Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Dix ans après, la Russie n'a pas oublié la journaliste assassinée Anna Politkovskaïa

Anna Politkovskaya. Source: Amnesty Finland, Flickr

Anna Politkovskaïa. Source: Amnesty Finland, Flickr.

Il y a aujourd'hui dix ans, Anna Politkovskaïa, une des plus grandes journalistes d'investigation de Russie, était retrouvée tuée par balles dans l'ascenseur de son immeuble à Moscou. Son assassinat et l'incapacité—ou la réticence—de l'Etat à poursuivre les responsables incarnent depuis lors les dangers du travail de journaliste en Russie. La condamnation pour meurtre de cinq individus en 2014 n'a pas permis à ce jour de savoir qui a ordonné la mise à mort de Politkovskaïa.

Anna Politkovskaïa a laissé le souvenir de ses enquêtes intrépides sur les violations des droits humains, les plus célèbres étant celles sur la deuxième guerre de Tchétchénie, dans le Nord-Caucase. Vendredi, Novaïa Gazeta, le journal de Politkovskaïa, a invité à un rassemblement à l'entrée de ses bureaux, où une plaque commémore sa vie et son oeuvre. Radio Liberty/Radio Free Europe a rendu compte de la scène ce matin.

Novaïa Gazeta a également publié une vidéo intitulée “Le commanditaire n'a pas été retrouvé”, une vigoureuse mise en cause de l'impuissance des autorités à trouver—ou, peut-être, à dévoiler—qui a ordonné l'assassinat de Politkovskaïa. RuNet Echo a traduit les pancartes tenues par les équipes de Novaïa Gazeta dans la vidéo ci-après.

Anna Politkovskaïa, tuée le 7 octobre 2006, dans l'entrée de son immeuble, dans l'ascenseur. Cinq balles, un meurtre sur contrat, pour 150.000 dollars. Par qui ? Le commanditaire reste inconnu. Août 2007 : les organisateurs et tueurs à gages suspectés du meurtre de Politkovskaïa sont appréhendés, 11 hommes en tout. Le commanditaire manque toujours. Le 29 août 2007, le Procureur Général Iouri Tchaïka annonce la clôture de l'enquête sur le meurtre de Politkovskaïa. Le commanditaire court toujours.

21 septembre 2009 : un ancien chef de district en Tchétchénie, Chamil Bouraev est accusé. Il ne se présente pas devant la justice. Le commanditaire court toujours. 25 novembre 2009 : ouverture du premier procès pour meurtre. Le commanditaire court toujours. 19 février 2009 : le jury acquitte tous les suspects. Le commanditaire court toujours. 26 juin 2009 : la Cour Suprême casse le verdict. L'affaire est renvoyée à un nouveau procès.

31 mai 2011 : Roustam Maxmoudov est arrêté. Le commanditaire court toujours. 22 août 2011 : un témoin dans l'affaire, le Lieutenant-Colonel de la police Pavlioutchenkov est arrêté en tant qu'organisateur de l'assassinat. Il avoue, mais sans dire qui a donné l'ordre. Selon les termes de sa négociation de peine, Pavlioutchenkov devait le dire, mais il ne le fait pas. Les enfants d'Anna demandent que sa négociation de peine soit annulée et qu'il soit jugé sans clémence, demande refusée par le tribunal. Le commanditaire court toujours.

14 décembre 2012 : Dmitri Pavlioutchenkov est condamné à 11 années en colonie pénitentiaire pour le meurtre d'Anna Politkovskaïa. Le commanditaire court toujours.

3 juin 2013 : début d'un deuxième procès. Le commanditaire court toujours.

20 mai 2014 : le jury déclare tous les accusés coupables de l'assassinat d'Anna Politkovskaïa. Le commanditaire court toujours. L'organisateur, les complices et le tueur sont condamnés à des peines de prison. Le commanditaire court toujours. L'affaire du commanditaire est disjointe dans une procédure séparée, mais aucune instruction n'est ouverte. Garabian, le juge d'instruction, se retire. Le nouveau juge d'instruction, Stepanov, ne fait rien. Le commanditaire court toujours. L'enquête est pratiquement suspendue. Le commanditaire court toujours. Les enfants de Politkovskaïa s'adressent à la Cour Européenne des Droits de l'Homme, au motif de l'inaction des juges d'instruction. Le comité de recevabilité déclare que l'affaire Politkovskaïa est résolue. Le commanditaire court toujours.

Près de dix ans ont passé depuis le jour de l'assassinat de Politkovskaïa. L'affaire n'est pas résolue. Le commanditaire court toujours. [Le fils de Politkovskaïa] : je demande que le commanditaire du meurtre de ma mère soit retrouvé.

Arkadi Babtchenko, correspondant de guerre et ex-militaire ayant servi dans la première guerre de Tchétchénie, a tweeté une photo de Politkovskaïa à Grozny (Tchétchénie) en 2005.

Anna Politkovskaïa, Stanislav Markelov, Natalia Estemirova, Grozny, 2005, tribunal. Tous tués. Photo d'Alexsandre Tcherkassov.

Beaucoup ont partagé leurs souvenirs préférés de Politkovskaïa, souvent des entretiens illustrant sa poursuite obstinée de la vérité—ici, elle appelait l'attention sur le rôle des services spéciaux dans la prise d'otages de 2002 au théâtre de la Doubrovka.

Je conseille à tous de regarder : Anna Politkovskaïa parle au journaliste russe Vladimir Soloviev de l'implication des services spéciaux dans la prise d'otages de la Doubrovka

Le site web d'information et télévision Novoe Vremia (une collaboration de RFE/RL et Voice of America) se souvient de la dernière interview de Politkovskaïa.

Dans sa dernière interview, Anna Politkovskaïa a parlé de Kadyrov : deux jours après elle était abattue dans l'entrée de son immeuble à Moscou.

D'autres ont rappelé que Politkovskaïa a été tuée le jour de l'anniversaire de Poutine—une coïncidence relevée en raison des accusations que le pouvoir serait impliqué dans son assassinat et l'aurait couvert.

Il y a dix ans, le 7 octobre, Anna Politkovskaïa était assassinée. Le commanditaire court toujours. Poutine fête son anniversaire ce jour.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site