Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

“Lettres d'amour du Brésil à l'Irak” : une exposition photographique envoie des messages de paix

L'exposition photographique “Lettres d'amour du Brésil à l'Irak”, à l'Institut panaméricain d'art et de design
Crédit: Divulgation.

[Article d'origine publié en portugais le 3 juin 2016] Moins de douleur, plus de poésie, plus de respect, moins de guerre : ces désirs peuvent paraîtrent utopiques à un moment où dominent l'intolérance et l'irrespect de l'autre. Pourtant une exposition photographique, “Lettres d'amour du Brésil à l'Irak” montre qu'il est possible d'ouvrir un chemin en s'appuyant sur ces valeurs même dans les zones de conflits.

Cette exposition, déjà présentée dans la Galerie Daratal Tasweer, à Amman (Jordanie), et dans les rues de Bagdad en Irak, est arrivée au Brésil : 72 oeuvres, un échange entre 21 photographes brésiliens et 15 Irakiens. On doit l'organisation de cette exposition à Renato Negrão, professeur de photographie à la Panaméricaine, au président de l'ONG “Larsa for Human Rights” et à l'IPC-Iraq Photograph Center, représenté par Abo Al Hassan.

Lors d'un entretien avec MigraMundo, Renato Negrão explique que cette exposition souhaite porter un message de paix au temps actuel, des signaux positifs entre êtres humains de cultures différentes. “Nous sommes fatigués de cette douleur et nous avons besoin de plus de poésie. C'est dans cet esprit que cette exposition a été accueillie en Irak et en Jordanie et j'ai bon espoir qu'il se produira la même chose au Brésil !!”

Foto de Hassan Haci que está na mostra “Love Letter from Brazil to Iraq” Crédito: Hassan Haci

Photo de l'exposition “Lettres d'amour du Brésil à l'Irak”. Crédit: Hassan Haci, utilisée avec permission.

Foto de Mothna Al Hedethy que está na mostra “Love Letter from Brazil to Iraq” Crédito: Mothna Al Hedethy

Exposition “Lettres d'amour du Brésil à l'Irak”. Crédit : Mothna Al Hedethy

MigraMundo: comment s'est mis en place le partenariat avec les photographes irakiens?

Renato Negrão: Au travers d'une invitation en 2012 à participer au titre de photographe à la première édition de cette exposition. A partir de là nous sommes restés amis sur les réseaux sociaux et l'année dernière est arrivée  l'invitation à organiser une nouvelle exposition, rassemblant des photographe brésiliens et irakiens.

Quel a été votre critère pour sélectionner les images?
On avait quelques exigences. Comme ce projet était tourné vers la propagation d'idées positives, j'avais demandé que les photographes n'envoient pas d'image tristes, qu'ils évitent les sujets religieux; je ne pense pas que l'art doive fonctionner comme la politique. L'art pour moi est un mode d'expression de l'être humain. Et dans la politique il est toujours nécessaire de défendre un côté, automatiquement en s'opposant à un autre. Je n'ai pas envie d'associer mes projets à tout ça. Les thèmes associés à la sensualité et la sexualité ne devaient pas non plus apparaître dans cette exposition.

La communauté arabe du Brésil est assez importante. Elle inclut maintenant des réfugiés de pays comme la Syrie, le Liban, l'Irak et la Palestine. Quel type de dialogue, quel impact cette exposition peut-elle avoir sur cette communauté, contribuant à briser les stéréotypes la concernant ?
Elle peut avoir une contribution dans la mesure où un message de paix peut exister sans idées préconçues sur des questions faisant polémique. Personnellement je pense que nous partageons la même planète et que ce qui se produit dans n'importe quel coin du monde a une répercussion positive ou négative dans n'importe quel autre endroit. Mes projets en tant qu'organisateur ou photographe s'inscrivent dans cette orbite. En tant qu'enseignant, je m'efforce également de faire passer ces messages de respect et de compréhension sur la question de l'immigration. En fin de compte nous sommes un pays où nous tirons notre orgueil de notre descendance, nous sommes des fils d'immigrants et nous avons tout particulièrement le devoir de respecter ceux qui arrivent d'ailleurs.

Foto de Karina Ammar que está na mostra “Love Letter from Brazil to Iraq” Crédito: Karina Ammar

Photo de l'exposition “Lettres d'amour du Brésil à l'Irak ”. Crédit: Karina Ammar

Foto de Mootaz Sami que está na mostra “Love Letter from Brazil to Iraq” Crédito: Mootaz Sami

Photo de l'exposition : “Lettres d'amour du Brésil à l'Irak”. Crédit: Mootaz Sami

Cette exposition a déjà été présentée en Irak et en Jordanie. Quel a été l'accueil du public, compte-tenu de sa proximité avec des zones de conflit ?
Le meilleur possible, j'ai été présent à l'inauguration de l'exposition d'Amman, en Jordanie, j'ai été témoin de l'émotion de nombreuses personnes devant ces images. Par exemple cette jeune Irakienne réfugiée avec sa famille en Jordanie. Elle s'est arrêtée face à une photo de Valerie Mesquida et a dit, très émue : “Cette fille, marchant pied-nus dans la nature , c'est moi, c'est mon désir de liberté, c'est l'espérance de mon avenir”. C'était beau d'entendre ça !

Nous sommes fatigués de la souffrance et avons besoin de plus de poésie; c'est exactement de cette façon que cette exposition a été reçue en Irak et en Jordanie ; j'espère qu'il en sera de même au Brésil !!

L'exposition a l'ambition de dépasser les frontières, de raconter des histoires, de rapprocher et transformer les personnes. Comment voyez-vous ce projet face à un contexte politique national et international dans lequel  prévalent  des sentiments et des actes d'irrespect et intolérance aux autres ?
L'exposition vise à porter un message de paix, ce que l'on en fera n'est pas de mon ressort. J'ai l'espérance qu'elle sera une possibilité de réflexion sur un rapprochement non seulement entre Brésiliens et réfugiés mais également entre nous qui nous entourons de bien des affrontements liés à des divergences d'idées. Je crois en l'être humain, et je suis certain que de bonnes attitudes peuvent générer un changement vers le bien, je suis un optimiste par nature.

Fotografia de Valerie Mesquita que emocionou refugiada iraquiana durante exposição na Jordânia. Imagem é uma das atrações da mostra que agora chega a São Paulo. Crédito: Valerie Mesquita

La photo à l'origine de l'émotion de la jeune réfugiée irakienne pendant l'exposition en Jordanie, elle fait partie de l'exposition “Lettres d'amour du Brésil à l'Irak”. Crédit: Valerie Mesquita

Obra de Ellion Cardoso, que está na mostra “Love Letter from Brazil to Iraq” Crédito: Ellion Cardoso

Photo de l'exposition “Lettres d'amour du Brésil à l'Irak”
Crédit: Ellion Cardoso

Que ressentez-vous en revoyant ces images réalisées dans le passé et exposées aujourd'hui devant le public ?
La sensation du devoir accompli, et que cela vaut la peine de lutter pour une bonne cause.

Que vous a laissé ce travail ?
Une justification de la lutte pour de bonnes idées et pour la paix.

L'exposition “Lettres d'amour du Brésil à l'Irak” était présentée du 12 mai au 12 juin , à l'Ecole Panaméricaine d'Art et de Design – Av. Angélica, 1900, São Paulo (Brésil)

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site