Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Des peintures rupestres récemment trouvées pourraient changer l'histoire de Machu Picchu

Machu Picchu. Image on Flickr by user Dan Doan (CC BY-NC-ND 2.0).

Machu Picchu. Image sur Flickr par Dan Doan (CC BY-NC-ND 2.0).

Machu Picchu, considéré comme un chef-d'oeuvre d'architecture et d'ingénierie, et également décrété une des Sept Merveilles du Monde Moderne en 2007, n'arrête pas de nous surprendre.

Le 4 juillet, Pedro Astete, directeur du parc archéologique national du Machu Picchu, a informé de la découverte de deux nouvelles peintures rupestres, retrouvées à proximité des ruines de la citadelle inca la plus connue au monde :

La silhouette d'un lama, d'un homme et au dessus d'eux une image géométrique ont été trouvées dans la zone du Pachamama, sur le chemin menant à l'accès de la zone archéologique du Machu Picchu.
En […] 1912, 4 tombes ont étés découvertes lors de la deuxième expédition péruvienne de l'Université de Yale, dirigé par Hiram Bingham. Cependant, jusqu'à présent [les images] étaient passées [inaperçues].

Il est prévu de réaliser de nouvelles fouilles dans cette zone, qui n'est plus accessible au public pour le moment. Les dessins trouvés doivent encore être étudiés, mais le Portail du Tourisme de Pérou a communiqué qu'ils pourraient dater d'avant l'époque des Incas :

Cette découverte pourrait changer l'histoire connue du complexe archéologique, car les figures trouvées apportent des indices de la présence d'un autre peuple ayant vécu avant les Incas.
C'est ce que nous affirme José Bastante, responsable du programme des recherches du sanctuaire, qui dit que cela “pourrait démontrer que le lieu avait une signification spéciale pour d'autres personnes avant l'époque des Incas. Les recherches viennent à peine de commencer”.

La nouvelle n'a pas été sans polémique, car certaines versions affirment que la découverte n'en est pas une et donnent même des photos du lieu, prises en 2009 :

Ces peintures sont connues depuis très longtemps et sont faciles à voir, car elles sont localisées au bord du chemin de Intipunku. Nous avons des photographies prises il y a presque vingt ans et de nombreux guides touristiques sont au courant de son existence. […] On mentionne également ces peintures dans un rapport géologique sur les glissements de terrain de Machupicchu au début du siècle.

Comme il était prévisible, la nouvelle a rebondi sur de nombreux tweets de différents médias comme le Journal Las Américas, qui a publié une photographie de l'image et avec elle, les figures énigmatiques, que l'on peut voir sur le tweet ci-dessous, et qui se sont répandues sur tous les réseaux sociaux péruviens :

#Arts Découverte de nouvelles peintures rupestres à Machu Picchu

Aussi bien les médias comme les utilisateurs font constamment référence à deux vidéos dans lesquelles on peut voir différents endroits de Machu Pichu. L'une d'entre elles, faite dans les années 40, rassemble des images de divers sites archéologiques de Cusco comme Ollantaytambo, Písac, mais aussi à Juliaca et Arequipa. La vidéo appartient à la collection de films du Musée d'Archéologie et d'Anthropologie de l'Université de Pennsylvanie. L'utilisateur qui la publie insiste sur l'immense diversité culturelle déjà présente dans la région dans les années 40. La vidéo que l'on peut voir ensuite, inédite jusqu'à maintenant, la précède et date de 1936. Elle montre le parcours dans plusieurs endroits du Machu Picchu avec une musique de fond typiquement andine.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site