Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

“Nous sommes meilleurs parce que l'amour existe” : l'Amérique Latine se souvient de Víctor Jara

Homenaje a Víctor Jara en septiembre de 2013. Imagen en Flickr del usuario Marcos G. (CC BY-NC 2.0).

Hommage à Víctor Jara en septembre 2013. Photo Flickr de Marcos G. (CC BY-NC 2.0).

Bien que près de 43 ans se soient écoulés depuis sa mort, Víctor Jara, ce Chilien musicien, chanteur compositeur, professeur, directeur de théâtre et militant politique engagé, fait encore parler de lui. Le 27 juin 2016, en Floride aux Etats-Unis, un jury a déclaré  l'ex-militaire Pedro Barrientos responsable de la mort de Víctor Jara. Ce jugement est l'aboutissement de l'action au civil intentée en 2013 par l'épouse de Jara et ses filles Manuela et Amanda.

Barrientos devra, en outre, verser une indemnité compensatrice de 28 millions de dollars à la famille Jara, et pourrait faire l'objet prochainement d'une extradition, si le gouvernement des Etats-Unis le juge nécessaire. Barrientos est citoyen américain par son mariage.

Après le coup d'Etat du 11 septembre 1973, qui a renversé le gouvernement de Salvador Allende, Jara a été arrêté par la dictature militaire récemment mise en place. Il a été torturé puis assassiné dans l'ancien stade Chile.

En 1990, la commission Vérité et Réconciliation a établi avec précision que Víctor Jara avait été criblé de 44 balles le 16 septembre 1973 dans le stade Chile. Son cadavre a été jeté dans un terrain vague, puis déposé à la morgue en tant que NN (Inconnu). Ensuite, il a été identifié par son épouse, la Britannique Joan Turner.

Des années plus tard, en 2012, Miguel Vázquez Plaza, magistrat instructeur à la Cour d'Appel de Santiago, a engagé des poursuites contre les militaires à la retraite Hugo Sánchez Marmonti et Pedro Barrientos Núñez pour l'assassinat de l’emblématique auteur compositeur. Le magistrat a lancé un mandat d'arrêt international contre Barrientos Núñez, qui réside aux Etats-Unis.

La famille de Jara a éprouvé une grande joie à l'annonce de cette décision de justice :

Joan, sa veuve, et ses filles Manuela Bunster et Amanda ont pleuré de joie et ont embrassé leurs avocats en apprenant la décision du tribunal, tandis que Barrientos a accueilli la nouvelle en silence et les yeux rivés au sol. La défense de la famille Jara considère que cette condamnation pourrait conduire le gouvernement des Etats-Unis à accélérer l'extradition de Barrientos au Chili.

Le procès a duré sept jours et s'est tenu devant la Cour fédérale d'Orlando, en Floride.

Voici quelques réactions recueillies sur Twitter :

Un ancien militaire putschiste chilien condamné aux Etats-Unis pour avoir torturé et assassiné Víctor Jara.

Un ancien militaire chilien condamné 43 ans après l'assassinat de Víctor Jara.

Après 43 ans, la justice condamne un militaire chilien pour l'assassinat de Víctor Jara.

A la fin de la dictature, le Stade Chile a été rebaptisé Stade Víctor Jara.

Víctor Jara lors de sa tournée au Pérou

Le 17 juillet 1973, en tournée au Pérou, Víctor Jara est interviewé par le fameux présentateur et animateur péruvien, Ernesto García Calderon, le père de l'auteur de cet article. Cette entretien est disponible sur YouTube :

En introduction, le présentateur évoque le Victor Jara qui chante “le travailleur agricole, l'ouvrier, le mineur, la mer”, mais aussi l'amour et la paix. Sur ses débuts, Jara raconte qu'il avait toujours vu une guitare chez lui car sa mère était chanteuse. Elle chantait pour les baptêmes, les noces et les enterrements, des chansons de la campagne.

“Nous sommes meilleurs parce que l'amour existe, c'est fondamental, vital, c'est l'essence de notre raison d'être”, déclare Jara durant cet entretien.

Le chanteur dit aussi qu'il a eu beaucoup de chance de rencontrer Violeta Parra, chanteuse et compositeur chilienne considérée comme l'une des principales folkloristes d'Amérique, ajoutant que certains ont même pensé qu'il était son fils.

Il fait aussi référence à ce qui à cette époque s'est appelé la nouvelle chanson chilienne, ce mouvement dont l'origine est un disque de Violeta Parra qui parlait de vérité, d'authenticité et qui a eu un impact tellement profond que certains l'ont considéré comme le chemin à suivre. A la fin, Jara rapporte qu'il a mis en musique certains poèmes, comme “El niño yuntero“, du poète Espagnol Miguel Hernández.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site