Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Ancien enfant de la rue, il ouvre un café-bibliothèque pour les jeunes de la rue à Mumbai

The the story of Amin Sheikh, who wanted to change the fate of boys like him who grew up on the streets of Bombay. Photo credit: Humans of Bombay

Amin Sheikh, ex-enfant des rues, souhaite améliorer le destin d'autres enfants vivant dans les rues de Bombay. Photo: Humans of Bombay.

Après avoir vendu pendant trois ans son autobiographie dans les rues agitées de Mumbai, Amin Sheikh récolte enfin les fruits de son travail. Il a finalement réussi à faire de son rêve une réalité et a ouvert un café-bibliothèque pour les enfants pauvres des rues de la capitale financière de l'Inde.

Sheikh, 36 ans, a vécu de nombreuses expériences dans sa jeune vie. Né dans un bidonville au nord de Mumbai (quand la ville s'appellait Bombay) au sein d'une famille pauvre, selon lui sa vie a commencé quand il a eu cinq ans et a commencé à travailler sur un stand de thé. Du haut de ses 16 ans, il a vécu dans les rues hostiles de Mumbai comme un enfant de la rue, survivant en ramassant les poubelles, en chantant dans les trains, en mendiant et en ramassant de la ferraille, en travaillant dans des fabriques, comme vendeur dans les trains, ou comme cireur de chaussures, etc. avant d'être secouru par un orphelinat de Mumbai, appelé Snehasadan, qui lui donna un logement et changea sa vie.

A 17 ans, il fut envoyé travailler chez Eustace Fernandes, un artiste connu. Il était son chauffeur, son cuisinier et nettoyait sa demeure, et en même temps il apprenait l'anglais. Avec l'aide d'Eustace, Sheikh créa sa propre entreprise de voyages appelé Sneha Travels, en 2002. Eustace l'a aussi enmené à Barcelone, où il visita plusieurs cafés-bibliothèques et desquels il s'inspirera.

Amin in his Cafe. Used with permission

Employés du café d'Amin Sheikh, qui sont d'anciens enfants de la rue de Snehasadan. Photo utilisé avec les droits.

Aujourd'hui, le café de Sheikh ‘Bombay to Barcelona‘ est peint de plusieurs tons de blanc et d'orange, et y travaillent de nombreux anciens enfants de la rue de Snehasadan. Le café, qui a ouvert vers la mi-août  2016, souhaite attirer tout type de personnes grâce à des prix plus que raisonnables. Par exemple, une tasse de thé coûte seulement 10 roupies (0,15 dollar), comme dans n'importe quel étal de la rue. La devise de Sheikh est: “Tout le monde mérite de prendre un café ou un thé dans un lieux agréable”.

Selon un recensement fait par l'Institut Tata des sciences sociales et l'organisation de volontaires Action Aid en Inde, il y a environ 37.000 enfants qui vivent dans les rues de Mumbai. Deux enfants sans abris sur cinq ont souffert d'abus physiques, sexuels ou verbaux ou de faim à un moment de leur vie.

Sheikh a expliqué à Global Voices comment il a réussi à créer son café, rassemblant des fonds grâce à la vente de son autobiographie, et ses projets pour aider les enfants de la rue.

“J'ai vendu des livres pendant presque trois ans pour rassembler de l'argent et ouvrir ce café. Nous serons toujours ouverts pour les enfants de la rue et jamais nous ne leur refuserons l'entrée au café”, dit-il.

The cafe provides food and other assortments free of cost to underprivileged children. Photo credit: Bombay to Barcelona FB page. Used with permission.

Le café offre de la nourriture gratuite aux enfants pauvres. Photo: Page FB de Bombay to Barcelona. Utilisé avec accord préalable.

Dans son autobiographie, Bombay Mumbai: La vie c'est la vie: Grâce à toi j'existe, publiée en 2013 en anglais, Sheikh se souvient de son enfance quand il vivait dans les rues de Mumbai, chantant et mendiant dans les trains de la ville, et les difficultés qu'il a dû affronter à cause de l'absence de sa famille.

Aujourd'hui, il finance son café grâce aux gains engendrés par les ventes de son livre.

“Je suis parti de chez moi à cinq ans après les menaces et les abus de mon beau-père. Je mendiais, je dormais dans les gares jusqu'à ce que l'orphelinat Snehasadan me sauve” raconte Sheikh.

Il est maintenant décidé à donner un toit aux enfants de la rue et à les aider. “Je ne veux pas que ces enfants retournent vivre dans la rue.”

Photo Credit: Bombay to Barcelona FB page.

Photo: Page FB de Bombay to Barcelona. Utilisée avec permission.

Sheikh a déjà vendu plus de 12.000 livres dans plusieurs langues telles que l'espagnol, le catalan et le marathi pour récolter de l'argent pour son café.

Une lectrice espagnole, María Antonia Perez, a visité récemment Mumbai pour aider Sheikh à mettre en place son café, après avoir lu son livre.

Photo Credit:

Photo: Page FB de Bombay to Barcelona. Utilisée avec permission.

“Nous avons une table spéciale avec des gâteaux et autres goûters pour les enfants de la rue. Leur réaction a été très bonne”, raconte Sheikh.

Photo

Photo: Page FB de Bombay to Barcelona. Utilisée avec permission.

Ci-dessous son histoire sur YouTube, mise en ligne par Ditto TV :

A Mumbai, un groupe d'étudiants a réalisé un court métrage sur le livre et la vie de Sheikh :

Les gens qui visitent le café font généralement de bons commentaires sur les réseaux sociaux.

Shivangini Singh a écrit sur Facebook:

This book costs only 300/-. If you buy it, you are helping Amin Sheikh, a former street kid, build a better life for others who are on the streets.

I just finished reading it. The life story, the journey is deep. Very real, very positive and oh so inspiring!

Ce livre coûte seulement 300/-. Si vous l'achetez, vous aiderez Amin Sheikh, un ancien enfant de la rue à offrir une vie meilleure aux enfants qui vivent dans la rue.

Je viens de terminer de le lire. L'histoire de vie, le voyage est profond. Très vrai, très positif et un exemple tellement à suivre !

Le café Bombay to Barcelona est superbe et si chaleureux :-)

Deanne Moraes a écrit une excellente critique sur Facebook:

Never felt like home at any cafe before, like I did when I visited your cafe…. The ambience, the decor, the snacks… everything is just perfect….. The customer service is something I will never forget… I have always forgotten names of people working in hotels or cafe but at your cafe SAI, I can never forget the hospitality he provided and his name.. All the best…

Je ne m'étais jamais sentie comme à la maison dans aucun café auparavant, comme lorsque je suis allée dans le tien…l'ambiance, la décoration, les gâteaux, tout est parfait…Je n'oublierai jamais la qualité du service… J'ai toujours oublié les noms des gens dans les hôtels ou les cafés où je suis allée, mais ton café…, je n'oublierai jamais ton hospitalité, ni ton nom. Je te souhaite le meilleur…

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site