Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le gouvernement australien projette une exclusion de visa à vie pour les demandeurs d'asile arrivés par mer

Asylum Seekers intercepted near Australia

Des demandeurs d'asile sont interceptés à proximité de l'Australie – Capture d'écran de la vidéo “No Way” de 2014 des gardes-côtes australiens

La fracture interne de l'Australie à propos du traitement des demandeurs d'asile arrivant par bateaux a été élargie par la toute dernière idée du gouvernement : le cabinet conservateur de Malcolm Turnbull veut leur infliger une interdiction à vie d'obtenir un visa.

Actuellement, la politique australienne vis-à-vis des demandeurs d'asile arrivés par voie de mer comporte deux branches essentielles : le parcage dans des centres de détention offshore soit à Nauru soit sur l'île de Manus en Papouasie Nouvelle-Guinée, et le refoulement pur et simple. Ceux qui sont détenus et voient leur demande d'asile acceptée ne sont supposés rester dans les centres que jusqu'à l'aboutissement de leur relocalisation dans un pays de la région. Mais le manque de pays convenables pour les y réinstaller a pour effet que de nombreux demandeurs d'asile croupissent pour un temps indéfini dans les centres de détention.

John Lord de The AIM Network (Le Réseau de médias indépendants d'Australie) est de ceux que scandalise l'interdiction de visa à vie :

C'est se moquer du droit international que d'interdire à perpétuité aux réfugiés véritables d'entrer en Australie. C'est ce que j'ai entendu de plus draconien dans toute ma vie. Cela vaut pour tout adulte expédié à Manus ou Nauru depuis juillet 2013.

Cela confirme le fait que notre gouvernement, s'il n'arrive pas à trouver un troisième pays de placement condamnera les gens sur Nauru et Manus à l'incarcération à vie, une peine de mort bien qu'ils n'aient commis aucun crime de toute leur vie. Honte sur mon pays.

De nombreux autres internautes n'ont pas mâché leurs mots non plus. L'avocat Andrew Laird fait sans aucun doute partie des opposants à ce projet :

L'opinion se divise (entre tarés et honnêtes gens) alors que le gouvernement veut l'interdiction à vie de visa [même pour tourisme ou affaires] aux demandeurs d'asile pénétrant en Australie

Les partisans du bannissement proposé sont restés plutôt cois sur Twitter. @redpill1811 est une des exceptions :

Content de la nouvelle politique des demandeurs d'asile, qui découragera les migrants illégaux de rechercher les services des trafiquants d'êtres humains

Le parti One Nation de Pauline Hanson s'est attribué le mérite et a récolté une partie du blâme. Il compte quatre membres au Sénat où le gouvernement a besoin des votes de neuf non-inscrits pour faire adopter la loi. PHON est un parti anti-immigration et anti-musulmans.

C'est bien, le gouvernement a l'air de s'inspirer de One Nation. Exactement comme la dernière fois. #politiqueaustralienne #PHON #Nauru #Manus

@Ann1912 compte bien que l'histoire se répète. Hanson a fait un mandat de trois ans à la Chambre des Représentants de 1996 à 1998.

@PaulineHansonOz je souris quand je me rappelle que, exactement comme la dernière fois, vous serez enfin partie !

Mais c'est aux grands partis que d'autres adressent leurs reproches :

Il ne faut pas accuser Pauline Hanson des dernières attaques contre les demandeurs d'asile. Les grands partis descendent ce chemin depuis longtemps.

Il est pourtant douteux que l'opposition travailliste vote la loi nécessaire à l'application de l'interdiction de visa :

[“Bill Shorten rompt le silence, fustige Malcolm Turnbull… “il s'est gagné les louanges de Pauline Hanson, j'espère qu'il en est fier”]

Malcolm Turnbull est dans la poche de Pauline Hanson et HEAR HEAR [oui, oui] à Bill Shorten [leader du parti travailliste] d'interpeller.

Les ex-poids lourds travaillistes Kristina Keneally et Craig Emerson sont manifestement contre l'interdiction :

Alors maintenant nous allons interdire aux réfugiés qui ont trouvé asile dans d'autres pays de même visiter l'Australie ? C'est grotesque. Honteux. Effrayant.

Du même avis, K[ristina] K[eneally]. Demander l'asile n'est pas un crime. Pauline Hanson s'est attribué le mérite. Quelle honte ! Le Parti Libéral approuvé par One Nation.

D'aucuns croient savoir qu'un accord international est dans les tuyaux pour relocaliser les réfugiés parqués sur Nauru et Manus dans un pays tiers, peut-être la Nouvelle-Zélande voire les USA :

La nouvelle législation sur les demandeurs d'asile est-elle un effet d'une transaction imminente avec la NZ ? Je n'imagine pas d'autre raison à ça.

Aux yeux de Gilmore (@JaneTribune) le projet n'est rien d'autre qu'un subterfuge du gouvernement pour détourner l'attention de sa propre faillite :

[Il ne reste qu'une façon de combattre la cruauté illogique de l'Australie… La politique australienne est une cuve de médiocrité crasse, elle ne réagit qu'au pouvoir.]

Moi à @junkeedotcom “La dernière tentative en date de nous distraire de leur impuissance à gouverner est d'un cynisme à chier”

La proposition a reçu l'attention de la presse et des médias sociaux outre-mer :

L'Australie va vers une interdiction d'entrée à vie pour les réfugiés offshore

Nul doute que cette attention s'intensifiera lorsque cette législation fera très prochainement son entrée au parlement.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site