Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Colombie : Retour des JO entre joie des victoires et débat social

Óscar Figueroa, medalla de oro en levantamiento de pesos. La primera medalla lograda por un hombre para Colombia. Fotografía usada con permiso de la Organización oficial de Río 2016.

Oscar Figueroa, champion olympique d'haltérophilie en -62kg. Photo utilisée avec l'autorisation de l'organisation officielle de Rio 2016.

[Tous les liens sont en espagnol, sauf mention contraire]

Rio 2016 aura vu la Colombie réussir l’une des meilleures participations de son histoire aux Jeux Olympiques. Partie avec une délégation de 147 sportifs [français], la Colombie a rapporté 3 médailles d’or (haltérophilie, triple saut et BMX), 2 en argent (judo et boxe) et 3 en bronze (haltérophilie, boxe et BMX), et un total de 22 places de finalistes.

Certains Colombiens comme Juan Mosquera ont exprimé par des remerciements leur joie de voir leur pays triompher.

G R A C I A S
Terminan los Juegos Olímpicos. Qué bonita olimpiada. Y digo gracias a todos los deportistas que vistieron con honor, talento, sacrificio, disciplina y orgullo los colores del país. A los medallistas, a los diplomas olímpicos, a todos los que compitieron. Gracias. Y a sus entrenadores, a los equipos técnicos, a los dirigentes que acompañan, a las empresas que creen en ellos, a las familias de cada uno que hacen tanto por ellos. Gracias doy a mi verdadera Selección Colombia

MERCI
Les Jeux Olympiques sont clos. Quelle belle olympiade. Merci à tous les sportifs qui ont porté les couleurs de leur pays avec honneur, talent, sacrifice, discipline et fierté. A nos médaillés et à tous ceux qui ont concouru. Merci. Et à leurs entraîneurs, leurs équipes techniques, aux dirigeants qui les ont accompagnés, aux entreprises qui ont cru en eux, à leurs familles qui ont tant fait pour eux. Je dis merci à la sélection colombienne

Des montages photos avec les médaillés ont également émaillé les réseaux sociaux. A l’instar du compte Instagram de la présentatrice de télévision Mónica Fonseca, qui a également mis en avant tous les sportifs colombiens présents à Rio :

Qu'est-ce qu'ils sont grands ! Vous qui êtes rentrés médaillés pour avoir été les meilleurs dans vos catégories, et plus généralement tous les 147 sportifs qui ont représenté la Colombie. Merci !

Pour sa part, Catalina Robayo a fait ressortir l’optimisme, la détermination, la discipline et l’amour du sport présents chez tous les athlètes colombiens aux derniers Jeux Olympiques. Selon elle, des personnes comme eux sont les véritables bâtisseurs du pays :

Con las uñas, con necesidades y carencias; Pero llenos de optimismo, determinación, disciplina y amor al deporte, nuestros deportistas nos enseñan que en la vida cuando se quiere, se puede Gracias a todos nuestros deportistas, a los que están en la foto y a los que no! Por regalarnos tanta alegría a un país que en muchas ocasiones los ha olvidado y no los trata como se merecen… Es momento que Colombia fije sus ojos de verdad verdad, en estos verdaderos constructores de país y que la platica de coldeportes se invierta en ellos y no en otros menesteres!!! Solo nos queda decirles GRACIAS por esas 8 medallas olímpicas, gracias por las alegrías, las lágrimas, las angustias también por las tristezas por los que no lograron su objetivo; todos son de aplaudir y dignos de admirar #Gracias #rio2016 #Colombia

A photo posted by Catalina Robayo (@catalinarobayo) on

Avec les crocs, les besoins et les carences, mais remplis d'optimisme, de détermination, de discipline et d'amour pour leur sport, nos sportifs nous enseignent que dans la vie, quand on veut, on peut. Merci à tous nos sportifs, à ceux qui sont sur la photo et ceux qui n'y sont pas ! De nous offrir tant de joie à un pays qui les a oubliés à de nombreuses occasions et ne les a pas traités comme il se doit… Colombie, il est temps de fixer vos yeux sur ces véritables bâtisseurs de notre nation et que le discours sportif se concentre sur eux, et non sur d'autres besoins !!! Il ne nous reste plus qu'à leur dire MERCI pour ces 8 médailles olympiques, merci pour les joies, les larmes, les angoisses aussi, pour les peines de ceux qui n'ont pas atteint leur objectif; tous doivent être applaudis et sont dignes d'admiration

Pirry a aussi déclaré sur Facebook :

Ha sido el mejor año para Colombia en la historia de los Olímpicos, tal vez sea una ventana que nos permita ver un futuro en unión, comunión y paz entre todos los colombianos; un futuro mejor sin tintes políticos en el que de verdad quepamos todos. Gracias Caterine, gracias Mariana, gracias Oscar y todos los demás, gracias, mil gracias a todos.

Il s’agit de la meilleure année pour la Colombie aux Jeux Olympiques, peut-être une fenêtre vers un futur d’union, de communion et de paix entre tous les Colombiens ; un futur meilleur sans connotation dans lequel chacun se retrouve. Merci Caterine, merci Mariana, merci Oscar et tous les autres, merci, mille mercis à tous.

Toutefois, le débat était aussi à l’ordre du jour. La plupart des sportifs médaillés sont nés et ont grandi dans des zones plus vulnérables comme Urabá, Valle del Caula [français] et Bajo Cauca Antioqueño, dont certains ont été victimes de déplacements forcés. Autre caractéristique commune entre les participants : leur origine africaine.

Marlyn Jhuliana Dinas a publié une réflexion sur ce sujet, et un appel à la Colombie pour qu’elle n’ignore pas les formes de racisme présentes dans le pays :

La Colombie ne peut pas rester un pays aussi raciste et excluant !!! Voici les beaux visages de mes amis noirs qui avec courage, effort, ténacité, discipline et constance ont réussi et à offrir tant de bonheur et joies à notre contrée. Ils sont ma race, mes gens. Afrofierté. Nous sommes la Colombie.

De son côté, Juana Suárez a écrit un tweet dont lequel elle rappelle que la championne olympique du triple saut, Catherine Ibargüen [français], s’entraîne à Porto Rico :

Ibarguen Triomphe de la femme persévérante, pas la gloire d'un pays où on ne peut pas faire sa carrière sportive, comme beaucoup [d'autres]

Et d'ajouter:

Arrêtez d'appeler Ibarguen “ma Noire”. Certes, elle est noire, mais elle n'est pas à vous, elle n'a pas de maître, l'esclavage a fait son temps. Rétrogrades

Déjà en 2013, Jaime López Osorno avait publié :

Celui d'Ibarguen a été un triple saut sur le marginalité, le racisme et la colombianité… Sacré saut !

Dans le cas de Yuberjén Martínez, médaillé d’argent dans la catégorie poids mi-mouche de boxe, Pirry affirma que ses performances font figure de triomphe dans « une Colombie raciste et excluante » :

Muy bien Yuberjén, que bonita lección para todos nosotros como afrontó el combate ente un rival visajoso y arrogante, Mientras el otro se lucía Yuberjén en lo suyo, en lo que ha venido haciendo desde que se empezó a preparar para estas justas, hablar poco y hacer mucho, lo mismo que decía de Yuri Alvear su entrenador, ella habla poco y hace mucho. Un triunfo más que nos dan estos colombianos dignos representantes de su afro descendencia tan maltratada en esta Colombia racista y excluyente, gracias muchachos,en silencio y con acciones,le enseñan mucho más a los jóvenes y niños de este país, que esos, los que gritan mucho y hacen poco. Gracias otra vez gracias. (Con el patrocinó de pañuelos " la lagrima emocionada")

A photo posted by Pirrylarotta (@pirrylarotta) on

Bravo Yuberjén, quelle bonne leçon pour tous ceux qui comme nous font face en combat à un rival arrogant et qui aime attirer l'attention. Face à l'adversaire Yuberjén a brillé à sa manière, par ce qu'il a fait depuis qu'il a commencé la préparation de ce combat, c'est-à-dire parler peu et s'entraîner beaucoup. Une victoire de plus que nous donnent ces Colombiens, dignes représentants de leur afro-ascendance si maltraitée dans cette Colombie raciste et excluante, merci les gars, car avec moins de blabla et plus d'actions, vous avez enseigné bien plus aux jeunes et enfants de ce pays que ceux qui parlent plus qu'ils n'agissent. Merci, encore merci. (Avec la participation des mouchoirs “la lagrima emocionada” [la larme émue”]).

Jorge Mario Torres Duarte expliqua sur Facebook la nécessité pour la télévision nationale de promouvoir tous les contenus sportifs :

Los Olímpicos prueban que en televisión el deporte tiene rating porque tiene estética, emoción, heroísmo y finales felices. Los canales deberían apostarle a reemplazar telenovelas y realities por eventos deportivos locales en directo. Así las ligas de otros deportes tendrían recursos como lo tiene el fútbol, y los niños aspirarían a ser deportistas y no narcos o prepagos..

Les Jeux Olympiques ont démontré que le sport à la télévision faisait de très bons scores, en raison de l’esthétique, l’émotion, l’héroïsme et les finales pleines de joie. Les chaînes devraient remplacer les telenovelas et télé-réalité par des événements sportifs locaux diffusés en direct. Les autres sports disposent des mêmes ressources que le football, et les enfants aspirent à devenir sportifs, et non trafiquants ou prostituées.

Sur son compte Twitter, Colombia Oscura insiste sur le fait de laisser plus de place au sport et moins à la guerre :

Arrêtons de financer les guerres, investissons plus dans le sport et ainsi nous aurons dix fois plus de médailles d'or, d'argent et de bronze à Tokyo 2020

Dans ces conditions, Tokyo 2020 est fortement attendu par les Colombiens, avec l’espoir d’améliorer la collecte de médailles de 2016.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site