Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

À 7 ans, la plus jeune écrivaine sud-africaine Michelle Nkamankeng espère inspirer d'autres enfants

Micelle au micro dans les studios de la radio Powerfm987. Micelle au micro dans les studios de la radio Powerfm987. Photo extraite de Twitter

Michelle Nkamankeng au micro dans les studios de la radio Powerfm987. Photo via @Powerfm987 sur Twitter

Depuis le début d'octobre la petite sud-africaine Michelle Nkamankeng, âgée seulement de 7 ans a créé le buzz parmi les internautes. Cette fillette vient de publier son premier roman et en aurait d'autres au programme.

Sur le site ecceafrica.com, qui veut donner une vision positive de l'Afrique, Servan Ahougnon écrit:

Bien au-dessus des attentes que peut susciter un livre rédigé par un enfant de 7 ans, « Waiting for the waves » raconte l’histoire d’une petite fille en vacances avec ses parents dans une station balnéaire. Cette dernière va devoir surmonter, avec l’aide de ses proches, une phobie à laquelle elle sera confrontée durant toutes les vacances: les vagues. Le roman est en fait le premier tome d’une tétralogie dont les volumes suivants seront publiés au cours des prochaines années.

Michelle Nkamankeng est entièrement soutenue par ses parents, notamment sa mère, qui a créé la maison d’édition LANSM Publishing pour que le livre de sa fille soit publié. Il faut dire que la plus jeune auteure d’Afrique arrive facilement à communiquer sa passion à ceux qui l’entourent.

« Je suis une humble petite fille qui écrit des livres. Je suis confiante en moi et j’inspire les jeunes enfants à suivre leurs rêves », déclare-t-elle lorsqu’on lui demande ce qu’elle pense d’elle-même.

Sur le site konbini.com,  Daniel Orubo révèle les efforts de la maman du Michelle et les espoirs de la petite écrivaine:

Sur son compte Twitter, qui est géré par sa mère, Michelle a écrit: “Mon rêve est d’inspirer les jeunes enfants à croire en eux. Je suis heureuse et très fière de moi. J’adore lire depuis que j’ai quatre ans. J’aime écrire pendant mon temps libre.” La mère de Michelle a dû tout apprendre pour réussir à faire publier le livre de sa fille. Elle a même fini par créer sa propre maison d’édition. Interrogée par le site de la province de Gauteng, Michelle a évoqué ses espoirs pour son livre et pour l’avenir: “J’espère qu’on pourra gagner assez d’argent avec le premier livre pour publier les trois autres volumes de la série.” Le livre est disponible sur Amazon depuis le 11 octobre.

Le site farabaleweekly.com aussi écrit sur ce phénomène hors du commun. Ce site se présente comme un centre d'agrégation qui regroupe les dernières tendances dans l'art, la culture, la mode, la musique et le cinéma. L'auteur GOKE ALABI remarque:

At an age where most girls will be busy playing with toys or watching cartoons, 7-year old Michelle Nkamankeng is making the list of the top 10 youngest authors in the world.

The young South African becomes the youngest author out of Africa after she published her first novel ‘Waiting for Waves’. In an interview with BBC Africa, Michelle tells the interviewer what inspired her to write the book.

À un âge où la plupart des fillettes sont occupées à jouer ou à regarder des dessins animés, Michelle Nkamankengde, âgée de 7 ans entre dans la liste des 10 auteurs les plus jeunes dans le monde.

La jeune sud-africaine devient le plus jeune auteur d'Afrique après avoir publié son premier roman «Waiting for Waves».

Le site negronews.fr rappelle brièvement le contenu du roman et rapporte les propos du père de Michelle:

Son livre qu’elle a écrit à l’âge de six ans raconte l’histoire d’une petite fille appelée Titi et sa famille qui vivent loin de la plage. Un jour, ils sont allés à la plage, mais la petite fille Titi avait peur des vagues et sa famille l’a aidé a affronté ses peurs. L’inspiration du livre lui est venue après avoir était à la plage avec sa famille.

Le père de Michelle, Paul Nkamankeng raconte qu’il ne savait pas que sa fille était en train d’écrire un livre jusqu’à ce qu’il soit terminé.

« La seule chose que nous avons remarqué quand elle avait environ quatre à cinq ans, c’était que Michelle aimait lire. Elle voulait tout le temps que nous allions à la librairie pour acheter des livres pour les enfants et elle terminait de les lire en une semaine. Quand elle a eu cinq ans, nous l’avons emmené à la plage pour la première fois et elle m’a demandé pourquoi tout le monde regardait l’océan, et je lui ai répondu qu’ils attendaient les vagues » explique Paul.

Le roman, «Waiting for the Waves» est le premier tome d’une série de quatre.

À part l’écriture Michelle Nkamankeng aime pratiquer le ballet, la natation et la gymnastique.

Cette écrivaine précoce a déjà sa page Facebook et son compte Twitter, que maman gère. La publication de son livre a fait d'elle une vedette invitée par des radios, des TV, des écoles, des ONG ainsique l'UNICEF, des radios et des TV telles que: Insta: Craze.tv, Radio2000, POWER98.7, etc. Même la prestigieuse BBC n'a pas résisté à l'envie d'interviewer Michelle Nkamankeng:

 

Le 7 novembre,  fait savoir sur sa page Facebook que Michelle était hote d'honneur de la SA Literary Awards 2016( SALA):

God is good!
Michelle is currently on her way to Pretoria as a special guest of honour to the 11th SA Literary Awards (SALA) taking place tonight!

Dieu est bon!
Michelle est actuellement en route pour Pretoria en tant qu'invitée d'honneur spéciale pour le 11e SA Literary Awards (SALA) qui aura lieu ce soir!

Michelle est une autre confirmation de la fameuse phrase que Pierre Corneille avait mise dans la bouche de son héros Rodrigue, dans  sa pièce théatrale le Cid.

2 commentaires

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site