- Global Voices en Français - https://fr.globalvoices.org -

Les « Écoles du Couvre-feu » aident les écoliers cachemiris à poursuivre leurs études malgré le conflit

Catégories: Asie du Sud, Inde, Catastrophe naturelle/attentat, Développement, Education, Good News, Guerre/Conflit, Manifestations, Médias citoyens, Politique
The youth of Kashmir has stepped in to educate the children of Kashmir in 'Curfew Schools' for free. Screenshot from YouTube Video [1]

Des jeunes volontaires enseignent les enfants du Cachemire par le biais des “écoles du Couvre-feu”. Image extraite d'une vidéo YouTube.

Cet article est paru à l'origine sur Video Volunteers [2], une organisation internationale primée, centrée sur les médias communautaires et basée en Inde. Une version éditée est publiée ci-dessous dans le cadre d'un accord de partage de contenu.

La communauté locale de Srinagar, au Cachemire, Inde du Nord, se bat pour maintenir l'éducation de ses enfants malgré la poursuite des hostilités  [3]au cours des derniers mois.

Les millions d'écoliers de la vallée n'ont pas pu aller en classe de façon régulière à cause des troubles constants dans cette région depuis le meurtre au mois de juillet [4]de Burhan Muzaffar Wani [5], le commandant du groupe séparatiste cachemiri Hizbul Mujahideen. La forte présence de forces paramilitaires et l'imposition d'un couvre-feu ont forcé les commerces, écoles et autres établissements gouvernementaux de la vallée à fermer.

Parmi les victimes, les plus touchés sont les enfants [6], qui sont gardés au foyer et privés de leur droit à l'éducation.

En ces temps incertains [7], des jeunes Cachemiris ont lancé une initiative pour poursuivre l'éducation des enfants gratuitement dans le cadre des “écoles du Couvre-feu”. Ces écoles communautaires ont débuté au mois d'août [8] et les enseignants sont de jeunes volontaires provenant de divers milieux professionnels et de l'ensemble de la région.

“Depuis la fermeture des écoles, j'ai rejoint ce centre d'études pour préparer mes examens” raconte Aabid Hussain au correspondant communautaire de Video Volunteers Shafat Mir Hussein [9] à Srinagar, au Cachemire. Aabid est l'un des centaines d'écoliers cachemiris bénéficiant du tutorat de ces écoles de fortune, improvisées dans des maisons, mosquées, ou encore salles communautaires, et formant un réseau où les enfants peuvent poursuivre leurs études en sécurité.

En dépit d'une Convention internationale visant à protéger les populations civiles dans la mesure du possible en cas de conflits armés, le manque de standards ou règles explicites interdisant l'occupation des écoles et universités par des forces armées signifie que ces établissements sont souvent réquisitionnés dans le cadre d'opérations militaires.

Alors même que le Ministre de l'Education Naeem Akhtar présidait le Conseil d'Etat de l'Education du Cachemire dans le cadre de la préparation des examens de fin d'études [10], des communiqués ont fait état de l'occupation d'établissements scolaires par des troupes militaires [11] à Srinagar.

Tandis que la communauté internationale fêtait la 50ème Journée Internationale de l'Alphabétisation [12] le 8 septembre, promettant une bonne éducation et un avenir à nos enfants, des millions d'enfants [13] continuent de souffrir à travers le monde en raison de conflits. Les affrontements récents [7] entre les indépendantistes cachemiris et les forces paramilitaires ont laissés 82 morts [14] et plus de 1000 blessés dans la région.

Selon le nouveau Rapport Mondial de Suivi sur l'Education [15] de l'UNESCO, l'Inde devrait atteindre un enseignement primaire universel en 2050, un enseignement secondaire du premier cycle universel en 2060 et un enseignement secondaire du second cycle universel en 2085. L'Inde aspire à devenir un futur leader mondial, mais sans éducation comment réduire les inégalités, encourager une consommation responsable, ou garantir une vie saine pour tous ?

Les correspondants communautaires de Video Volunteers sont originaires de communautés indiennes marginalisées et produisent des reportages sur des événements non-médiatisées. Ces reportages sont des “actualités racontées par leur protagonistes”. Ils offrent une vision ultralocale des défis liés aux droits de l'Homme et au développement mondial.