Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Loi anti-avortement en Pologne : les députés avancent, sourds aux craintes de futur “enfer sur terre”

Polish #BlackProtest poster. Photo used with permission of author Kasia Babis.

Affiche polonaise de #BlackProtest. Photo utilisée avec l'autorisation de son auteur Kasia Babis.

Face au mouvement de la “ManifNoire” qui a saisi l'internet polonais et plusieurs places publiques de villes du pays, le parlement polonais a voté la poursuite de la procédure d'adoption de la loi qui veut interdire les avortements en quasiment toutes circonstances, et instaurer des peines de prison tant pour les femmes le subissant que pour les médecins le pratiquant. La décision des législateurs a déjà renforcé la protestation.

Ce vendredi, les députés se sont prononcés pour la mise en oeuvre de la proposition de loi controversée en votant sa transmission à une commission parlementaire pour examen et amendements. Ils ont aussi voté le rejet d'un autre texte qui aurait entraîné les droits reproductifs polonais dans la direction opposée, avec une libéralisation des lois existantes.

Le parlement polonais est actuellement dominé par le parti conservateur Droit et Justice, qui bénéficie du soutien de l'Eglise catholique romaine.

Les opposants à une restriction encore plus poussée du droit à l'avortement disent que la nouvelle loi sera  “un enfer pour les femmes”, référence à un célèbre recueil d'essais de l'écrivain et médecin polonais Tadeusz Boy-Żelenski, qui décrivit en 1930 les souffrances endurées par les femmes à l'époque à cause de l'absence de choix en matière reproductive.

A l'appui de leur refus de l'interdiction proposée de l'avortement, une énumération des scénarios-cauchemars qui résulteraient de la loi une fois votée, comme d'obliger les femmes violées à accoucher des enfants ainsi conçus, et même de jeter un soupçon de crime sur les mères qui font des fausses couches, avec des suppositions policières que la fausse couche ait été délibérée. L'unique étroite exception préservée par la loi pour autoriser un avortement—les cas où la vie de la mère est mise en danger—placera les médecins dans la position embarrassante d'avoir à décider quand la menace représentée par une grossesse pour la vie de la mère est “suffisamment directe”. Prendre la “mauvaise” décisions en tel cas pourrait vraisemblablement envoyer un praticien en prison lui aussi.

Je dis NON à la prison pour avortement, je dis NON à une Pologne ou une fausse couche est un crime.

Depuis jeudi, le mouvement “Manif Noire” de Pologne paraît prendre de l'ampleur, avec une participation sur le net qui ne cesse de croître.

Et le refus de la législation polonaise controversée ne s'arrête plus aux frontières du pays. Des internautes de toute l'Europe et des Etats-Unis ont rejoint le mouvement de protestation en mettant en ligne des photos et des messages de solidarité avec les manifestations des pro-choix de Pologne.

La graphiste polonaise Kasia Babis, a publié une affiche en anglais appelant à rejoindre la “Manifestation en noir” par la description de quelques conséquences probables de la législation. Elle a été partagée plus de 3.000 fois sur Facebook, entre autres par le libertaire notoire et fondateur de Wikipedia Jimmy Wales.

Après le vote au parlement de ce week-end, le parti de gauche RAZEM a annoncé une série de manifestations “Manif Noire” contre le projet de loi dans les neuf principales villes de Pologne le dimanche 25 septembre.

Demain, nous ne resterons pas à la maison ! #ManifNoire

Pendant ce temps, de nombreux rassemblements spontanés de solidarité ont eu lieu ou sont prévus dans d'autres pays, comme à Londres, New York, Vienne et Berlin.

Photo de famille à la fin de #repoussele8e #manifnoire à l'ambassade polonaise au Royaume Uni

La manifestation de solidarité contre l'interdiction de l'avortement en Pologne et en Irlande aura lieu le 28/9 àVienne

Les hashtags #czarnyprotest (“#ManifNoire” trouvé ici sur Facebook et Twitter) et #manifennoir (Facebook, Twitter) continuent à servir de cri de ralliement pour la propagation de l'information sur le mouvement de contestation.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site