Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Après le conflit de 2008, comment les femmes d'un village de Géorgie ont fait la guerre aux stéréotypes de genre

Жительницы Тирдзниси, Грузия. Скриншот видео в YouTube, загруженного Chai-Khana.org.

Habitantes de Tirdznisi, Géorgie. Capture d'écran d'une vidéo YouTube, postée par Chai-Khana.org.

Voir la version en russe de ce billet, publiée initialement sur le site partenaire Chai-Khana.org.

Tirdznisi est une petite ville à la frontière de l'ancienne République soviétique de Géorgie et du territoire séparatiste de l'Ossétie du Sud.

En 2008, pendant le conflit armé entre les deux régions frontalières, quand la Russie est intervenue en force pour soutenir l'Ossétie du Sud, les habitants ont dû s'enfuir pour échapper aux combats.

A son retour, Mariam Boutchoukouri a retrouvé son village déserté, tout comme les hameaux environnants, mais confronté à une foule de problèmes économiques et sociaux dont la résolution n'intéressait pas grand-monde.

Elle a alors décidé de réunir d'autres bonnes volontés pour s'atteler ensemble à la résolution de toutes ces difficultés que rencontraient les habitants – surtout les femmes, car ce sont elles qui souffrent le plus des situations de conflit. Elles se mirent à organiser des réunions chez les unes et les autres, et finirent par monter une association et louer un bureau.

Le bureau de la Fondation pour la paix et le développement de la région de Chida-Kartli se trouve sur la route qui mène de Tirdznisi à Ditsi. Ditsi est l'une de ces bourgades situées sur un territoire frontalier martyr, en plein dans la zone du conflit qui a éclaté dès les premières années de la séparation d'avec Moscou. Mariam et les autres femmes se réunissent tous les jours dans ce local.

Au début, les gens du coin l'appelaient “l'Association des femmes célibataires”. C'est vrai que la plupart de ses membres l'étaient, mais surtout beaucoup croyaient que des femmes non mariées sont incapables d'accomplir quelque chose d'utile.

Maintenant au contraire, les habitants sont très enthousiastes pour reconnaître que Mariam et son équipe sont vraiment utiles à la communauté, que ce soit en aidant à réaliser des projets personnels ou en coopérant avec les pouvoirs locaux pour trouver des solutions aux problèmes des femmes.

Leur histoire est racontée dans la vidéo ci-dessous, sous-titrée en anglais et en russe :

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site