Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Donald Trump au Mexique : une visite au goût amer pour les Mexicains

 

Captura de pantalla de la conferencia de prensa de Peña Nieto y Trump tras su reunión privada. Transmitida por YouTube.

Capture d'écran de la conférence de presse du Président Peña Nieto et Trump après leur entretien en privé. Transmise sur YouTube.

Le candidat du Parti républicain à la présidence des Etats-Unis d'Amérique, Donald John Trump, a effectué mercredi 31 août 2016 une visite-éclair dans la capitale mexicaine pour s'entretenir en privé avec le président du Mexique Enrique Peña.

Depuis la veille au soir la nouvelle circulait, selon laquelle le candidat américain à la Maison blanche avait accepté l'invitation du président Peña, qui avait aussi invité la candidate du Parti démocrate Hillary Clinton à s'entretenir avec lui. Toutefois, pour le moment, seul Donald Trump a accepté.

Voici comment est apparue l'information sur le compte Twitter officiel du président mexicain :

J'ai invité au Mexique les candidats à la présidentielle des Etats-Unis pour discuter de nos relations bilatérales. Demain, je reçois Donald Trump.  Enrique Peña Nieto (@EPN) 31 août 2016

L'événement a été massivement condamné sur les réseaux sociaux mexicains. Sur Twitter les usagers ont aussitôt manifesté leur mécontentement :

Mercredi, 11 heures.
Place de l'Ange de l'Indépendance  : “Dehors, EPN”, ” Trump, tu n'es pas le bienvenu”#FueraTrumpFueraEPN#TrumpNoEresBienvenidopic.twitter.com/YXrglcuNrB

— Berenice Rodríguez (@berenice_rj) 31 août 2016

Je me sens réellement offensée par cette invitation de @EPN a @realDonaldTrump #TrumpNoEresBienvenido #FueraTrumpFueraEpn https://t.co/QQPJttF5f8 — Joyce Mac Naught ♕ (@joycemacs) 31 août 2016

Ce pourrait être une bonne stratégie de faire venir #Trump à México pour le mettre en danger, mais on sait bien que #EPN n'est pas un fin stratège alors …. bon ! — Hannah Sotelo (@Hanniux) 31 août 2016

Pour le journaliste Gabriel Guerra (plus 75 000 suiveurs sur Twitter), l'invitation peut être interprétée selon deux points de vue :

Pour #Trump, ça fait partie de sa campagne, c'est un coup de pub. Pour #EPN, c'est le pari le plus risqué de son mandat. https://t.co/gilRVTqZgP — Gabriel Guerra C (@gabrielguerrac) 31 août 2016

Les commentaires méprisants que Trump a prononcé contre les Mexicains pendant sa campagne ont engendré l'animosité des citoyens mexicains et des mexicano-américains, tout comme sa promesse de construire un mur sur la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique pour mettre un terme à l'immigration.

Etant donné le caractère inattendu de la rencontre, les gens ont commencé à se demander quelle en était la raison. Elizabeth Rivera – rédactrice chez Global Voices Latinoamérica – a envoyé le message suivant :

Ah !!! Ca y est j'ai compris #EPN (Enrico Pena Nieto) et #Trump vont annoncer ensemble que c'est le Groupe de BTP Higa qui va construire le mur. — Eli (@elicitizen) 31 août 2016

[Note: Le Groupe Higa est un consortium quia été favorisé dans l'attribution de divers marchés publics de travaux quand Enrique Peña était gouverneur de l’Etat de Mexico. Qui plus est, c'est le même groupe qui a offert une luxueuse propriété à l'épouse de M. Peña, un scandale connu sous le nom de “Casa Blanca“]

JoseLo Herrera, tient des propos similaires :

Donald Trump vient au Mexique pour proposer un emploi à tous les mexicains. CONSTRUIRE LE MUR.  — JoseLo Herrera (@Paco_Rabane) 1° septembre 2016

La rencontre

L'avion privé du magnat américain (plus communément appelé Trump Force One) a atterri à l’aéroport international de Mexico vers 13h30 le 31 août – alors même que les atterrissages de vols privés sur cet aéroport sont bien évidemment interdits. Après quoi, il est monté à bord d'un hélicoptère officiel du gouvernement mexicain pour se rendre à Los Pinos (la résidence présidentielle) pour un entretien privé.

Pendant le séjour du “Don” (comme le surnomment certains de ses compatriotes) à Los Pinos, une trentaine de manifestants se sont réunis autour de l'emblématique statue de l’Ángel de la Independencia (l'Ange de l'Indépendance) pour protester contre la venue du millionnaire.

Protestas en México por la visita del candidato a la presidencia de Estados Unidos por el Partido Republicano. Imágenes del autor.

Manifestations à Mexico contre la visite du candidat du Parti républicain à la présidentielle des Etats-Unis. Photos de l'auteur.

Après leur réunion à Los Pinos, le président Peña et son invité ont donné une conférence de presse. Les médias traditionnels nationaux ont repris les propos du chef de l'exécutif qui a déclaré que “les Mexicains méritent le respect de tous”, alors que les médias étrangers se sont intéressés à la réponse donnée par le candidat américain au sujet du tristement célèbre mur frontalier : “Les Etats-Unis ont le droit de construire un mur pour freiner l'immigration, mais on n'a pas encore évoqué qui paiera”.

Le journaliste Jorge Ramos fait ainsi le bilan de cette rencontre :

Trump s'en va sans faire d'excuses, sans témoigner aucun respect envers les Mexicains et sans changer en quoi que ce soit son programme anti-immigration. — JORGE RAMOS (@jorgeramosnews) 31 août 2016

Ricardo Anaya, leader d'un mouvement politique d'opposition à Enrique Peña, s'est exprimé de la manière suivante :

Au lieu d'exiger qu'il fasse des excuses, le gouvernement a laissé @realDonaldTrump humilier les Mexicains. C'est inacceptable. — RicardoAnayaC (@RicardoAnayaC) 31 août 2016

Et Robert Valencia, collaborateur de Global Voices, commente ainsi le rôle du dirigeant mexicain :

.@EPN a raté l'occasion de mettre Trump au pied du mur, confortant ainsi son image de leader sans force de caractère. — Robert Valencia (@rvalentwit) 1° septembre 2016

Outre la polémique soulevée par l'invitation du magnat américain, Peña s'est retrouvé sous le feu d'innombrables critiques après la publication d'une enquête journalistique dont il ressort qu'il a plagié sa thèse professionnelle. Trump, quant à lui, s'est retrouvé confronté à une chute dans les sondages sur les intentions de vote lors des élections de novembre prochain.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site