Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les Jamaïcains heureux pour leurs athlètes et un peu inquiets pour Rio

The Rio Olympics 2016 logo. Image uploaded by Marcos Castellano, used under a CC BY-NC-ND 2.0 license.

Le logo des Jeux Olympiques de Rio 2016. Image téléchargée par Marcos Castellano, utilisée sous la licence 2.0 CC BY-NC-ND.

L’excitation est à son paroxysme en Jamaïque à l’aube des Jeux Olympiques à Rio. La ferveur patriotique, avec le soutien tout particulier apporté aux sportifs jamaïcains pour les épreuves d’athlétisme, devrait continuer de grandir.

Cependant, les logements inadaptés et les problèmes de sécurité ont légèrement refroidi l’ambiance. Bien que les journalistes sportifs évoquent principalement la forme des athlètes jamaïcains ainsi que leurs objectifs, les préoccupations demeurent.

Le journal Gleaner a ainsi mentionné un logement inachevé dans le Village des Athlètes, et a diffusé des séquences vidéo montrant des sols et douches non terminés, ainsi qu’un manque de mobiliers dans les chambres.

A VOIR: les Jamaïcains arrivent dans des chambres non terminées dans le village des athlètes, deux jours avant la Ruée vers l'or des Jeux Olympiques.

Les responsables d’équipes restent toutefois optimistes quant à une amélioration de la situation. Les médias locaux ont en revanche relaté les installations luxueuses présentes à bord du paquebot de l’équipe américaine de basket-ball. En raison de la grande attention médiatique entourant la superstar jamaïcaine Usain Bolt, ce dernier a pu, lui au moins, bénéficier d’un traitement à part.

Jamaican sprinter Usain Bolt. Image by Nick Webb, used under a CC BY 2.0 license.

Le sprinteur jamaïcain Usain Bolt. Image de Nick Webb, utilisée sous la licence 2.0 CC BY.

Bolt lui-même a effectué des séances photo à travers la ville, acceptant de plein gré de reproduire son geste « culte » (qui provient à l’origine d’une danse jamaïcaine) en compagnie de supporters. Il tweete ainsi :

Ils disent que ces enfants sont issus des plus dangereuses favelas de Rio mais ils sont notre Avenir

Le journaliste jamaïcain Kayon Raynor, qui travaille pour l’agence Reuters, évoque la certitude de Bolt de pouvoir battre son grand rival, Justin Gatlin :

Usain Bolt is promising to let American sprinter Justin Gatlin ‘feel his full wrath’ as he zones in on an unprecedented treble-treble of gold medals at the Rio de Janeiro Olympics.

Bolt was given a medical exemption by Jamaican officials to compete at the Rio Games after he pulled a hamstring during the Olympic trials and Gatlin wasted little opportunity in trying to get under the 29-year-old's skin.

Gatlin said the six-time Olympic gold medallist had been given ‘a medical pass’ to compete and Bolt said on Wednesday that had only served to fuel his desire to shut the American up by proving himself on the track.

‘Yes definitely, I think they have not learned over the years that the more you talk, the more I will want to beat you,’ Bolt told Reuters on Wednesday.

Usain Bolt a promis de faire « sentir toute sa fureur » au sprinteur américain Justin Gatlin, alors qu’il se projette vers un inédit triple-triplé de médailles d’or aux JO de Rio de Janeiro.

Les officiels jamaïcains ont fourni une dispense médicale à Bolt afin qu’il puisse participer aux Jeux de Rio, après sa blessure à la cuisse lors des sélections jamaïcaines. Une petite opportunité perdue pour Gatlin de battre son rival de 29 ans.

Gatlin a affirmé que le sextuple champion olympique avait obtenu un « laissez-passer médical » afin de concourir. En réponse, Bolt déclara mercredi dernier qu’il s’en était servi uniquement pour nourrir son désir de faire taire l’Américain en le battant sur la piste.

“Oui, je crois qu’ils n’ont vraiment pas compris ces dernières années que plus vous parlez, plus j’aurai envie de vous battre”, a déclaré Bolt à Reuters mercredi.

Pendant ce temps, les Jamaïcains arrivés à Rio ont pu noter que la sécurité a été fortement renforcée, et ont rapporté avoir entendu des coups de feu près de leur camp d’entraînement :

Members of Jamaica’s track and field delegation at the Olympic Games in Rio de Janeiro, Brazil endured an uncomfortable night on Saturday as gunshots rang out for hours from a favela (a slum in an urban area), which borders their training base accommodations at the Linx Hotel.

While concerned, team manager Ludlow Watts said he had full confidence in the security of the team, noting that the experience was a reminder of the vigilance needed.

He also sought to assure that every step is being taken to ensure the security of the entire delegation.

Les membres de la délégation jamaïcaine d’athlétisme aux Jeux Olympiques de Rio de Janeiro, au Brésil, ont vécu une nuit désagréable samedi avec les coups de feu qui ont retenti pendant des heures dans une favela (un quartier pauvre en zone urbaine), près de leur base d’entraînement au Linx Hotel.

Bien qu’inquiet, le manager de l’équipe Ludlow Watts a affirmé avoir pleinement confiance en la sécurité de l’équipe, notant que cette expérience leur a rappelé le besoin d’être vigilant.

Il s’est également assuré que la sécurité de toute la délégation soit garantie.

Un autre journaliste sportif médite sur l’ambiance légèrement nerveuse à Rio avant le début des Jeux :

There is a great sense of tension in the air.

I mean, it's not every day you see regular hotel lobby security guards wearing bulletproof vests and packing extension clips. It's not everywhere on the planet you will constantly be told never to walk on the streets alone, or take a taxi (Uber is highly recommended), or basic stuff like that.

And I mean, it's not like we don't have problems of our own in Jamaica. But things here seem a bit rougher around the edges.

Une forte tension se fait sentir.

Je veux dire que ce n’est pas tous les jours que vous voyez les agents de sécurité de l’hôtel porter des gilets pare-balles. Ce n’est pas n’importe où que l’on vous dit de ne jamais marcher seul dans les rues, ou de prendre un taxi (Uber est vivement recommandé), ou quelque chose comme ça.

Ce n’est pas comme si nous n’avions aucun problème chez nous, en Jamaïque. Mais les choses ici semblent plus compliquées.

La médaillée d’or Shelly-Ann Fraser-Pryce mènera l’équipe jamaïcaine dans le stade olympique lors de la cérémonie d’ouverture. Une photo, tweetée par Ricardo Makyn, montre son arrivée au camp d’entraînement avec ses cheveux mystérieusement recouverts ; la championne est réputée pour ses coiffures colorées et inhabituelles :

@realshellyannfp arrive au Linx Hotel, au Brésil, prête pour #Rio2016.

Mais alors que les nouvelles ne sont pas particulièrement enthousiasmantes, quelques Jamaïcains sont fatigués de cette couverture négative de Rio :

Pourquoi les soi-disant pays développés ne peuvent pas arrêter de haïr le Brésil et nous laisser profiter des Jeux Olympiques ? Bonté divine!

Comme toujours, les Jamaïcains conservent de grands espoirs quant à un déluge de médailles dans les épreuves d’athlétisme. Alors, que les Jeux commencent !

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site