Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Angola : Nito Alves a été libéré

Julgamento dos 17 activistas presos em Angola. Foto: MakaAngola

Nito Alves (deuxième à gauche) pendant le procès en mars 2016. Photo : MakaAngola (arquivo GV)

Nito Alves a été remis en liberté le mardi 5 juillet, une semaine après la libération de 16 activistes le 29 juin, sur ordre du Tribunal suprême, suite à la demande d’habeas corpus formulée par les avocats de la défense.

L'annonce a été faite sur la page Facebook de l'un d'eux, Luaty Beirão:

DERNIÈRE MINUTE
Nito Alves vient de sortir de prison.
L'activiste qui a été condamné sommairement à six mois de prison ferme par le tribunal de première instance pour outrage aux magistrats de son procès, pour avoir dit “Je ne crains pas pour ma vie, ce procès est une mascarade”, vient de sortir de prison et attend la décision du Tribunal suprême chez lui.

L'information a été confirmée par Nito Alves lui-même, dans une interview accordée à la radio DW-África.

Nito Alves et ses compagnons sont désormais tous libres et vont attendre la décision du Tribunal suprême suite à l'appel formé par leurs avocats.

Les 17 activistes avaient été arrêtés par la police en juin 2015 pour les délits présumés d'”actes de rébellion et tentative de coup d'État”. Quinze avaient été incarcérés dans l'attente de leur jugement. Les autres, deux jeunes activistes, étaient restés libres dans l'attente du procès en mars 2016, au cours duquel tous les accusés avaient été condamnés à des peines allant de deux à huit ans et demi de prison.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site