Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le Maroc, “porte du désert” de Hollywood, mais pas seulement

Atlas Studio , Photo by Andrzej Wójtowicz , Flickr.

Aux Studios Atlas à Ouarzazate. Photo Andrzej Wójtowicz, 2 mai 2013. Source: Flickr.

Le Maroc est de puis toujours un des sites de filmage les plus prisés au monde, où maints réalisateurs de renommée internationale ont tourné certains de leurs plus grands succès. La ville de Ouarzazate, dont le nom signifie “sans bruit” en amazigh (berbère), a particulièrement réussi à attirer les cinéastes.

Ont été tournés à Ouarzazate “Prince of Persia,” de Mike Newell, “Les Chemins de la Liberté” de Peter Weir, “Mission : Impossible” de Brian De Palma, “Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre” d'Alain Chabat, “Babel” d'Alejandro G. Iñárritu, “Gladiator” de Ridley Scott. Ce qui vaut à Ouarzazate sa réputation de “Hollywood du Maroc”.

L'endroit le plus séduisant de Ouarzazate, ce sont les Studios Atlas. Créés en 1983, ils comptent parmi les plus vastes du monde avec leurs 20 hectares de terrain désertique. L'entrée est encadrée de pharaons de plusieurs mètres de haut, portant des coiffes d'or (qui ont servi d'accessoires dans bon nombre de films).

Le voyageur-blogueur Hjalmar Gerbig a publié sur YouTube sa dernière visite à Ouarzazate.

Mais l'attrait d'Ouarzazate va beaucoup plus loin que ses magnifiques paysages. Un autre intérêt pour les clients étrangers est de pouvoir travailler à coût réduit dans la ville. Les producteurs trouvent des équipes locales qualifiées qui parlent couramment plusieurs langues : anglais, arabe, berbère, espagnol, français et portugais. Et comme le coût de la vie est plus bas au Maroc, les dépenses de production réduisent de moitié le budget d'un grand film par rapport aux USA ou l'Europe.

Comme l'explique le site web des Studios :

Considérée comme le « Hollywood Marocain », Ouarzazate offre aux productions des décors extérieurs saisissants tels que les oasis, les kasbahs, des vallées, des montagnes et des dunes.
Ouarzazate possède un aéroport international, des infrastructures sanitaires performantes, des hôtels de diverses catégories, et des studios de cinéma aux normes internationales et de décors de différents types : romain, égyptiens, etc…
Grâce aux divers tournages accueillis à Ouarzazate (long métrages, reportages et documentaires), une main d’œuvre qualifiée et bon marché ainsi qu’une population multiethnique pour la figuration se sont développés.

Les sociétés de prestation de service, les divers fournisseurs en transport et catering, ainsi que les techniciens sont présents en permanence à Ouarzazate.
Tous ces atouts incontournables assurent une compétitivité certaine (30 à 50% du coût global) et une qualité de tournage élevée.

La ville possède même un musée du cinéma, où on trouve les vestiges d'autres tournages, des séquences de films tournés ici comme “Lawrence d'Arabie” ou “Kundun” et d'anciens décors d'autres films. La maison tibétaine montrée dans “Kundun” se visie, avec ses intérieurs dorés et ses statues bouddhistes. La galère de ”Ben Hur” est aussi là, avec ses cordages, ses bancs et son plafond de bois.

Old Egyptian set , Photo by Andrzej Wójtowicz , Flickr.

Décor d'Egypte ancienne aux Studios Atlas de Ouarzazate. Photo Andrzej Wójtowicz, 2 mai 2013. Source: Flickr.

Voici ce qu'écrit le voyageur-blogueur Aizzing après avoir visité Ouarzazate et ses studios de cinéma :

Ç'a été dans l'ensemble une expérience incroyable. Ce n'est pas tous les jours que vous avez la chance de revivre les moments de votre série télé préférée. De voir en vrai les lieux où Emilia Clarke et Peter Dinklage ont tourné et d'être dans une de ses destinations rêvées, le tout en même temps, était réellement surréaliste et hypnotique. C'est délirant et génial ! Je ne recommande pas à ceux qui ont des problèmes de genoux et de l'arthrose, mais si vous êtes de grands amateurs de Gladiator et de Game of Thrones qui apprécient la découverte de sites historiques, alors Ait Benhaddou à Ouarzazate est exactement ce qu'il vous faut.

Mais à côté de l'aspect havre pour metteurs en scène et réalisateurs du monde entier, les cinéastes et miliants au Maroc contestent depuis longtemps la représentation du Maroc et du monde arabe en général dans les films de Hollywood. Comme le résumait récemment un article du Guardian, “certains regrettent de voir leur pays dépeint si souvent comme une zone de guerre, et d'autres disent que les films américains monopolisent les talents locaux”.

Karim Aitouma, producteur d'un documentaire récent sur les figurants souvent employés à Ouarzazate, a été cité dans le Guardian disant que les figurants se laissent même pousser “des barbes professionnelles” pour complaire au public occidental :

Quand ils savent qu'un film de Hollywood va arriver, ils se laissent pousser la barbe. C'est un critère très important pour les castings – pour les film historiques mais aussi parce qu'ils vont jouer dans des films de terrorisme. Ils sont tous barbus en permanence, non parce qu'ils le veulent mais parce qu'ils attendent les castings.

Le réalisateur marocain Othmane Naciri pense que ses confrères de Hollywood ne savent pas grand chose de son pays, a-t-il expliqué dans un entretien avec PRI :

OK, le Maroc, c'est où ? En Afrique du Nord ? Du sable, du désert ? OK, c'est parfait. Tourner là-bas est moins cher pour nous que dans le désert d'Arizona, et c'est plus sûr que le vrai Irak alors c'est le meilleur compromis.

Et encore:

Les Marocains ont les rôles à profil arabe typique : les terroristes, les méchants, selon le point de vue américain. Voyez-vous, on n'est pas si loin du point de vue occidental des années 50— le bon, la brute et le truand !

Le journaliste Mohamed Koné a traité le sujet et en conclut que les cinéastes marocains contestent eux-mêmes ce schéma, en engrangeant déjà quelques succès.

Les cinéastes marocains tentent de défier le cliché terroriste en exportant leur propre image du pays, et de ses gens. […] Une première reconnaissance déjà, des films marocains ont récemment intégré le festival de Cannes.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site