Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Lang Ping, l'entraineuse de volley-ball qui a défié le Parti Communiste chinois

China's women volleyball coach Lang Ping. Screen capture from CCTV.

L'entraîneur de l'équipe féminine de volley-ball chinoise Lang Ping. Capture d'écran de CCTV.

12 ans après leur dernière médaille d’or, l’équipe féminine de volley-ball chinoise s’est emparée de l’or aux Jeux Olympiques de Rio le 20 août dernier, en battant la Serbie 3 à 1. Les amoureux du volley-ball reconnaissent qu’une grande partie de la victoire de l’équipe est due à Lang Ping, leur entraîneur.

Lang  Ping s’est fait un nom en résistant à la politique sportive du Parti Communiste Chinois et en traçant sa propre route dans le monde des sports. Elle a même été accusée d’être un traître à son pays pour avoir entraîné l’équipe américaine de volley-ball, qui a battu l’équipe chinoise lors des Jeux Olympiques de Pékin en 2008.

L’ancienne joueuse, âgée de 56 ans, était une héroïne nationale dans les années 1980, lorsqu’elle mena la Chine vers de nombreux titres mondiaux, en battant notamment le Japon et Cuba. Celle que l’on surnommait « Le marteau de fer » représentait le travail d’équipe et la persévérance : l’esprit de l’équipe féminine de volley-ball.

Depuis leur victoire à Rio, tous les médias chinois louent l’esprit de l’équipe de volley-ball et font quelques parallèles entre l’opiniâtreté de l’équipe et la force économique du pays.

La contribution de Lang a également été soulignée, mais son parcours individuel, notamment sa décision de quitter la Chine après avoir pris sa retraite sportive en 1986, a rarement été évoquée dans les reportages qui lui ont été consacrés. Ces choix sont en effet interprétés comme une défiance envers la politique sportive  du Parti Communiste Chinois.

Le grand journaliste Gao Yu a remarqué sur Twitter :

祝贺中国女排赢得金牌,12年重新夺得金牌。没有郎平,难以想象有今天,郎平是世界级的教练,她是中国人,也是一个在世界拼搏多年的独立的中国人,不是举国体制下的机器。

Félicitations à l’équipe féminine de volley-ball de Chine pour sa médaille d’or et sa victoire après 12 années d’attente. Il est difficile d’imaginer de tels succès sans Lang Ping. C'est un entraîneur de classe mondiale et elle est chinoise. C’est une Chinoise indépendante exposée au monde du sport sur la scène internationale, elle n’est pas un rouage dans la machine du système bureaucratique national du sport.

A l’inverse de ses collègues qui ont construit leurs carrières en tant que fonctionnaires du gouvernement au sein de l’Administration générale d’Etat des sports, Lang a refusé une proposition de poste du gouvernement au bureau des sports après sa retraite sportive en 1986, et a quitté son pays afin d’étudier le management du sport à l’Université du Nouveau-Mexique aux Etats-Unis.

Sa décision était liée à un scandale de corruption, celui de la construction d’un centre de formation de volley-ball à Hunan, dans le sud de la Chine, en 1984. Lang a aidé les autorités en demandant des fonds au Comité de planification chinois. Les fonds lui ont été accordés, mais les autorités locales n’ont pas utilisé l’argent pour le centre de formation. Elle a ensuite été impliquée dans une enquête pour corruption. Elle a commenté cette affaire dans son autobiographie (via Mingjing News):

这个事件的阴影在我心里好像再也抹不去。有些人是这样当官的,当了官还得顺着别人说话,不管这是不是你的思想,上面说什么,你就得说什么。我当不了这样的官,我没这个修养,我心太软,老同情人,这不是当官的料。我希望自己能学点实在的、科学的、真正有用的东西。

“Cette affaire a été enfouie au plus profond de mon cœur et ne pourra jamais être effacé. Quelques fonctionnaires sont ainsi : ils doivent répéter les paroles des autres même s’ils font partie du gouvernement. Même s’ils ne sont pas d’accord, ils doivent suivre des instructions venues d’en haut. Je ne peux pas être comme ça, je ne pourrai jamais me plier au protocole ainsi.  J’ai un cœur tendre et de la compassion. Je ne peux pas être un officiel. Je veux apprendre quelque chose de concret, scientifique et utile.

Au cours de ses 22 années en tant qu’entraîneur, elle a dirigé des équipes de volley-ball en Asie (dont la Chine entre 1995 et 1999), en Europe et aux Etats-Unis, les aidant à remporter des championnats nationaux et même mondiaux.

Lorsqu’elle commença à entraîner l’équipe américaine en 2005 et l’amena à battre l’équipe chinoise aux Jeux Olympiques de Pékin en 2008, elle a été qualifiée de traître par des trolls « patriotes » sur Internet.

Toutefois, Lang n'a pas pu amener l’équipe chinoise à retrouver son niveau. En 2012, l’équipe chinoise échoua à se qualifier pour les demi-finales des Jeux Olympiques de Londres, et fut classée au cinquième rang mondial par la Fédération Internationale de Volley-Ball en 2013.

Les officiels du Bureau des sports ont invité Lang à entraîner de nouveau les joueuses pour faire progresser l'équipe. Elle accepta finalement à la condition que les autorités n’interviennent pas dans le management.

Une fois devenue entraîneur en chef, elle recruta du sang neuf, plaça de jeunes joueuses à des positions-clés, mit sur pied un travail d’équipe et développa une équipe technique composée d’entraîneurs et de personnel médical. Plus important encore, elle abandonna les méthodes d’entraînement semi-militaires et encouragea les joueuses à développer leur jeu individuel sur le terrain.

Le fait que Lang ait amené l’équipe dans un temple bouddhiste avant les Jeux Olympiques illustre de quelle façon elle défie la ligne idéologique du parti, comme l'explique Gao Yu :

Rendre hommage à Bouddha  est bien mieux que copier la discipline du parti : Lang Ping et les autres entraîneurs ont emmené l’équipe au Mont Putuo [en Chine] pour rendre hommage aux dieux du bouddhisme. [Des plaisantins disent sur Internet] que l’équipe masculine de football chinoise a aussi visité le Mont Puoto, mais que le moine leur aurait dit, « S’il vous plaît, ne mettez pas les dieux en difficulté ». En août, avant que l’équipe féminine de volley-ball ne parte aux Jeux Olympiques, elles se sont de nouveau rendues au Mont et ont demandé aux divinités de prier pour elles.

Les médias chinois sont allés jusqu’à affirmer que la victoire de l’équipe entrainée par Lang est un conte sur le conformisme patriotique.  Lang est l’incarnation de l’esprit de l’équipe féminine de volley-ball, la victoire une success-story, non pour le programme chinois des sports, mais pour l’individualisme et la créativité dans la poursuite de l’excellence.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site