvera’

Les détracteurs et critiques de Valsero, dont beaucoup sont des partisans du président, ont aussi rejoint les réseaux sociaux pour vilipender la nouvelle chanson. Dans un commentaire posté sur un des plus grands groupes camerounais de Facebook, Zulu Uhem Mesut accuse Valsero de défaitisme :

Comme le Maréchal Pétain en Juin 1940, VALSERO est un GÉNÉRAL LÂCHE. Il invite la jeunesse camerounaise des ÉGOUTS à abdiquer face au combat de la survie quotidienne en prenant le chemin de l'exil RISQUÉ. Surprenant plutôt pour un GÉNÉRAL des DAMNÉS !

Nous préférons encore danser au rythme de ” COLLER LA PETITE”… qui nous donnent l'espoir… au lieu de nous associer à des appels à immobilisme du GÉNÉRAL FUYARD, déserteur du FRONT DE GUERRE.

Dans une lettre ouverte non signée à Valsero, un autre supporter du président argumente que ce sont les Camerounais qui sont le problème, et non le président Biya:

Le Cameroun va mal c’est vrai, et ce depuis des décennies, certains fonctionnaires incompétents, voleurs, détourneurs de fond publics, des hommes d’affaires égoïstes qui au lieu de créer les richesses ne pensent qu’a devenir maire ou députés pour avoir des facilites dans l’import-export, Changeons d’abord d’habitudes.

Frater laisse les histoires des 33 ans la, faisons ce que nous avons à faire pour que le pays avance…

Valsero le pays ci va mal, mais il va se relever, voilà pourquoi le chef de l’État a parlé de résilience, comme moi, il sait qu’un état fort impose le changement des mentalités. »

Il n'y a pas encore eu de réaction officielle du gouvernement ou de la présidence du Cameroun. Mais une chose est presque sûre : encore une chanson qui ne passera pas à la radio ou à la télévision d'Etat.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site