Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Malgré les risques, les Chinois s'emparent du phénomène Pokémon Go

Screen capture from Youtube.

Capture d'écran de Youtube.

Bien que Pokémon Go ne soit pas officiellement disponible en Chine, les joueurs chinois rivalisent d’inventivité pour accéder à leur tour à ce jeu de réalité augmentée qui, en véritable phénomène de société, captive depuis sa sortie des millions d'utilisateurs mobiles à travers le monde.

Le jeu s'appuie sur les données de Google Maps pour intégrer les personnages des jeux de la série japonaise Pokémon dans votre environnement de tous les jours. Lorsque vous vous déplacez, votre smartphone localise votre position grâce à son GPS et vous indique si vous approchez d'un Pokémon. Vous pouvez ensuite capturer le Pokémon qui apparaît sur votre écran, le dresser puis le faire combattre dans des arènes virtuelles.

Disponible sur la boutique App Store d'Apple dans une poignée de pays depuis le 6 juillet 2016, l'application a été développée par les studios Niantic, basés aux Etats-Unis. Si le jeu est techniquement “indisponible” sur l'App store chinois, de nombreux joueurs se sont débrouillés pour le télécharger et se lancer à la chasse aux Pokémon, envers et contre tout.

Car jouer à Pokémon Go en Chine n'est pas chose aisée – et n'est pas sans risques. En voici les raisons :

1. En Chine, les plateformes de téléchargement d'applications sont strictement censurées

Afin d'être affichés sur l'App Store chinois, tous les jeux en ligne — y compris Pokémon Go — doivent être préalablement validés par une commission de censure. Pokémon Go n'ayant pas encore été approuvé, les fans sont obligés d'utiliser des identifiants Apple étrangers pour télécharger l'application sur leur smartphone.

2. Les joueurs doivent franchir la Grande muraille électronique

Afin de se créer un compte, les joueurs ont besoin d'un réseau privé virtuel (VPN) pour contourner les filtres appliqués à l'Internet chinois — un dispositif de censure que l'on surnomme la Grande muraille électronique — et ainsi accéder aux serveurs du jeu. Ils ont également besoin d'un compte Google, dont les services sont bloqués en Chine continentale.

3. La plupart des joueurs doivent fausser leur localisation GPS

Les fonctions GPS du jeu étant verrouillées sur une grande partie du territoire chinois, les joueurs sont obligés de modifier leur localisation. Au début du mois de juillet, un grand nombre de joueurs chinois ont défini leur position GPS en Australie, conduisant ainsi à une panne des serveurs.

4. Certains joueurs profitent de la plateforme offerte par le jeu pour afficher leurs positions politiques

Après le lancement du jeu au Japon le 22 juillet, les serveurs de l'archipel ont dans un premier temps rencontré des problèmes techniques, pris d'assaut par des joueurs chinois y ayant défini leur position GPS. Par ailleurs, certains Chinois ont profité du jeu pour se livrer à des déclarations politiques. Selon le site d'informations TechinAsia, alors que les serveurs japonais de Pokémon Go étaient investis par les joueurs chinois, l'un d'entre eux est apparu au sanctuaire de Yasukuni, un lieu hautement controversé honorant les militaires morts au service de l'Empereur du Japon entre 1867 et 1951 :

A post that reached the top of Reddit’s massive Pokémon Go subreddit, for example, complained about high-level Chinese players monopolizing Japan’s Pokémon gyms. Some even used the game as a form of nationalist protest. A photo posted with the Reddit thread shows the gym at the Yasukuni Shrine being dominated by a player with a high-level Dragonite nicknamed “Long live China!”

Un article ayant rapidement fait le buzz sur l'imposant forum Reddit consacré à Pokémon Go se plaint du nombre de joueurs chinois de haut niveau qui monopolisent les arènes de combats Pokémon situées au Japon. Certains profitent même du jeu pour diffuser des messages nationalistes. Une photo postée sur le forum montre l'arène du sanctuaire de Yasukuni dominée par un joueur de haut niveau dont le Pokémon Dracolosse a été renommé “Longue vie à la Chine !”

Le sanctuaire de Yasukuni étant un lieu bien connu de la population chinoise, il est compréhensible que des joueurs s'y rendent. Mais bien que ce genre de déclarations politiques ne représente qu'une minorité de joueurs, de tels actes passent difficilement inaperçus et sont susceptibles de générer des sentiments de haine entre les joueurs de ce monde virtuel et ainsi attiser dans le monde réel le nationalisme extrême dont peuvent faire preuve les deux pays.

5. Les Pokémon sont en liberté au Xinjiang et dans le Nord-Est du pays

Tout l'intérêt du jeu réside dans son interaction avec l'environnement direct de l'utilisateur. Or, dans certaines régions de Chine, dont le Xinjiang et les provinces du Dongbei, dans le Nord-Est du pays (Heilongjiang, Jilin, Liaoning), les données GPS du jeu ne sont pas verrouillées, et les joueurs peuvent y capturer des Pokémon. Bien sûr, il faut se rendre physiquement dans ces régions pour pouvoir jouer.

Un joueur nommé @chekailiuhai a partagé sur le site de microblogging chinois Weibo ses astuces pour chasser des Pokémon dans le Dongbei :

玩pokemon 虽然东北不是封锁区 开数据或wifi就能玩 但是小精灵特别少 如果开vpn在家溜达两圈就能逮到3只

Bien que Pokémon Go ne soit pas bloqué dans la région du Dongbei, si vous accédez au jeu via une connexion ou un réseau wifi local, le nombre de Pokémon disponibles est très limité. Tandis que si vous utilisez un VPN, il vous suffira de sortir de chez vous pour en attraper.

6. Les joueurs chinois sont confrontés à de sérieux risques politiques

Comme certains l'ont souligné sur Weibo, l'utilisation d'un VPN au Xinjiang peut entrainer la coupure complète de sa ligne mobile.

Par ailleurs, depuis le lancement du jeu le 6 juillet dernier, une théorie du complot autour de Pokémon Go circule sur les réseaux sociaux, prétendant que le jeu est le résultat d'un projet mené par le gouvernement américain ayant pour but de récolter des données de géolocalisation sensibles.

Le 25 juillet, la Ligue de la Jeunesse Communiste de la province du Henan a mis en ligne un article sur Weibo relayant les incertitudes de certains internautes quant aux compagnies à l'origine de la technologie de géolocalisation sur laquelle s'appuie le jeu :

但是,游戏的技术基础GPS,追根溯源来说,是来自CIA和美国国家地理空间情报局。这两家机构可不是慈善机构,其中的交易,笔者对此的分析推测应该是游戏以使用该技术获取的地理数据作为交换 […]
7月11日,中国东三省和新疆地区解锁就已经解锁了,网上有部分玩家称某个游戏的站点被定位在了沈阳军区大院。东三省,是我国军工单位分部较密集的地区;新疆,是我国内陆的敏感地区。为何我国最先解锁的是这些地区?

La technologie de géolocalisation utilisée par le jeu provient de la CIA [via le fonds IN-Q-Tel] et de l'Agence nationale de renseignement spatial américaine. Ces organisations ne sont pas des oeuvres de bienfaisance, et on peut facilement imaginer que les développeurs du jeu devront livrer les données de géolocalisation [aux agences américaines] en échange de la technologie adéquate.
Le 11 juillet, alors que la géolocalisation du jeu était déverrouillée dans les trois provinces du Nord-Est ainsi qu'au Xinjiang, des joueurs ont rapporté que certains Pokémon se trouvaient à proximité de la base militaire de Shenyang. Le Dongbei abrite de nombreuses bases et institutions militaires, et le Xinjiang est une région hautement sensible. Pourquoi ces provinces ont-elles été les premières à être déverrouillées en Chine ?

Selon le joueur @lizexipablo, le Dongbei et le Xinjiang n'ont pas été déverrouillés le 11 juillet. Il prétend avoir pu accéder au jeu dès son lancement, et a même établi une carte des zones dans lesquelles la géolocalisation avait été verrouillée par les développeurs du jeu:

pokemon map

Bien que cette théorie ne soit basée que sur des suppositions, la technologie de géolocalisation étant utilisée par de nombreuses applications mobiles, ces allégations ont reçu un certain écho en ligne. Charles Liu du site The Nanfang cite le commentaire d'un internaute publié sur Weibo :

Then, when war breaks out, Japan and the US can easily target their guided missiles, and China will have been destroyed by the invasion of a Japanese-American game.

Lorsque la guerre éclatera, le Japon et les Etats-Unis pourront facilement cibler leurs attaques, et la Chine aura été détruite par la faute d'un simple jeu nippo-américain.

Avec la montée des manifestations les plus extrêmes du sentiment nationaliste à l'encontre des enseignes étrangères, les Chinois jouant à Pokémon Go courent le risque d'être considérés comme des traîtres et de faire l'objet de harcèlements ou d'attaques, à la fois en ligne et hors ligne.

Tout ceci pose la question suivante : peut-on jouer à Pokémon Go en toute sécurité en Chine ? Au vu du climat politique actuel, le mieux reste encore de fausser sa position GPS et d’espérer passer pour un patriote prosélyte parti prêcher sur des serveurs étrangers.

D'un autre côté, face au nombre considérable de joueurs chinois, la minorité que constituent ces trolls nationalistes engendre déjà agacement et animosité au sein de la communauté mondiale des joueurs. La solution la plus raisonnable semble être d'attendre le lancement officiel du jeu. Les studios Niantic cherchent actuellement à déposer la marque du jeu en Chine.

Mais certains internautes doutent que les autorités chinoises puissent un jour autoriser le jeu en Chine. Comme l'explique un Twitto chinois :

I think Pokémon Go should be locked in mainland China. Just imagine one day Nintendo's server had some technical problem and released a Mewtwo [a Pokémon character] at Tiananmen Square. Then a large number of gamers would chase after Mewtwo carrying Xiaome's mobile chargers [which are not very safe and could explode if over-heated]. Do you think the police officers would believe that they were chasing after the characters? They would think that the group of people were about to launch a terrorist attack!

Je pense que Pokémon Go devrait être bloqué en Chine continentale. Imaginez qu'un jour, les serveurs de Nintendo rencontrent un problème techniques et relâchent un Mewtwo [un Pokémon rare] sur la place Tiananmen. Une horde de joueurs se lancerait à la poursuite du Pokémon, armés de leurs batteries portables Xiaomi [qui ne sont pas réputées pour leur sécurité et peuvent exploser en cas de surchauffe]. Pensez-vous que les forces de l'ordre croiront qu'ils chassent un Pokémon ? Non, ils penseront qu'il s'agit d'un groupe terroriste sur le point de commettre un attentat !

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site