Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le Parlement des Jeunes du Mozambique veut rebaptiser l'aéroport de Maputo

Aeroporto Internacional de Maputo. Foto: Celso Alfredo Costa

L'aéroport International de Maputo. Photo: Celso Alfredo Costa

[Tous les liens sont en portugais, sauf mention contraire]

Un groupe de jeunes citoyens mozambicains a créé une pétition demandant que l’aéroport international de Maputo soit baptisé « Aéroport International Samora Machel », une pétition initiée par le Parlement des Jeunes, une organisation qui lutte pour le respect des droits et les priorités de la jeunesse au Mozambique, s’appelle « Aéroport International de Maputo » (le nom officiel de l’aéroport) et débute avec des vers de l’ancien héros national, le « Père de la Nation » Samora Machel [français] :

A maior glória é servir ao Povo,
A maior recompensa ter servido ao Povo,
A maior honra morrer pelo Povo.

La plus grande gloire est de servir le Peuple,
La plus grande récompense d’avoir servi le Peuple,
Le plus grand honneur mourir pour le Peuple.

Le nom actuel du principal aéroport du Mozambique devrait, selon le Parlement des Jeunes (PJ), porter le nom du fondateur de la République, pour ainsi donner une nouvelle dénomination à ce qui sert de porte d’entrée du pays. Pour défendre sa position, le PJ déclare :

Foi por este Aeroporto que Samora entrou para proclamar a independência Nacional e a entrada à capital, nacionais e estrangeiros, têm de ter contacto com Samora, o fundador da República. Samora Machel, estadista de estatura universal, de imensurável dimensão revolucionária, sem paralelo na época contemporânea, combatente da liberdade e homem de justiça social.

C’est par cet aéroport qu’est entré Samora pour proclamer l’indépendance nationale. Pour pénétrer dans la capitale, locaux et étrangers doivent entrer en contact avec Samora, le fondateur de la République. Samora Machel, homme d’Etat à la stature universelle et à la dimension révolutionnaire incommensurable, sans comparaison possible dans notre époque, combattant de la liberté et homme de justice sociale.

Le mouvement des jeunes va plus loin et rappelle que jusqu’à aujourd’hui, il n’existait aucun témoignage de la vie du premier Président du Mozambique. Cette initiative serait la meilleure façon de pouvoir lui rendre hommage :

Fazem 30 anos do seu assassinato e ninguém nos diz: quem matou Samora. Os seus ideais estão a ser mortalizados e o legado desprezado. É assim que a nossa geração decide homenageá-lo, colocando-lhe a entrada da capital, o nome do Aeroporto Internacional Samora Machel para que nos lembremos sempre de exigir justiça pela sua morte.

Cela fait 30 ans qu’il a été assassiné et personne ne nous dit qui a tué Samora. Ses idées ont été tuées et son héritage méprisé. C’est ainsi que notre génération a décidé de lui rendre hommage, en le mettant à l’entrée de la capitale via le nom Aéroport International Samora Machel afin de nous rappeler de toujours réclamer justice pour sa mort.

S’il était vivant, Samora Machel aurait eu 83 ans le 29 septembre dernier :

Demain, nous fêterons l’anniversaire de l’un des plus grands révolutionnaires d’Afrique, Samora Machel. Longue vie à ses enseignements !

Voici la pétition qui devra être signée par au moins deux mille personnes d’ici le 18 octobre, pour parvenir entre les mains du gouvernement de Mozambique pour examen.

[29/09/2016] Note de l’éditeur : Afin de permettre au lecteur d’avoir les informations les plus récentes possibles, Global Voices a décidé de changer la photo de l’Aéroport International de Maputo. L’image, obtenue dans les archives de Wikimedia, montrait l’aéroport avant les travaux de 2011, induisant le lecteur en erreur. Pour cette raison, nous l’avons remplacée par l’image actuelle, qui fut aimablement cédée par Celso Alfredo Costa, et qui montre une nouvelle aérogare.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site