Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Civilisations, dictatures et soulèvements : l'histoire du monde racontée par une Colombienne

Uribe en uno de sus programas de historia. Fotografía compartida en Google con permiso para republicación.

Diana Uribe dans l'un de ses programmes d'histoire. Photo partagée sur Google, reproduite avec autorisation.

Grace à de nombreux followers, les programmes réalisés par la journaliste et historienne Diana Uribe pour Radio Caracol [Radio Escargot] sont accessibles depuis la plateforme Ivoox.

Ces programmes revisitent l'histoire ancienne et contemporaine : chacun d'eux contient presque une heure de récits, de musiques, et de personnages historiques et attachants. Dans chaque épisode, Diana Uribe choisit une région du monde, et fait le lien entre son actualité et l'histoire qui a mené aux faits tels que nous les connaissons aujourd'hui. La narration, ludique et sensible, connecte aussi des régions du monde en apparence séparées dans le temps et l'espace.

Les épisodes qui concernent l'Amérique latine font l'objet d'une attention particulière ; les musiciens et écrivains qui marquèrent les périodes les plus dures et décisives y sont mis en avant. Dans ces épisodes, Diana Uribe fait aussi la connexion avec les événements et les questions politiques d'aujourd'hui. Voici par exemple un extrait du programme dédié à l'histoire de l'immigration en Argentine, dans lequel Diana Uribe raconte les origines de l'identité multiculturelle de ce pays et le lien avec les problèmes que pose actuellement l'immigration :

[En las épocas de las migraciones desde Europa a Argentina] había oportunidades, para todo el mundo. Hoy por hoy, cuando los migrantes atraviesan el mediterráneo, huyendo exactamente de lo mismo, del hambre, de las guerras, de las guerras que muchas veces son producto de las decisiones europeas en la época de la repartición del Imperio Otomano, o de la manera como crearon frontera artificiales. Hoy, cuando estos migrantes atraviesan el Mediterráneo, provenientes de Siria […] provenientes del África, después del reparto del colonialismo y de todo lo que les ha pasado, después de todas las guerras que se han creado, después del 11 de septiembre, después de toda la geopolítica convulsiva que se han hecho para ellos no hay nada, para ellos no hay tierra, no hay oportunidades, no hay recepción, no hay campos.

[A l'époque des migrations d'Europe vers l'Argentine] il y avait des opportunités, pour tout le monde. De nos jours, des migrants traversent la Méditerranée, fuyant exactement la même chose : la faim, les guerres, des guerres qui sont d'ailleurs souvent une conséquence de décisions européennes prises à l'époque du démembrement de l'Empire ottoman, ou qui résultent de la manière dont des frontières artificielles ont été créées. Aujourd'hui, les migrants qui traversent la Méditerranée viennent de Syrie […], d'Afrique. Après la dislocation des empires colonial et tout ce qui s'est passé, toutes les guerres que ça a créé, après le 11 septembre, après toute l'agitation géopolitique qu'il y a eu, pour eux, il n'y a rien, pour eux il n'y a pas de terres, pas d'opportunités, pas d'accueil, pas de champs.

Elle continue :

Para ellos hay deportaciones […] Para ellos hay desprecio, hay xenofobia […] Los europeos fueron ayudados por el mundo entero. 40 millones de Europeos fueron recibidos por la América. Y ahora, cuando de Europa se pide la ayuda, Europa responde con barreras, responde con mallas, con muros de papel o de alambre. Con divisiones y separaciones para no darle la mano en la historia a pueblos que […] en otra época se la dieron a ella. Ésa es la diferencia de los emigrantes que estaban poblando la Argentina a los migrantes que hoy han convertido al Mediterráneo en una fosa común.

Pour eux, il y a des expulsions […] Pour eux il y a du mépris, de la xénophobie […] Les Européens ont été aidés par le monde entier. 40 millions d'Européens ont été reçus en Amérique. Et maintenant, quand on sollicite l'aide des Européens, ils répondent avec des barrières, des filets, des murs, des murs administratifs ou des murs de barbelés. On divise et on sépare pour ne pas tendre la main à des peuples qui en d'autres temps l'ont tendue. La voilà, la différence entre les migrants qui peuplent l'Argentine et les migrants qui ont aujourd'hui transformé la Méditerranée en une fosse commune.

Les programmes sont aussi visibles sur Youtube, sur une chaîne dédiée. D'autres travaux de Diana Uribe sont référencés dans l'article Wikipedia qui lui est consacré :

En 2008 presentó su primer audiolibro, La historia de las civilizaciones, donde hace un recorrido por algunos momentos de la historia de la humanidad. En 2009 publicó el segundo, llamado La historia de las independencias, enfocado en la independencia latinoamericana en el siglo XIX. En 2011 sacó el tercero, La historia en los viajes, que trata sobre Rusia, Turquía y Sudáfrica. En 2013 publicó la aplicación El juego de la historia.

Uribe es especialista en los movimientos de contracultura de los años 1960. También se interesa por la permanencia de los mitos y leyendas en los imaginarios contemporáneos, en particular en la literatura oral.

En 2008, elle publie son premier livre audio, La historia de las civilizaciones [Histoire des civilisations, non traduit en français], où elle livre sa vision de quelques moments de l'histoire de l'humanité. En 2009 elle publie le second, appelé La historia de las independencias [Histoire des indépendances], qui traite des indépendances sur le continent latino-américain au 19e siècle. En 2011 elle publie le troisième, La historia en los viajes [L'histoire en voyages], qui parle de la Russie, de la Turquie et de l'Afrique du Sud. En 2013, elle publie l'application El juego de la historia [Le Jeu de l'histoire].

Diana Uribe est une spécialiste des mouvements de contre-culture des années 1960. Elle s'intéresse aussi à la permanence des mythes et légendes dans les imaginaires contemporains, en particulier dans la tradition orale.

 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site