Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La fin de l'immunité dans l'Etat de Jalisco confirme le rejet de la classe politique au Mexique

"Los Muros Si Caen". Foto de la página de Facebook de Pedro Kumamoto.

“Los Muros Si Caen”(que l'on peut résumer ainsi :”Même les murs tombent”). Photo de la page Facebook de Pedro Kumamoto.

Le Congrès de Jalisco, au Mexique, a connu une session historique le 14 juillet dernier en abrogeant el fuero, cette clause constitutionnelle d'immunité en faveur de la classe politique qui permettait aux fonctionnaires d'Etat d'échapper à toute poursuite en cas de délit commis pendant la durée de leur mandat. Cette réforme va concerner les 1598 fonctionnaires de l'Etat, dont le gouverneur.

Même si, pour entrer en vigueur, la réforme constitutionnelle doit être entérinée par au moins 63 des 125 communes de Jalisco, le soutien unanime que le Congrès lui a apporté a été considéré comme un grand pas en avant dans la lutte contre l'impunité et la corruption politique.

La levée du #Fuero dans le Jalisco est un grand pas. Que les législateurs des Etats les plus concernés s'y mettent aussi.

Le Congrès de Jalisco a lui aussi publié ce communiqué :

“[le fuero] on en a tellement usé et abusé que les citoyens le considèrent comme un symbole de corruption, d'impunité, de toute-puissance, de privilège  […]”.

Le député indépendant Pedro Kumamoto a été l'un des principaux instigateurs de cette réforme constitutionnelle. Il a présenté en avril dernier une motion pour abroger cette clause d'immunité et rendre aux citoyens le droit de juger leurs hommes politiques. Voici son message sur sa page Facebook

Pantallazo página de Facebook de Pedro Kumamoto.

Capture d'écran de la page Facebook de Pedro Kumamoto. “Ils disent que nous devons nous accoutumer aux privilèges de la classe politique. Nous ne les acceptons pas. Eliminons aujourd'hui le fuero au Jlisco”.

Une autre façon de faire de la politique

Il faut savoir que, grâce à la réforme politique de 2014 qui a fixé les normes des candidatures indépendantes au niveau local et fédéral, Pedro Kumamoto est le premier député indépendant qui soit parvenu à se faire élire en 2015 sans l'appui d'un parti politique. Sa candidature a émergé d'un projet politique innovateur appelé Wikipolítica. Selon Rodrigo Cornejo, le responsable de Wikipolítica Jalisco, interrogé par MediaZoom :

La façon wiki de faire de la politique est, comme son nom l'indique, rapide et sans entraves. Elle se fonde sur l'auto-organisation de groupes (des noeuds) indépendants qui communiquent entre eux sur des plateformes sociales online et offline.

Comme le montre ce spot de la campagne électorale de Kumamoto, Wikipolítica considère que les gens doivent être placés au coeur de la démocratie et qu'ils sont le “moteur et la raison des institutions”. Cet extrait en témoigne :

C'est parti. Personne ne peut mieux que nous, nous les gens et surtout pas les partis, planter dans  la politique la graine du rassemblement. Nous sommes les fissures de ce mur qui va tomber.
La particratie, le clientélisme et les privilèges du pouvoir vont finir par s'effondrer si tu nous rejoins. Nous allons habiter le gouvernement.
Je suis Pedro, un de ses occupants, et je suis le premier candidat indépendant au Congrès local de toute l'histoire de notre Etat. Je sais que je ne suis pas tout seul. Nous sommes déjà des milliers et nous sommes chaque jour plus nombreux.

Le projet politique de Wikipolítica, et de son représentant Pedro Kumamoto, a misé sur la participation citoyenne, le dialogue et l'intelligence collective, qui lui ont acquis le soutien massif de nombreux secteurs de la population de Jalisco. Son mouvement #FueroNoJuicioSí, par exemple, a séduit plusieurs collectifs comme Ciudad Pixel, qui ont créé le site web FueroNo.Org pour aider à diffuser le message et inciter les gens à participer en s'exprimant sur les réseaux sociaux :

Pantallazo de la página de Facebook de Ciudad Pixel.

Capture d'écran de la page Facebook de Ciudad Pixel.

Et c'est ainsi que, un peu plus d'un an après avoir été élu député du district 10 de Zapopan et après avoir réussi à éliminer l'immunité du paysage politique de Jalisco, Pedro Kumamoto peut se féliciter d'avoir remporté quelques victoires retentissantes par et pour la citoyenneté et constater que #LosMurosSíCaen (oui, même les murs tombent).

"A un año está valiendo la pena". Video de la página de Facebook de Pedro Kumamoto.

“En un an, ça vaut le coup”. Vidéo de la page Facebook de Pedro Kumamoto.

Il y a un an, des gens généreux et courageux ont remporté leur première victoire, faisant naître un nouvel espoir. Nous avons compris que tout devient possible en agissant. Continuons à nous réapproprier la politique en restant unis, vivons ensemble et agissons. Aujourd'hui nous leur disons en face : ça vaut le coup. http://bit.ly/gacetad10.

Toute les informations et les évolutions de l'équipe politique de Kumamoto sont disponibles sur Twitter et sa page web. Toute l'information sur Wikipolítica en Basse Californie du sud, à Mexico et à Jalisco est disponible sur son site.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site