Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

L'hiver arrive, les Balkans se préparent à une nouvelle saison de smog

Скопье, Македония. Фото - "Еко-свест", использовано с разрешения.

Skopje, Macédoine. Photo «Еko-Svest», reproduction autorisée.

Ces deux dernières années, la pollution de l'air a atteint un niveau critique dans les villes des Balkans. Sarajevo et Skopje ont décroché le titre [en anglais] de villes les plus polluées d'Europe. C'est en hiver que le smog est le plus envahissant.

A Skopje, les jeunes viennent de réclamer davantage de lignes de bus nocturnes avec des tentes installées aux arrêts de bus [en macédonien], tandis que les piétons et les cyclistes veulent des rues plus sûres [en macédonien] et de meilleures infrastructures piétonnes.

Les internautes ont partagé leurs malheurs sur Twitter avec le hashtag #ЧистыйВоздух [«AirPur»]:

Respire à fond! #ЧистыйВоздух [«AirPur»]

«Respirez profondément», — Igor Djambazov [en anglais]
«Je ne peux pas, l'air est pollué», — Skopje [«SkopjeEtouffe» «AirPur» «SoyonsVert»]

A Skopje, nous avons aussi de nouvelles locomotives à vapeur.  #чистыйвоздух [«airpur»]

Beaucoup de gens viennent s'installer en ville, et l'urbanisation intensive devient l'un des plus sérieux défis mondiaux. La hausse du nombre de citadins augmente la demande en transports motorisés rapides, donc la quantité de voitures sur les routes. C'est un vrai défi, surtout dans les pays des Balkans qui ont une économie en développement, des réseaux de transport aléatoires et une population trop peu sensibilisée à ces questions: le moyen de transport le plus utilisé reste la voiture à moteur diesel.

Les automobiles, fonctionnant au combustible fossile, rejettent une grande quantité de dioxyde de carbone, des particules fines et énormément de gaz toxiques, qui polluent l'air et menacent la santé humaine. C'est ce qu'a affirmé l'Organisation mondiale de la santé (OMS) à la Conférence Climat qui s'est tenue à Paris (COP21) en 2015. Le Dr Carlos Dora a déclaré que plus de 7 millions de personnes mouraient chaque année de maladies liées à la pollution atmosphérique, et que l'une des principales causes de cette pollution était le carburant diesel.

«Quand on parle des transports, les gens pensent tout de suite aux routes. Mais ce n'est pas de nouvelles routes que nous avons besoin. Il faut améliorer les conditions du transport en commun et faire réfléchir les gens à des moyens de transport alternatifs, par exemple le vélo ou la marche à pied», a dit Carlos Felipe Padro, membre de l'ONG Despacio, qui mène des recherches en rapport avec la qualité de vie.

Pourtant, mi-juillet 2016, le maire de Skopje Koce Trajanovski a déclaré [en macédonien] que 17 millions d'euros seraient investis dans la construction de 9 kilomètres de nouvelles routes et boulevards dans la capitale macédonienne, pour favoriser le climat des affaires dans le pays. Il n'a rien dit au sujet d'autres mesures concernant les transports en commun ou destinées à encourager ceux qui se déplacent en ville à vélo ou à pied.

Велосипедная парковка в центре Амстердама. Фото GV, CC-BY.

Un parking à vélos dans le centre d'Amsterdam. Photo GV, CC-BY.

Comment remédier à cette situation ? La Norvège montre l'exemple. Ce pays soutient activement la voiture électrique : ceux qui en font l'acquisition sont exemptés de taxe transport et bénéficient du stationnement gratuit. A l'heure actuelle, une automobile sur cinq vendue en Norvège est une voiture électrique. La Norvège, la Suède, l'Allemagne et les Pays-Bas sont les pays qui ont la plus grande quantité de bicyclettes par habitant. Leurs villes disposent d'un réseau étendu de pistes cyclables, en même temps que d'étroites voies automobiles.

Dans les grandes villes des Balkans, les espaces verts ont été sacrifiés au profit de la construction de nouveaux immeubles pour loger des citadins toujours plus nombreux. Les experts estiment pourtant que le problème vient d'une planification urbaine absente ou irrationnelle. Dans les villes de Macédoine les plus polluées, Skopje et Tetovo [en anglais], les militants et les habitants veulent que la municipalité rende des comptes.

Bonjour, municipalité de Skopje ! Même pendant la Semaine européenne de la mobilité, Skopje était plein de voitures. Nous voulons des actes, pas des discours sur l'#AirPur !

Pour sensibiliser à l'importance des espaces verts en ville, l'organisation non gouvernementale macédonienne «Eko-Svest» [en macédonien] installe des jardins verticaux baptisés «City Trees» [Arbres urbains] à Skopje et Tetovo, deux villes à haut niveau de pollution. Même si, lors de la conférence de presse consacrée au développement de ce projet, la militante de l'ONG Eko-Svest Ana Tcholovik Lechoska a rappelé qu'«un „City Tree“ ne remplaçait pas un vrai arbre – que rien ne peut remplacer».

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site