Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

En Chine, un diplôme universitaire n'est pas toujours la voie royale vers l'emploi

Chinese graduates at a job exhibition in 2007. Photo from state news agency Xinhua.

Des diplômés chinois lors d'un forum de l'emploi en 2007. Photo de l'agence d'information publique Xinhua.

Une nouvelle fois, plus de 7 millions d'étudiants sont sortis diplômés des universités chinoises en mai. Si l'on y ajoute les 300.000 diplômés à l'international et ceux des années précédentes qui sont toujours à la recherche de travail, cela signifie que plus de 15 millions de jeunes auraient tenté leur chance en même temps cette année.

En tant que nouvelle puissance économique émergente, la Chine est censée posséder un marché du travail très important. De fait, lorsqu'on tape « trouver un emploi en Chine » sur Google, cela donne des millions de résultats. Mais la réalité est que de nombreux diplômés peinent à décrocher un travail après avoir fini leurs études. Un dicton populaire qui s'est répandu ces dernières années affirme même qu’ « être diplômé revient à être au chômage. »

Selon Times Higher Education, le taux de chômage des diplômés de l'université deux mois avoir l'avoir quittée était de 17,6 % en 2013 ; pour ceux issus des territoires ruraux, il était de 30,5%. C'est davantage que le taux de chômage de l'ensemble de la population (ou du moins de ce que l'on estime être le taux de chômage car les chiffres ne sont pas fiables en Chine). Alors que l'économie chinoise a ralenti ces deux dernières années, le taux de chômage ne fait que s'aggraver.

La frustration des jeunes générations en Chine se retrouve dans un certain nombre de textos et de messages largement partagés sur les réseaux sociaux, comme celui-ci :

当我们出生的时候,奶粉里都有毒了,当我们长身体的时候,只能吃垃圾食品了,当我们要上幼儿园的时候,开始乱收费了,当我们大学毕业的时候,毕业就是失业了,当我想努力赚钱的时候股市倒了,当我想努力谈恋爱的时候帅哥都成GAY了,当我想追求一切流行的时候,又开始非主流了!

Lorsque nous sommes nées, le lait infantile était toxique ; lorsque notre corps s'est développé, nous ne pouvions consommer que de la junk food [nourriture malsaine] ; lorsque nous avons fréquenté l'école maternelle, les frais de scolarité étaient astronomiques ; lorsque nous avons obtenu notre diplôme universitaire, nous nous sommes retrouvées au chômage ; lorsque nous avons tenté de gagner notre vie sur les marchés boursiers, ils se sont effondrés ; lorsque nous nous sommes évertuées à tomber amoureuses, c'est pour s'apercevoir que tous les beaux mecs étaient gays ; lorsque nous nous sommes intéressées à la culture et aux valeurs traditionnelles, celles-ci ne l'étaient plus.

所谓大学:管理监狱化,素质流氓化,Kiss公开化,消费白领化,上课梦境化,逃课普遍化,寝室网吧化,补考专业化,学费贵族化,论文百度化,近视全面化,食堂饲料化,求职梦想化,毕业失业化,就业民工化。

Ce que l'université veut dire : la gestion est digne d'une prison, la qualité ne vole pas haut. Les étudiants apprennent comment s'embrasser en public, consommer comme un travailleur en col-blanc, rêver en classe. Sauter des cours est chose courante, les résidences universitaires ont des allures de cybercafés. Passer des examens devient un métier, seule l'aristocratie peut se payer les frais de scolarité. Les thèses ressemblent à des résultats de recherche sur Baidu [moteur de recherche chinois]. Personne ne voit plus loin que le bout de son nez. La nourriture dans les cafétérias est bonne à nourrir les animaux. Obtenir un travail relève du fantasme. Etre diplômé revient à être au chômage. Les emplois [disponibles] sur le marché sont destinés aux migrants issus des campagnes.

Beaucoup pensent que la problématique du chômage pour les nouveaux diplômés de l'université réside en partie dans la politique d'élargissement de l'accès aux études supérieures depuis 1999. Auparavant, ils n'étaient que 35% environ de titulaires du diplôme de fin d'études secondaires à accéder à l'enseignement supérieur (universités et établissements professionnels). Mais en 2015, le taux s'élevait à plus de 80%, dont quelques 40% sont devenus étudiants de premier cycle à l'université. Dans les grandes villes comme Pékin, le nombre d'élèves à avoir intégré l'université était de plus de 70 %.

Certains soutiennent qu'il n'y a pas assez de travail pour tant de personnes ayant reçu une éducation supérieure. Sur Weibo, réseau social chinois très utilisé, Lydia s'est livrée à ce commentaire sur la surabondance de diplômés :

以后大学生越来越不值钱了,一抓一大把,有什么区别?

Il y a des diplômés partout, et les étudiants à l'université ne valent plus un clou maintenant. Comment faire la différence ?

Un autre utilisateur de Weibo, « héros nomade », écrit que l'une des répercussions de cette expansion a été la diminution des compétences des diplômés en général :

国家维护学习公平尽力让大多数人享有受教育固然是好事,可整体学生质量一蟹不如一蟹。不是大学生不值钱了,而是大学贬值了

Le combat pour la justice dans l'éducation qui vise à garantir l'accès de la majorité à l'instruction est une bonne chose. Mais il est vrai que le talent des étudiants décline. C'est l'université, plutôt que les étudiants, qui perd de la valeur.

« Ling Yan San Chi » s'est plainte :

毕业两年啦!!!!我竟然还在想着如何找工作,,,为何活的如此悲催。。。

Diplômée depuis deux ans déjà mais je cherche toujours à trouver un travail !! Pourquoi ma vie est-elle si affreuse ?

Bien qu'il soit difficile de dénicher un emploi, beaucoup continuent de penser qu'intégrer l'université est le meilleur moyen d'acquérir des compétences spécialisées et de s'élever sur l'échelle sociale — c'est pourquoi ils n'éprouvent pas de regrets pour ce choix. « HaiDe XiaTian » a même décidé de poursuivre ses études dans un établissement post-études secondaires :

后悔啊,可是后悔又能怎样 只能硬着头皮走下去,考研是通往理想大学的最后也是唯一的机会

Je regrette [de poursuivre des études supérieures], mais il n'y a pas d'autre moyen et je dois continuer sur cette voie. Aller dans un établissement post-études secondaires sera ma dernière opportunité d'intégrer une université de rêve.

La cérémonie de remise des diplômes est appelée commencement, ce qui devrait représenter un nouveau début pour les diplômés, mais beaucoup la voient comme un combat personnel, comme l'utilisateur de Weibo UsedToBe5 :

找工作是一件考验人心的事情,不断地失败再爬起,当然这都是我自己选择的地狱模式…

Trouver un travail est très dur car cela implique de tomber et se relever sans cesse. Bien sûr, je ne rejette la responsabilité sur personne puisque je l'ai choisi moi-même.

Tout le monde ne voit pas la situation d'un mauvais œil. Un hashtag sur Weibo, #graduation doesn’t mean unemployment# [être diplômé ne signifie pas être au chômage], donne au sujet un tour positif, et des messages s'efforcent d'offrir soutien, conseils et expériences personnelles.

Le dernier statut concernant le hashtag cité a été publié le 12 juillet par l'utilisateur de Weibo « WanAn Xin XinYu », qui est l'un des 7 millions de jeunes fraîchement diplômés en 2016 :

今天又要去面试工作了,希望明天能开始工作 #毕业不等于失业#加油!虽然已经失业快一个月了

J'ai un autre entretien aujourd'hui, et j'espère que je pourrai commencer à travailler demain. Etre diplômé ne signifie pas être au chômage. Add oil [littéralement « Ajoute de l'huile », mot d'encouragement typique de l'anglais de Hong Kong] ! Même si je suis au chômage depuis un mois.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site