Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Quand Google Maps tente sans succès de changer les noms des villes de Crimée

Du jour au lendemain, comme d'un coup de baguette magique, Google Maps a changé le nom de certaines villes de Crimée. Images éditées par Tetyana Lokot.

Du jour au lendemain, comme d'un coup de baguette magique, Google Maps a changé le nom de certaines villes de Crimée. Images éditées par Tetyana Lokot.

Le 27 juillet, le géant d'internet Google a rebaptisé sur son service Google Maps un certain nombre de villes et de villages en Crimée, la péninsule d'Ukraine sous contrôle russe depuis le début de l'année 2014. Ces changements font suite à une décision du parlement ukrainien de modifier le nom de 70 localités en Crimée en accord avec sa campagne de “décommunisation” de mai 2016.

Les utilisateurs des versions russe et ukrainienne de Google Maps ont immédiatement remarqué ces changements. Par exemple, d'après un article du site d'information Meduza, la ville de Krasnoperekopsk a été renommée “Yany Kapu”, Sovetskoe est devenue “Ichki” et Kirovskoe “Islyam-Terek”. Beaucoup de ces nouveaux noms ont une origine tatare de Crimée ou d'autres racines historiques, remplaçant ainsi les variantes de la période soviétique.

Les changements opérés sur Google Maps ont immédiatement suscité les réactions des gouvernements russe et criméen. Le responsable de la Crimée annexée Sergueï Axionov a accusé Google dans un post Facebook de “fabriquer un produit de propagande” et de “chercher à créer sa propre réalité”. Le ministre russe des Communications Nikolaï Nikiforov s'est joint à cette salve de critiques, en affirmant que si Google ne se conformait pas aux lois russes et aux noms russes des villes et des villages (de Crimée), il “empêcherait l'entreprise de mener une activité efficace en Russie”.

Le Ministre des Affaires étrangères Pavlo Klimkin a réagi sur Twitter à ces réactions, en faisant référence à ce que l'Ukraine considère être une occupation illégale de la Crimée par la Russie :

Rebaptiser ce qui a été volé, c'est comme construire un château de cartes : voué à s'effondrer sous le poids de la vérité.

Le 28 juillet, un porte-parole de Google a déclaré au site d'information de la RBC que l'entreprise était au courant des changements réalisés en accord avec la loi ukrainienne de “décommunisation” et du mécontentement de la Russie. Google a affirmé à la RBC qu'il “travaillait activement pour restaurer la version précédente des noms dans la version russe de Google Maps.”

Le gouvernement ukrainien a perdu le contrôle de la péninsule de Crimée au printemps 2014 après un référendum controversé sur sa sécession de l'Ukraine et son rattachement à la Fédération de Russie. La plupart des pays du monde ne reconnaissent pas l'annexion suite à ce référendum du territoire de la Crimée par la Russie.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site