Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les Africains voient humour et hypocrisie dans la victoire de Donald Trump

Donald Trump, 45e Président des Etats-Unis d'Amérique. Recadrage d'une photographie originale de Michael Vadon. CC BY-SA 2.0

Donald Trump, 45e Président des Etats-Unis d'Amérique. Recadrage d'une photographie originale de Michael Vadon. CC BY-SA 2.0

Le candidat républicain à l’élection présidentielle Donald Trump a été élu quarante-cinquième Président des Etats-Unis le 8 novembre, devançant sa concurrente démocrate Hillary Clinton. Sa victoire, décrite comme le plus grand bouleversement de l'histoire des Etats-Unis, a choqué beaucoup de gens partout dans le monde, y compris en Afrique.

Sur Twitter, les citoyens de pays africains ont réagi avec choc et humour.

Bwesigye, membre de l'Ugandan African Leadership Centre, basé en Afrique du Sud, interroge :

Si les USA étaient un pays africain, comment les Experts Blancs et les intellectuels décriraient-ils ce qui est en train de se passer maintenant ? Employons ces adjectifs.

Dikeledi Mokoena répond :

On le traiterait de dictateur incompétent, corrompu et divisionniste.

La stratège numérique ougandaise Rosebell Kagumire réagit aux tweets de Bwesigye :

Demandons à tous ces jeunes Américains de cesser leur volontourisme en Afrique. Il est clair que l'Amérique a davantage besoin d'eux !

‘On se réveille et on répare notre pays… Il n'y a plus nulle part où se réfugier!’

Gidimeister note le caractère historique de cette victoire :

Trump vient de battre deux dynasties politiques, les Clinton et les Bush. Quoi qu'on pense de l'homme, c'est impressionnant.

Nwachukwu Egbunike, qui écrit pour Global Voices depuis le Nigeria, critique la couverture de la campagne par les média :

La prochaine fois, rapportez l'info. Hélas les médias classiques ont perdu la boule pendant les élections américaines : ils ont fabriqué l'info !

Sommes-nous tous d'accord pour trouver les principaux média américains à côté de la plaque?

Une autre utilisatrice écrit :

La vraie terreur que de nombreuses personnes noires aux Etats-Unis doivent ressentir en ce moment n'est pas drôle pour moi. J'ai été un an aux Etats-Unis, noire et terrifiée…

Trump a fait plusieurs commentaires racistes pendant sa campagne.

Cependant, Eyo pense que la victoire de Trump et le vote en faveur du Brexit en Grande-Bretagne représentent une opportunité pour son pays :

Trump n'est pas la tragédie du Nigéria. La vraie tragédie, c'est que les USA et la Grande-Bretagne nous ont donné une Opportunité en 2016… et que le Nigéria dort.

Au Nigéria, la présentatrice et productrice d’émissions de télévision Mo Abudu demande aux Africains de considérer la victoire de Trump comme une occasion de nettoyer leurs propres pays :

On se réveille et on répare notre pays et notre continent. Il n'y a plus nulle part se réfugier ! Lisons ce qui est écrit sur les murs !

‘Le vol vers l'Afrique commence’

Trump a promis de déporter tous les immigrants en situation irrégulière et de procéder à un “examen extrême” des immigrants qui arrivent aux Etats-Unis. Sur Twitter, les utilisateurs se servent de cette position pour nombre de plaisanteries.

Charles a publié une photographie d'une escadrille d'avions en train de décoller et raille :

Le vol vers l'Afrique commence.

Alors que Stefan affirme :

Laissez-moi profiter de mon popcorn parce que mon ex va se faire expulser vers le village d’elle vient.

Kulayo plaisante :

Mon oncle est à l'aéroport en route pour l'Afrique.

Ruth Tsonnie dit :

Je vais vivre et mourir en Afrique.

Hassan Ha-g, lui, voit dans la victoire de Trump la preuve que tout est possible, même sans expérience :

J'ai appris une leçon : l'expérience ne garantit pas d'avoir le job. Allez postuler à ce job qui demande dix ans d'expérience.

‘Les Etats-Unis, le phare resplendissant de la justice, est un mensonge’

Pour de nombreux observateurs basés en Afrique, l’élection de Trump met en lumière l'hypocrisie des USA à peser sur la politique africaine.

Alexander Waweru, de Nairobi, remarque :

Les Américains ne devraient pas nous dire pour qui voter en 2017.

Les Kényans se rendront aux urnes en 2017.

L'auteur nigérian Ifeatu Nnaobi dresse le constat suivant :

Donald Trump is the 45th President of the USA and the story of America as a shining beacon of justice is a lie. If it weren’t a lie then he wouldn’t be president. If it weren’t a lie then Clinton should have won by a landslide but well over 58 million Americans elected this excuse of a man as President. Like many liberal non-Americans around the world, I never thought this day would come. But after Brexit, and now this, there’s the sinking realisation that the world is a shittier place that we thought. What we missed, I believe is the fact that the America we know from leftist television, press and perhaps short visits is vastly different from the America that voted in Donald Trump. The real America.

Donald Trump est le 45e Président des Etats-Unis et l'histoire de l'Amérique en tant que phare resplendissant de la justice est un mensonge. Si ça n’était pas un mensonge, il ne serait pas président et Clinton aurait gagné haut la main, mais plus de 58 millions d'Américains ont élu Président ce simulacre d'homme. Comme de nombreux non-Américains libéraux dans le monde, je n'aurais jamais pensé que ce jour viendrait. Mais après le Brexit, et maintenant ça, on finit par réaliser que le monde est plus merdique que ce qu'on croyait. Ce qu'on a raté, je pense, c'est le fait que l'Amérique que nous connaissons grâce à la télévision de gauche, à la presse et peut-être aussi à de courts voyages est très différente de l'Amérique qui a voté pour Donald Trump. L'Amérique réelle.

Il souligne que :

The bottom-line is that if America was really as progressive as we thought, Trump never should have gotten close. The fact that he ran for the elections after allegations of sexual assault and after running a campaign fuelled by lies shows that Americans are not as progressive as they’ve led the world to believe.

En fin de compte, si l'Amérique était aussi progressiste qu'on le pensait, Trump ne se serait même jamais approché de la présidence. Le fait qu'il puisse se présenter à des élections après des allégations d'agression sexuelle et après avoir mené une campagne carburant aux mensonges montre que les Américains ne sont pas aussi progressistes que ce  qu'ils ont voulu faire croire au monde.

Il admet cependant que tout n'est pas perdu :

While this seems very grim, we must acknowledge a few strides that were made. California Attorney General Kamala Harris made history on Tuesday night when she won the Senate race and became the second Black woman to be elected to the US Senate. Former refugee Ilhan Omar has been named the first Somali-American legislator for the United States. Finally, for the first time, an openly LGBT governor Kate Brown, was elected in Oregon. These women winning seats is tremendous progress but against the hate brought to light by the Trump campaign, they look like a few rays of light penetrating a very dusty window.

Bien que tout ça soit bien sombre, nous devons admettre les quelques avancées qui ont été faites. En gagnant la course au Sénat mardi soir et en devenant la seconde femme noire à y être élue, la procureure générale de Californie Kamala Harris est entrée dans l'histoire. L'ancienne réfugiée Ilhan Omar a été nommée la première législatrice somali-américaine. Enfin, et pour la première fois, une gouverneure ouvertement LGBT, Kate Brown, a été élue dans l'Oregon. Ces femmes tout juste élues représentent un énorme progrès contre la haine mise en lumière dans la campagne de Trump. Ce sont quelques rayons de lumière qui passent à travers une vitre bien poussiéreuse.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site