Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le directeur d’un média d’Etat chinois critique l’emprise du groupe Tencent sur l’information en ligne

Newsstand in Beijing. Photo by Ernie via Flickr (CC BY 2.0)

Un kiosque de journaux à Pékin. Photo publiée par Ernie sur Flickr (CC BY 2.0)

Le compte WeChat du site d'information chinois News Breakfast a récemment été suspendu pour « diffusion de fausses rumeurs ». Avec plus de 400 000 abonnés sur WeChat, News Breakfast est administré par East Day, un média affilié au gouvernement local de Shanghai.

Les rumeurs en question ont été publiées dans un article de News Breakfast au titre racoleur : « Révélations : pourquoi trouve-t-on des canards rôtis vendus à 19 yuan ? La vérité va vous choquer ».

Cet incident a poussé le directeur général de l’East Day, Xu Shiping, à adresser deux lettres ouvertes à Ma Huateng (dit Poney Ma), le président de la société-mère de WeChat, Tencent. Dans ces lettres, il questionne le monopole du géant de l'Internet et son pouvoir arbitraire sur les contenus en ligne et leur censure. Comme beaucoup de médias chinois, News Breakfast réserve certains articles à la publication sur WeChat, au lieu de les publier sur son site web et d'en faire ensuite la promotion sur les médias sociaux.

Xu, qui cumule 33 ans d'expérience dans le monde des médias, exprime désormais ouvertement son inquiétude de voir les entreprises du Net gagner en puissance au détriment de l'Etat et du Parti.

La rumeur des canards infectés

Le cœur de la controverse réside dans cet article racoleur, destiné à recueillir un maximum de vues. L'article soutient que la plupart des canards rôtis vendus dans les rues de Shanghai proviennent d'animaux malades, et que c'est la raison pour laquelle ils ne sont vendus qu'à 19 yuan l'unité [soit environ 2,50€].

Il y a quelques années de cela, le Quotidien du peuple rapportait que ce type d'affirmations avaient causé du tort à un vendeur de canards rôtis qui fournissait sa viande à bas prix pour les plus pauvres tandis qu'il vendait le foie et les intestins des canards à un prix bien supérieur pour les plus riches. Mais l'article n'avait pas pu écarter la possibilité que certains canards rôtis vendus dans la rue soient contaminés. Beaucoup d'articles similaires continuent de circuler sur la Toile.

Quand l'apparatchik d'un média affilié à l’État conteste la censure des entreprises

En Chine, où tous les médias entretiennent des liens avec l’État ou le Parti, il est commun pour les gestionnaires de médias de négocier directement avec l'administration en charge de la censure pour faire lever le blocage d'un site Internet après la suppression de contenu sensible. Mais alors que la presse s'appuie de plus en plus sur les médias sociaux pour relayer son contenu, le pouvoir de décision repose en grande partie entre les mains des entreprises du Net, qui ont toutes leurs propres règles en la matière.

Dans une première lettre ouverte adressée au PDG de Tencent et publiée le 4 novembre, Xu soutient que les règles de Tencent sont plus rigides que celles du Parti et des autorités de censure étatiques :

这两天,我睡不着了。因为,我认为我碰到了一件重大的事情。这件事,看上去不算什么。然而,它关系到中国的舆论生态和新闻尊严。不能不说。
掐指算来,我从事新闻媒体工作33年了。1982年从中国人民大学新闻系毕业,分配进入中国历史最悠久的报纸《新民晚报》工作,体育部、新民体育报、评论部,后来又参与东方网建设,长期担任总编辑。这样的经历,让我明白,无论是过去的“同仁报纸”,还是现在的媒体机构,新闻和媒体的生态,都是有管理秩序的,行业管理也好,导向管理也罢,总之,我们都认,也都服。毕竟,管理者都是专业的。
可悲与可叹的是,不知道你马先生是志存高远呢?还是狂妄无知?你领导下的腾讯,也开始准备充当行业管理者的角色了。是的,你的企业足够大,微信足够牛,许多地方政府和众多媒体,天天都在拍你的马屁,但这不说明你有行业管理者的能力和资格。因为,你至少不专业。

Cela fait deux jours que je ne dors plus. Je pense qu'il s'agit d'une affaire très sérieuse. Cela n'a peut-être l'air de rien en apparence, mais cela porte atteinte à la protection de l'opinion publique et à la dignité du journalisme chinois. Je ne peux garder le silence.

Je travaille dans le domaine du journalisme depuis 33 ans. En 1982, j'ai été diplômé du département de Journalisme de l'Université du Peuple et ai été assigné à travailler pour le plus ancien journal du pays, le Xinmin Evening News. J'ai longtemps alimenté les pages sport du journal. Quelques années plus tard, j'ai participé à la fondation du site East Day, où j'occupe depuis lors le poste de rédacteur en chef. Cette expérience m'a fait comprendre que dans tout média, qu'il s'agisse de journaux conventionnels ou de nouveaux médias, il existe des tactiques d'encadrement [autrement dit, de censure], qui visent à façonner l'environnement de l'information et des médias, que nous devons les respecter. Les administrateurs qui s'en occupent sont des professionnels.

Je ne saurais dire si cette regrettable affaire révèle votre intention, Monsieur Ma, de franchir une nouvelle étape, ou si vous êtes simplement téméraire mais ignorant. Sous votre direction, Tencent s'apprête à devenir l'administrateur de l'industrie journalistique. Alors oui, votre empire est immense, tout le monde adore WeChat, et beaucoup de gouvernements locaux et de médias doivent vous faire des courbettes et tenter de vous séduire. Mais cela ne veut pas dire que vous avez la possibilité et les qualifications nécessaires pour devenir administrateur. Vous n'êtes pas un professionnel.

Le 2 novembre dernier, News Breakfast a vu son compte suspendu pour une semaine, sans que la sanction ait pu être levée via les canaux officiels des organes de propagande :

我的手下很天真,赶紧通过网络进行申诉。我当然知道,这种申诉是没有用的。[…]
毕竟,我曾经担任过上海网宣机构的负责人,希望通过正式行文的方式,请腾讯帮忙解决这件事。我知道,这事很无奈,也很可悲,一家媒体的命运,就这样握在他人之手。[…] 但是,我还是决定去做。没办法,环境如此。“两微一端”,现在都被官方认可,也成为转型融合的标志,各种官方的排名,都用微信说事 […] 毕竟,我们还都端着饭碗,要养家糊口,要活下去。

Mes employés sont si naïfs qu'ils se sont empressés de remplir le formulaire de réclamation en ligne. Mon expérience m'a appris que ce genre de réclamation est inutile…

Comme j'ai dirigé par le passé le site d'une autorité de propagande à Shanghai, je souhaite demander de manière officielle à Tencent de résoudre cette affaire. J'ai bien conscience qu'il est pathétique que le destin d'un média dépende de la bonne volonté d'une telle organisation […] mais je vais tout de même le faire. Les circonstances me forcent à le faire. La politique officielle est que le gouvernement et les autorités du parti doivent s'emparer des nouveaux moyens de communication en utilisant des supports mobiles d'information tels que Weibo et WeChat. Et l'impact des médias d'informations est principalement basé sur leur nombre d'abonnés sur WeChat […] Après tout, nous devons tous nous nourrir et subvenir aux besoins de notre famille.

Afin d'accroître leur influence dans l'environnement très compétitif des médias en ligne, de nombreux sites web affiliés à l’État ou au Parti usent des stratégies similaires à celles des « fermes de contenus » pour augmenter leur base d'abonnés.

Xu a fini par faire appel à deux de ses amis employés par les autorités de la censure pour tenter de résoudre son problème. En vain :

朋友们都回复,将信息转达了。打完这个电话,我才放下心,睡觉了。当然,我也天真了。第二天睡来,第一时间去看“新闻早餐”,依然没有解封。我很失望,只得安慰手下:“耐心等吧”。我希望公文能起到效果。

Mes amis m'ont dit qu'ils avaient transmis ma demande [à Tencent]. Soulagé, je suis allé me coucher. Quelle naïveté. Le lendemain, le compte de News Breakfast était toujours suspendu.

WeChat censor. Remix image.

WeChat censuré. Montage photo.

Le monopole de Tencent remet-il en question les pouvoirs de l’État en matière de censure ?

Critique, le directeur de News Breakfast a également laissé entendre que le monopole du groupe Tencent serait néfaste à l’État :

腾讯是什么,只是一家互联公司而已,他的资本结构,不能代表全民的利益吧?[…]这两年,你马先生成为地方政府的“座上客”,轻松地将许多本应属于全民的数据资原,以各种高大上的名目,纳入旗下,最要拿的是,这种交换,并没有评估和对价。[…] 一个一统天下的腾讯,对国家绝对是一种危害。不信走着瞧。它今天可以对媒体露出狰狞威权,明天就会对国家权威提出挑战。[…]

写这封信,我很犹豫。许多人劝我,还是算了,息事宁人吧,毕竟《新闻早餐》还是要活下去,东方网还是一堆的公号,要呆在微信的平台上,你的业绩,还需要数据的支撑。等等。但是,我最终还是想明白了,我是媒体人,媒体人应该有尊严,不应为五斗米折腰。如果有朝一日,中国的媒体,都成为腾讯的走卒,我们还会有“中国梦”的美好期许吗?

Qu'est-ce que Tencent après tout ? C'est une entreprise du Net, qui possède une structure capitalistique et ne peut en aucun cas représenter les intérêts du peuple. […] Ces deux dernières années, M. Ma a été l'invité des gouvernements locaux qui lui ont fourni un accès privilégié à des données qui devraient appartenir au domaine public. Il n'existe aucune estimation de la valeur d'un accès à ce genre de données. […] Le monopole de Tencent représente une menace pour l’État. Si vous ne me croyez pas encore, vous verrez. S'il peut aujourd'hui faire usage de son funeste pouvoir sur les médias, demain il défiera l'autorité de l’État. […]

J'ai beaucoup hésité à écrire cette lettre. Nombreux sont ceux qui ont tenté de m'en dissuader. « Ne t'emporte pas, m'ont-ils dit, News Breakfast doit passer outre, East Day dispose encore de toute une myriade de comptes publics sur WeChat, votre modèle économique dépend grandement des données WeChat, etc… ». Mais je suis une personne de média, et en tant que telle, j'ai une dignité. Je ne devrais pas avoir à courber l'échine pour gagner ma vie. Si un jour tous les médias de Chine se retrouvaient sous la coupe de Tencent, pourrions-nous encore vivre notre « rêve chinois » ?

Les administrateurs de WeChat n'ont pas tardé à répondre en quatre points brefs à la lettre ouverte de Xu :

1. Les contenus relatifs aux « canards rôtis » ont été signalés par de nombreux médias officiels depuis 2014 comme étant des rumeurs et sont susceptibles de déclencher des troubles sociaux.

2. Ce n'est pas la première fois que News Breakfast enfreint les règles relatives aux rumeurs et aux contenus copiés-collés. En cas de violation de ces règles, l'article sera supprimé et le compte automatiquement suspendu.

3. Tencent dispose d'un mécanisme de recours interne. La réclamation a été étudiée et la sanction maintenue.

4. L'administrateur applique la même grille de jugement à l'ensemble des médias. Jusqu'à présent, WeChat a supprimé plus de 2000 articles et sanctionné 1000 comptes pour du contenu relatif aux « canards rôtis ».

Un rapport du groupe Tencent datant du début de l'année 2016 révèle que WeChat compte 762 millions d'utilisateurs actifs chaque mois. Environ 80% de ces utilisateurs sont abonnés à des comptes publics.

La première lettre ouverte de Xu ayant été mal reçue sur la plupart des plateformes de médias sociaux, le directeur en a rédigé une seconde [lien en chinois], faisant état de ses arguments sur un ton plus modéré.

Comment la nouvelle loi sur la cybersécurité chinoise affecte le système de censure

La suspension du compte du site News Breakfast semble être la conséquence du vote récent de la loi sur la cybersécurité, qui donne aux entreprises la responsabilité de censurer leurs contenus. En vertu de cette loi, tous les fournisseurs de services Internet doivent mettre en place un dispositif interne de censure. Tencent associe à un tel dispositif de censure un système permettant aux utilisateurs de signaler des abus ou des contenus problématiques, comme c'est le cas sur les plateformes de médias sociaux étrangères telles que Facebook.

De nombreux analystes considèrent la loi sur la cybersécurité comme le fondement juridique de la Grande Muraille Électronique de Chine et de la systématisation des pratiques de censure. Le texte de loi fournit également un cadre législatif permettant aux entreprises d'établir un mécanisme d'autocensure, dans le but de réduire les coûts liés à la censure, actuellement à la charge du gouvernement.

La censure peut-elle être codifiée en Chine ?

Bien que de nombreux internautes chinois critiquent la censure qui leur est imposée en ligne, ils sont aujourd'hui loin de prendre le parti de Xu, soupçonnant bien que seule la détention du pouvoir de censurer lui importe. C'est ce que souligne cet utilisateur Weibo :

East Day’s CEO is shameless. Many have misread his open letter. It’s main argument is not only that “Only Dad can hit me, you don’t have the power to do so” but “You son of bitch don’t leave the back door open to me. This is a lawless act against one party rule.”

Le directeur de East Day n'a vraiment pas peur du ridicule. Nombreux sont ceux qui n'ont pas compris le sens de sa lettre. Son principal argument, en plus de sonner comme un « Seul Papa a le droit de me taper sur les doigts, pas toi », s'apparente également à « Comment osez-vous ne pas faire une exception pour moi ?! C'est un acte illégitime à l'encontre du règne du parti unique ! »

Bien que la loi sur la cybersécurité ait été la cible de nombreuses critiques de la part des entreprises du Net étrangères, certaines considèrent qu'un arsenal de lois écrites plus clair sur les pratiques de censure en ligne (bien souvent arbitraires et incohérentes) pourrait les aider à construire une stratégie juridique avant d'intégrer le marché chinois. Mais dans un pays où le parti est encore au-dessus des lois, et alors qu'un apparatchik exprime ouvertement son mécontentement face au système d'autocensure basé sur les signalements d'abus, de nouvelles règles peuvent en permanence apparaître.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site