Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Une fuite sur Internet dévoile comment les usuriers chinois forcent des débitrices à se prendre en photo nues

A hand written loan slip. The interest rate of lending 2000 yuan is 100% for two month. One of the leaked photo circulated online.

Un bulletin de prêt écrit à la main. Le taux d'intérêt d'un prêt de 2000 Yuan est de 100 % pour deux mois. L'une des photos ayant circulé sur le net.

C’est un secret de Polichinelle que certaines plateformes de services financiers en ligne demandent à leurs débitrices de leur donner des photos de nus en échange d’un prêt ou d’une extension du délai de paiement pour une dette. Après la fuite de photos et de vidéos de débitrices sur internet, suite à la circulation d’un fichier de 10 Go sur l'Internet chinois, l’alarme a été tirée.

Le fichier compressé contient des photos et des vidéos pornographiques d’au moins 161 femmes, la majeure partie d’entre elles étant des étudiantes âgées de 17 à 23 ans. Parallèlement aux documents visuels, on retrouve des enregistrements de conversation et des informations sur l’identité, y compris les noms de proches et des détails personnels.

Les documents ayant fait l’objet d’une fuite proviennent de Jiedaibao, une plateforme de service financier en ligne basée sur les réseaux sociaux, qui facilite les emprunts de particulier à particulier. Les débiteurs doivent utiliser leur identité réelle dans leur profil tandis que les prêteurs restent anonymes. L’entreprise de financement a publié un communiqué niant toutes implications dans cette fuite et rapporte qu’elle collabore pleinement avec la police sur l'enquête.

Pour obtenir un prêt, les jeunes femmes ont dû prendre des photos nues tout en montrant leur carte d’identité, certaines ont même dû se masturber devant une caméra. En plus de cela, d’autres documents devaient être présentés, comme les cartes d'étudiant ou des captures d’écran de la plateforme utilisée par les étudiantes à l’université.

Les prêteurs disaient aux jeunes femmes que si elles ne remboursaient pas l’argent dans les temps, ils rendraient publiques les photos et vidéos. D’après les enregistrements de conversation, ils ont aussi suggéré d’autres façons de rembourser les dettes comme avoir des rapports sexuels avec des inconnus (que les prêteurs organiseraient eux-mêmes) ou participer à des conversations dénudées en ligne.

Les documents ayant fait l’objet de la fuite contiennent 26 dossiers d’endettement dévoilant que les sommes prêtées allaient de 1.000 à 23.000 RMB (de 130 à 3.100 euros environ). La période de prêt varie de cinq semaines à neuf mois et l’intérêt hebdomadaire peut monter jusqu’à 15 %.

La plupart des internautes chinois n’ont eu aucune envie d’essayer de comprendre pourquoi des jeunes femmes accepteraient des clauses de contrat aussi abusives, au contraire, leur commentaires ont été méprisants. Sur Twitter, un journaliste de Pékin a essayé de persuader de ne pas attaquer les victimes :

10G裸条视频这种事,我觉得怪女大学生没啥意义,他们就是傻,就是单纯,就是被利益诱惑了,然后怎么着?不觉得这种情况的大学生很多么?不觉得这种特点的社会人也很多么?没办法。关键就是打击犯罪,堵塞传播。当然这些女大学生也为自己的不当行为付出了代价,同时也成为了生动的教育典型。

Au sujet des 10 Go de vidéos de débitrices nues, il est inutile d’attaquer les étudiantes. Soit elles sont stupides et naïves, soit elles sont attirées par le gain à court terme. Mais comment réagir à cette situation ? Il y a tant d’étudiantes comme elles et tant de gens dans la société partageant leur mentalité. La clé, c’est de déjouer le crime et d’arrêter la distribution. Évidemment, ces filles ont payé le prix pour leur comportement inapproprié et sont devenues un exemple à ne pas suivre.

Toutefois, son billet a engendré encore plus de mépris dans les commentaires :

等等..为了换手机买服装化妆品甚至整容就肯拍小视频借钱,再后面去裸聊赚钱,这样的姑娘叫傻白甜?你们究竟是怎么定义单纯的?明明是又贪又蠢.不自尊自爱的无论男女,都不值得同情.

Attendez. Elles ont fait des vidéos pornographiques pour pouvoir changer de téléphone portable, acheter de nouveaux vêtements et du maquillage. Et ensuite, elles font des tchats dénudées pour obtenir plus d’argent. Ce ne serait pas un peu idiot ? Jusqu’à quel point peut-on être naïf ? Elles sont évidemment cupides et stupides, sans estime ni respect pour elles-même. Homme ou femme, elles ne méritent aucune sympathie.

感觉这样的女生不值得同情,给点钱,就随便排自己的裸照给别人的人,以后难道就是老老实实的娘家妇女了吗?

Ce genre de fille ne mérite pas notre compassion. Donner de l’argent et distribuer des photos de nus. Seront-elles de bonnes épouses plus tard ?

欠债还钱难道不应该?光看被骗可怜,花钱的时候不是很开心吗?

Ne devaient-elles pas payer leurs dettes ? Elles méritent donc la pitié parce qu’elles ont été trompées, sont-elles contentes d’avoir dépensé l’argent ?

Très peu de gens ont critiqué la culture de l'endettement. Un utilisateur de Weibo, Monkey king 8994, est l'un des seuls :

应该严惩利用放高利贷实施犯罪活动的罪犯!!现在网上放贷的几乎多半是属于另有图谋的犯罪嫌疑人在寻找“猎物”。一旦借到他们的钱,恶梦就开始了。

Il faudrait punir les usuriers. Ce sont des criminels. De nos jours, la plupart des prêteurs en ligne sont des criminels guettant leurs proies. Dès qu'on se met à leur emprunter, le cauchemar commence.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site