Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

L'offensant tweet olympique d'une entreprise jamaïcaine est une leçon sur la responsabilité des réseaux sociaux

Screen grab of a YouTube video showing Omar McLeod's stunning gold-medal finish in the 110m hurdles at the 2016 Olympic Games in Rio de Janeiro, Brazil.

Capture d'écran d'une vidéo Youtube montrant l'incroyable finish d'Omar McLeod sur 110m haies lors des Jeux Olympiques 2016, à Rio de Janeiro, au Brésil.

Les Jamaïcains adorent les épreuves d’athlétisme aux Jeux Olympique s, la bonne humeur règne alorspartout dans le pays. Pourtant, un tweet outrageant a menacé de mettre fin aux réjouissances des Jamaïcains sur la piste, relançant le débat quant à l’usage approprié des réseaux sociaux  par les entreprises.

Après la victoire écrasante d’Omar McLeod sur du 110 mètres haies (premier Jamaïcain à remporter l’or sur cette épreuve), Terri Karelle Reid, du Jamaica Gleaner, a posté une innocente question sur Twitter :

Si vous pouviez titrer la une du Jamaica Gleaner de demain concernant Omar McLeod, que pourrions-nous y lire ?

Parmi les réponses amusantes et intelligentes publiées sur Twitter, un seul mot fit figure de bémol – « goldfish ». Cette expression péjorative désigne généralement un homme gay ; pour empirer les choses, ce tweet fut envoyé à partir du compte d’une société de distribution et fabrication locale.

Les réactions des Jamaïcains sur Twitter et Facebook furent immédiates et sans appel. L’entreprise incriminée, Lasco Distributors Limited, publia une rétractation peu après sur sa page Facebook, dans laquelle elle annonça avoir renvoyé l’employé responsable de ce tweet :

Dear All:
Earlier this evening an unauthorized and offensive tweet was posted via our company account.
We wish to sincerely apologize to our fans, friends, customers, consumers, partners, Jamaicans and everyone for this terrible act. Most importantly, we issue our sincerest apologies to Mr. Omar McLeod.
The LASCO Affiliated Companies are also offended by such utterances which are a clear breach of our own values. Consequently, we have removed the tweet and deactivated the account. Further, we have terminated the employee who posted the tweet as this action was a violation of our code of conduct.
We, at LASCO, have the utmost respect for the remarkable achievement of Omar McLeod. We congratulate him on his gold medal victory in the Men’s 110 M Hurdles Olympic Event. We deeply regret any embarrassment or displeasure caused by the post and again offer our sincerest apologies.
Humbly,
LASCO Distributors Limited

A tous :
Ce soir, un tweet offensant et non autorisé a été posté via le compte de notre entreprise.
Nous souhaitons présenter nos excuses les plus sincères à nos fans, amis, clients, consommateurs, partenaires et aux Jamaïcains pour cet acte terrible. Mais plus important encore, nous adressons nos plus sincères excuses à M. Omar McLeod.
LASCO Affiliated Companies est également offensée par de telles déclarations qui constituent une violation de nos valeurs. Par conséquent, nous avons supprimé ce tweet et désactivé le compte. En outre, nous avons renvoyé l’employé responsable de ce tweet, cette action représentant une violation de notre code de conduite.
A Lasco, nous éprouvons le plus grand respect pour la performance remarquable d’Omar McLeod. Nous le félicitons pour sa médaille d’or olympique sur l’épreuve du 110 mètres haies. Nous regrettons profondément l’embarras causé par ce tweet, et réitérons nos plus sincères excuses.
Humblement,
LASCO Distributors Limited

Screen shot taken from Ingrid Riley's commentary on the issue.

Capture d'écran du commentaire d'Ingrid Riley.

Suite à sa réponse véhémente sur Facebook, la blogueuse et stratège en numérique Ingrid Riley a partagé un billet relatant cet épisode, notant qu’il s’agissait d’un « moment dont on peut apprendre » pour les entreprises présentes sur les réseaux sociaux. Elle recommandait que ces entreprises éduquent leur encadrement afin qu’ils comprennent comment les réseaux sociaux peuvent (ou non) leur être profitables, et que les pratiques sur les réseaux sociaux devraient être mises à jour et diffusées :

Social media has irrevocably changed the way we do business, offering us a new model to engage with customers, colleagues, and the world at large. This kind of interaction, helps all businesses to build stronger, more successful customer relationships, that inevitably lead to business growth. It is not a fad of the youth, it is a legitimate, profit generating strategy for your Caribbean business. […]
Further consider this, Lasco Jamaica is a publicly traded company, it has shareholders to answer to and it is in the middle of expanding, so this was NOT a great thing to happen at this time. It literally could have cost them way more brand equity and real loss of dollars. So, it was good for them to have moved so quickly. I would [love] to see them take it further, by embracing Omar McLeod in a special way only the Lasco brand would.

Les réseaux sociaux ont irrévocablement changé la façon dont nous faisons des affaires, nous offrant ainsi un nouveau modèle pour collaborer avec les clients, les collègues, et le monde plus généralement. Ce type d’interaction contribue à rendre les affaires plus solides, à rendre la relation avec le client plus réussie, ce qui amènera inévitablement les affaires à grandir. Il ne s’agit pas d’une nouvelle mode lancée par les jeunes, mais d’une stratégie de génération de profit légitime pour votre entreprise des Caraïbes Lasco Jamaica est une société publique qui se doit de répondre à ses actionnaires alors qu’elle se trouve en pleine expansion ; ce qui s’est produit n’est CERTAINEMENT pas ce qu’il pouvait arriver de mieux à ce moment-ci. Cela pourrait leur coûter bien plus que leur image de marque, mais bel et bien des dollars. De fait, il était nécessaire pour eux d’agir aussi vite. J’aimerais les voir aller plus loin encore, en soutenir Omar Mcleod d’une manière dont seul Lasco a le secret.

L’expert des réseaux sociaux et journaliste Ross Sheil a remarqué sur son blog que les entreprises locales ne prenaient pas assez sérieusement la responsabilité des médias sociaux :

First Lasco’s Twitter account last night sent a homophobic tweet directed at Olympic gold medallist Omar McLeod. Second they claimed the account had been hacked. Third, amid a firestorm of social media backlash, they sent another apology […] this time acknowledging and sacking the employee responsible. Their chairman Lascelles Chin then appeared on radio this morning to apologise further.
From my experience (and yes mistakes) working for, consulting and training Jamaican companies I’m only surprised something this ‘OH SHIT!’ never happened sooner. Surprised because few companies have taken digital seriously to prevent such a thing happening.
Another point about training: diversity. I was proud to have played a role in founding Respect Jamaica and in doing so had to recognise that we still have a long way to go in our workplaces in recognising ALL forms of discrimination. It was great to see so many corporates sign up to support the programme but reality is that within local companies discrimination and harassment too often gets whitewashed.

Tout d’abord, le compte Twitter de Lasco a envoyé la nuit dernière un tweet homophobe à l’encontre du champion olympique Omar McLeod. Ensuite, ils ont affirmé que leur compte avait été piraté. Enfin, dans la tempête médiatique qui a suivi sur les réseaux sociaux, ils ont envoyé d’autres excuses […] cette fois en reconnaissant la bévue et renvoyant l’employé responsable. Leur président Lascelles Chin est apparu à la radio ce matin pour s’excuser encore et encore.
D’après mon expérience (et de mes erreurs, oui) des entreprises jamaïcaines pour lesquelles j’ai travaillé, consulté et formé, j’ai été seulement surpris que ce quelque chose comme « OH MERDE ! » ne soit pas arrivé plus tôt. Surpris car peu d’entreprises considèrent sérieusement le numérique afin d’empêcher que ce genre de choses arrivent.
Un autre point concernant la formation: la diversité. J’étais fier d’avoir joué un rôle dans la création de Respect Jamaica, et en faisant cela, d’admettre qu’il restait encore un long chemin à parcourir en ce qui concerne la reconnaissance de TOUTES les formes de discrimination sur nos lieux de travail. C’était formidable de voir tant d’entreprises soutenir ce programme, mais la réalité est qu’au sein des entreprises locales, la discrimination et le harcèlement sont trop souvent étouffés dissimulés.

(Cliquez ici pour en savoir davantage sur le type de travail que mène Respect Jamaica).

Ce soir-là, la leader de l’opposition Portia Simpson Miller a tweeté:

J'encourage tous les Jamaïcains à célébrer nos athlètes qui nous ont rendu fiers de leurs performances. Unissons-nous dans le rejet de la haine et de l'intolérance.

Le journaliste sportif Leighton Levy a également écrit dans le tabloïd Jamaica Star :

On Tuesday night, Omar McCleod created a bit of history of his own by becoming the first Jamaican man to win an Olympic sprint hurdles title. […]
His accomplishment was hailed and celebrated like it should be. However, some of us would not be satisfied until they found a way to taint his accomplishments, not because of something he did, or did not do, but because of something we believe him to be.
Omar McLeod is an outstanding young man. A talented athlete and a good student, and did you hear his articulate post-race interview and see how engaging he was? But apparently, for some of us that is not enough.
Because of his mannerisms some people have categorised him as someone that makes Jamaicans extremely uncomfortable. That I feel was what made someone send out a most unfortunate tweet that subsequently cost them their job. And rightly so.
I can never wrap my mind around why in someone's moment of glory while representing his or her country, should we try to tear them down because we believe they are different from we are. And belief is all it is. […] And whether or not those among us who feel that he is the way they feel about him is actually true, so what?

Mardi soir, Omar McLeod a participé à un petit moment historique en devenant le premier Jamaïcain à remporter le titre olympique sur 110 mètres haies.
Sa performance a été saluée et célébrée comme il se doit. Cependant, quelques-uns d’entre nous étaient suffisamment insatisfaits pour entacher ses exploits. Non pas en raison de quelque chose qu’il a fait, ou pas, mais en raison de ce que nous pensons qu’il est.
Omar Mcleod est un jeune homme exceptionnel. Un athlète talentueux et un bon étudiant, et avez-vous entendu son interview d’après-course, si bien déclamée et si intéressante ? Mais apparemment, pour certains d’entre nous, ce n’est pas assez.
A cause de son maniérisme, quelques personnes lui ont collé une étiquette, comme s’il s’agissait de quelqu’un qui mettrait les Jamaïcains mal à l’aise. Pour ma part, j’ai eu le sentiment que quelqu’un avait envoyé un tweet malheureux qui lui a finalement coûté son emploi. Et ce, de façon tout à fait légitime.
Je n’arriverai jamais à comprendre pourquoi, lors d’un moment de gloire d’une personne ayant représenté son pays, devrions-nous tenter de le détruire en raison de sa différence […] Et si ceux qui sont parmi nous, ou non, pensent qu’il correspond à l’opinion qu’ils ont de lui, et alors ?

Le blogueur récompensé Zaheer Clarke a toutefois prévenu :

Le tweet de Lasco représenterait-il le Jamaïcain moyen ?

Sur Facebook, le responsable des relations publiques et ancien journaliste Elon Parkinson a observé:

The ‪#‎Goldfish‬ tweet reveals more than just a casual acquaintance with bigotry; it also demonstrates how differently the society will respond when the prejudice is directed towards a person they hold in high esteem, against another who is not so lucky to be considered.

Le tweet #Goldfish révèle bien plus qu’une occasionnelle intolérance; il démontre aussi comment la société répond différemment lorsque le préjugé concerne une personne qu’elle tient en haute estime, contre une autre qui n’a pas la chance d’être autant considérée.

Les Jamaïcains ont néanmoins terminé les Jeux Olympiques sur une bonne note, célébrant la personnalité rayonnante de McLeod, ses pleurs accompagnés de « Merci Jésus ! » lorsqu’il franchit la ligne d’arrivée, et sa reprise sincère de l’hymne national sur le podium :

Omar McLeod vient de chanter l'hymne national sur le podium, dans une ovation méritée. Bravo à ce jeune

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site