Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Une présentatrice de télévision mozambicaine critiquée sur les réseaux sociaux après des propos soi-disant “racistes”

Captura de tela do programa "Manhãs Alegres" apresentado por Yara da Silva.

L'animatrice Yara da Silva. Capture d'écran de télévision

[Tous les liens mentionnés sont en portugais]

Les déclarations de la chanteuse et présentatrice Yara da Silva, le 2 juillet dernier, ont provoqué une onde de choc sur les réseaux sociaux. Les internautes mozambicains et les téléspectateurs de « Sabadar », diffusé tous les samedis sur STV – Soici Televisão au Mozambique, ont en effet qualifié ces propos de « racistes ». La chanteuse présente également une émission quotidienne sur cette même chaîne, « Manhãs Alegres ».

D’après le blog “MOZxigubo”, voici pourquoi la présentatrice était conviée à participer au programme :

A missão da Yara naquele programa apresentado pelo Emerson Miranda era estrear-se numa rubrica de dança, onde junto do seu professor brindou os telespectadores com uma marrabenta. Mas antes mesmo de dançar, o apresentador perguntara a Yara como tinha sido o processo de ensaio e a escolha da indumentária. A apresentadora do Manhãs Alegres explicou e no meio do discurso disse: “apesar de eu não ser negra, amarrei a capulana como as negras”.

La mission de Yara dans cette émission présentée par Emerson Miranda était d’inaugurer une rubrique consacrée à la danse, dans laquelle elle offrait aux téléspectateurs, avec son professeur, une marrabenta, une danse mozambicaine traditionnelle. Mais avant même de danser, le présentateur demanda à Yara de choisir et d’essayer une tenue vestimentaire. La présentatrice de Manhãs Alegres déclara alors, au milieu de son discours : « bien que je ne sois pas noire, j’ai attaché une capulana [une sorte de sarong africain], comme les noires ».

La remarque de l’animatrice a déclenché une forte contestation sur les réseaux sociaux. De nombreux internautes ont condamné ces propos, tandis que d’autres défendaient Yara da Silva, à l’instar d’Ivan Maússe :

Bem, a meu humilde ver, Yara da Silva, ao dizer, mesmo despercebidamente, que mesmo não sendo negra amarrou capulana como as negras, conclui que amarrar capulana é coisa eminentemente das mulheres negras (…) Durante muito tempo, pensei que o racismo consistia em atribuir uma característica pejorativa, quer em termos verbais, quer ainda em termos símbolos. E do discurso de Yara não pude notar qualquer IMPUTAÇÃO PEJORATIVA eventualmente realizada sobre as mulheres negras.

Bien, de mon humble point de vue, Yara da Silva a déclaré, peut-être discrètement, que même en n’étant pas noire, elle portait un sarong comme les noires. Elle en déduisait que porter un sarong était typique des femmes noires (…) J’ai longtemps cru que le racisme consistait à attribuer une caractéristique péjorative, soit verbalement, soit symboliquement. Dans les déclarations de Yara, vous ne pouvez noter aucune REMARQUE PEJORATIVE à l’encontre des femmes noires.

Eduardo Matine a également pris la défense de l’animatrice, en recourant à l’analogie suivante :

Ate parece que estou a ver a/o tal negra/o a criticar, mal consegue teclar por causa da unha XL que colou a sua mão, enquanto escreve a tissagem voa e tapa-lhe a cara, prendendo alguns fios do cabelo nos cilios postiços que criam sombra aos olhos, esta mal sentada devido a calcinha com bundas que fugiu do lugar, mas a cinta aperta-lhe o abdomen pois acaba de comer, daqui a nada é hora de descalçar o salto alto e meter os chinelos que estão na carteira pois termina o expediente e tem que descer as escadas e conduzir o dubaizinho para casa, olhando para os pés são mais escuros que o resto do corpo, eishhhh…Agora so Yara e’ que deve olhar antes de falar?

Il semble que je puisse critiquer une noire car elle tape difficilement sur son clavier à cause des ongles XL qu'elle a collés sur sa main ; pendant qu’elle écrit, ses extensions volent et lui cachent le visage, et elle attrape quelques cils de ses faux-cils qui créent une ombre sur ses yeux ; elle est mal assise en raison de son string qui se fait la malle, tandis que sa gaine l’empêche de manger. Bientôt il sera l’heure de retirer ses talons hauts et de mettre ses chaussons toujours présents dans son sac à main, puis de terminer sa journée de travail, descendre les escaliers et conduire sa petite voiture d’occasion jusqu’à la maison en regardant ses pieds toujours plus sombres que le reste du corps, ahhhh… Yara est-elle la seule à devoir réfléchir avant de parler ?

De son côté, José de Matos accuse la présentatrice de s’être montrée maladroite :

A Yara foi muito infeliz naquele comentário na medida que capulana nao é so de negras! Foi imprudente mas o comentário nao é racista! Racistas sao algumas abordagens sobre esta polemica, isso sim! Por outras palavras, alguns querem condenar o alegado racismo mas depois usam argumentos racistas, é isso que eu estou a ver em muitas reaçoes em vários sitios! Ca para mim, o problema nao é a Yara mas sim a sociedade que tem alguns problemas em lidar com a identidade e questao racial!

Le commentaire de Yara était inopportun dans la mesure où le sarong n’est pas réservé aux noires ! Elle a été imprudente, mais sa réaction n’était pas raciste ! Les racistes sont ceux qui se sont emparés de cette polémique ! Quelques-uns veulent condamner ce prétendu racisme, mais ils recourent eux-mêmes à des arguments xénophobes. Voilà ce que je constate dans de nombreuses réactions ! De mon point de vue, le problème n’est pas Yara, mais une société qui a quelques soucis identitaires quant à la question raciale !

Mauro Steinway affirme que chacun doit être en paix avec ses origines :

Se alguém diz não ser negra, enquanto outras querem se parecer brancas, há alguma diferença? Há sim. Uma usou palavras, mas outras usam extensões lisas, cremes, lentes de contacto,etc. Deixem as pessoas serem da Raça que quiserem ser. É patético, mas ok, é uma escolha.

Si une personne dit ne pas être noire, et que d’autres veulent avoir l’air blanc, y-a-t-il une différence ? Oui, il y en a une. Pendant que l’un utilisera des mots, d’autres useront d’extensions capillaires, de crèmes, de lentilles de contact etc. Laissez ces personnes être de la race qu'elles souhaitent. Certes c’est pathétique, mais c’est un choix.

Dino Foi a, de son côté, tenté d’apaiser les esprits :

Ok, hoje eu vou liderar uma campanha:
– Yara da Silva eu te perdoou pela má aplicação das palavras.
Apenas ressalvando que capulana não é coisa de negros e, as roupas não definem uma raça.
Aos amigos: não vou aceitar comentários belicistas. Para Yara, que eu sempre gostei: esteja à vontade, eu retiro o que eu possa ter dito directa ou indirectamente a seu respeito e este assunto morre aqui. Paz, paz, paz

Ok, aujourd’hui je voudrais mener une campagne :
– Yara da Silva je te pardonne pour ces mots malheureux.
Néanmoins, hormis le fait que la capulana n'est pas réservée aux noirs, les vêtements ne définissent pas une race.
Mes amis : je n’accepterai pas de commentaires belliqueux. Pour Yara, que j’ai toujours aimée : je retire tout ce que j’ai pu dire directement ou indirectement à son encontre, et on en reste là. Paix, paix, paix

Qu’est-ce qu’un sarong ?

Sarongs. Photo: Dércio Tsandzana

La capulana (sarong) est un des vêtements les plus utilisés au Mozambique. Il s’agit d’un drap aux nombreuses fonctions. Traditionnellement, il est porté comme une jupe ou une robe, mais peut également couvrir le tronc ou la tête de la femme qui la porte. Les mères de famille s’en servent aussi pour transporter leurs bébés dans les bras ou dans le dos.

Le 7 juillet, la présentatrice a fait ses excuses dans son programme « Manhãs Alegres » :

Amigos, que tal relevarmos o Erro (de língua/abordagem e provavelmente cometido inocentemente) da nossa irmã Yara A. Da Silva , que pelo vídeo, mostra que ouviu e aprendeu das críticas. Que tal experimentarmos o gosto bom do perdão e arquivarmos de uma vez por todas este assunto? Yara, eu aceito o teu pedido de desculpas, mesmo porque nunca me incomodou esta situação, sinceramente falando. Abraço-te e te desejo sucessos contínuos.

Mes amis, comment considérer l’erreur (de langue/d’approche et probablement commise innocemment) de notre sœur Yara A. Da Silva, qui dans la vidéo, montre qu’elle a entendu et appris des critiques. Comment essayer de pardonner et d’enterrer une bonne fois pour toutes ce sujet ? Yara, j’accepte tes excuses, car cette situation ne m’a jamais dérangé, pour être honnête. Je t’embrasse et te souhaite beaucoup de succès à l’avenir.

Les remords de l’animatrice ont circulé en quelques minutes sur les réseaux sociaux :

La présentatrice mozambicaine Yara Da Silva s'est excusée en direct dans son émission « Manhãs Alegres » pour ses…

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site