Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

“Rosas de Ermera”, l'histoire de la famille de Zeca Afonso au Timor durant la Seconde Guerre Mondiale

José Afonso (1929/1987). Captura de Tela do YouTube.

José Afonso (1929-1987). Capture d'écran de YouTube.

[Tous les liens sont en portugais, sauf mention contraire]

Le nom de José Manuel Cerqueira dos Santos ne vous dit peut-être pas grand-chose, mais au Portugal, il est davantage connu sous le nom de Zeca Afonso [français], l’auteur-compositeur de Grândola Vila Morena. Cette chanson est devenue célèbre lors de la révolution des Oeillets, lorsque la radio a diffusé cette musique afin de donner le signal du départ aux militaires pour mettre fin au régime dictatorial, en place au Portugal jusqu’en 1974. Curieusement, la famille du chanteur entretient un lien historique avec le Timor.

Au début de la Seconde Guerre Mondiale, le père de Zeca Afonso, juge au Mozambique, demanda à être muté à Dili. La famille se sépara : le couple et la sœur cadette, Mariazinha, partirent au Timor [français] tandis que le futur chanteur et son frère, João, restèrent au Portugal pour poursuivre leurs études. La fratrie correspondit par lettres, jusqu’à ce que cette communication cesse. José et João furent sans nouvelles de leur pays et de Maria das Dores – alias Mariazinha :

Em 1939 os seus pais foram viver para Timor, onde seriam cativos dos ocupantes japoneses durante três anos, entre 1942 e 1945. Durante esse período, Zeca Afonso não teve notícias dos pais.

En 1939, ses parents sont allés vivre au Timor, où ils furent captifs des occupants japonais pendant trois ans, entre 1942 et 1945. Au cours de cette période, Zeca Afonso fut sans nouvelles de ses proches.

Les Japonais envahirent l’île de Timor sous le prétexte de se défendre des troupes alliées, qui étaient également présentes sur l’île et avaient ainsi violé la neutralité du Portugal dans le conflit :

Tudo aconteceu durante a segunda Grande Guerra Mundial. Portugal declarou-se neutral perante o conflito. Primeiro entraram os aliados dizendo que o faziam como forma de impedir o desembarque dos japoneses. Depois entraram estes últimos com o argumento de que queriam expulsar os aliados. No meio de tudo isso mais de quarenta mil timorenses faleceram durante a ocupação e os portugueses ficaram reféns dos invasores.

Toutes sortes d’événements se sont produits pendant la Seconde Guerre Mondiale. Le Portugal s’est déclaré neutre pendant le conflit. Les Alliés sont d’abord arrivés afin d’empêcher le débarquement des Japonais. Puis ces derniers sont également venus pour expulser les Alliés. Au milieu de tout cela, plus de quarante-mille Timorais moururent au cours de l’occupation, tandis que les Portugais sont devenus otages des envahisseurs.

Mariazinha, irmã de Zeca Afonso. Captura de tela do Vimeo.

Mariazinha, soeur de Zeca Afonso. Capture d'écran de Vimeo.

Sept ans plus tard, « Mariazinha » revient au Timor, accompagnée du cinéaste Luís Filipe Rocha. En octobre 2015, la sœur de Zeca Afonso est revenue sur les lieux où elle a vécu et étudié, et où elle a également été prisonnière des Japonais durant trois ans. Avant de partir pour le Timor, le réalisateur avait confié à la presse :

Acompanharemos Maria das Dores na dilacerante separação dos irmãos e na viagem com os pais, pelos Mares do Sul, em três barcos diferentes, até Timor. Procuraremos a Casa em Lahane, a escola e a vida ao ar livre, no mato e nos ribeiros, com os amigos Liquiçá, o cavalo que montava em pelo, e Bonita, a cabrinha preta.

Nous suivons Maria das Dores au cours de sa déchirante séparation d'avec ses frères, et pendant le voyage avec leurs parents dans les Mers du Sud, éparpillés dans trois bateaux différents, jusqu’au Timor. Nous cherchons une maison à Lahane, une école et une vie à l’air libre, dans la brousse et près des rivières, avec leurs amis Liquiçá, le cheval, et Bonita, une petite chèvre noire.

L’histoire de ces Portugais, prisonniers sur une lointaine île du sud-est asiatique pendant la Seconde Guerre Mondiale, est restée secrète durant plusieurs décennies au sein de la famille Afonso dos Santos.

Os portugueses que viviam em Timor durante a II Guerra Mundial foram colocados em campos de concentração japoneses. Entre eles estavam os pais e a irmã do cantautor Zeca Afonso.

Les Portugais qui vécurent au Timor pendant ce conflit ont été placés dans des camps de concentration japonais. Parmi eux, les parents et la sœur du chanteur Zeca Afonso.

Coffee is one of Timor-Leste’s most important crops, bringing much-needed revenue to the country. Magdalena Salsinha, holding coffee beans, has been picking coffee since she was 15 years old. Now 55, she lives near Ermera and is married with six children.

Café d'Ermera, Timor-oriental. UN Photo/ Martine Perret, sous licence: CC BY-NC-ND 2.0

Dans les mémoires de Mariazinha réside encore l’odeur des roses d’Ermera, un district du Timor-oriental riche en café.

Maria das Dores, que recorda até hoje o cheiro a rosas em Ermera, o coração da região do café timorense, a sudoeste de Díli e onde passou férias com os pais – só se reencontra com os irmãos seis anos depois, em fevereiro de 1946.

Maria dos Dores se souvient encore du parfum des roses d’Ermera, le cœur de la région du café timorais, au sud-est de Díli, où elle passait ses vacances avec ses parents – elle ne s’y retrouvera avec ses frères que seize ans plus tard, en février 1946.

L’histoire a donné naissance au livre “O último dos colonos: entre um e outro mar » écrit par son frère, João Afonso dos Santos, et également à un documentaire. La saga de la famille Afonso dos Santos, dont les enregistrements ont été achevés en 2015, sera présentée au public en 2017 :

 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site