- Global Voices en Français - https://fr.globalvoices.org -

Des réseaux sociaux bloqués pour le 25e anniversaire de l'indépendance du Kazakhstan

Catégories: Kazakhstan, Censure, Cyber-activisme, Dernière Heure, Gouvernance, Liberté d'expression, Manifestations, Médias citoyens, Politique, Technologie, RuNet Echo
Source: Pixabay

Image : Pixabay

Le vendredi 16 décembre, le jour des 25 ans de l'indépendance du Kazakhstan vis-à-vis de l'Union soviétique, des militants de la société civile ont fait savoir que plusieurs plateformes de médias sociaux étaient bloquées dans le pays, parmi lesquelles Facebook, YouTube, Instagram et Google. L'agrégateur de news TJournal [1] [lien en russe] a interrogé des habitants de quatre villes du Kazakhstan – Astana, Almaty, Karaganda et Atyraou – qui ont confirmé n'avoir pu accéder à la toile, sans aucun message au moment de la connexion avertissant que le site était bloqué. D'autres sites populaires comme Twitter et VKontakte sont, eux, restés accessibles toute la journée.

Au Kazakhstan, en l'honneur du 25e anniversaire de l'indépendance, @facebook, @YouTube et @instagram ont été bloqués. #indépendance #kazakhstan

Journée de l'Indépendance vis-à-vis des réseaux sociaux

Au secours ! Au Kazakhstan nous n'avons pas accès aux médias sociaux #test

Le ministère de l'Information du Kazakhstan a déclaré [17] que les sites étaient hors service pour «raisons techniques» et a promis de rétablir l'accès au plus vite.

Pour autant, les militants ont remarqué une concomitance avec la diffusion en direct [18] sur YouTube d'une interview du politicien de l'opposition Mikhtar Abliazov, ce qui laisse supposer que le blocage des réseaux sociaux avait pour but d'en limiter la propagation. Abliazov a été libéré [19] le 9 décembre de sa prison de la banlieue parisienne, après le refus de la justice française de l'extrader en Russie, où il est recherché pour détournement de fonds. Il est aussi poursuivi au Kazakhstan et en Ukraine.

Dans le passé, cette journée de l'Indépendance a été assombrie par des violences: en 2011, une dizaine de manifestants ont été tués [20] lors d'affrontements avec la police dans la ville de Janaozen.

Le gouvernement kazakh bloque occasionnellement les réseaux sociaux pour réprimer les manifestations et empêcher l'opposition de s'organiser. Le dernier incident a eu lieu en mai, quand l'accès aux réseaux sociaux a été fermé [21]aussitôt après que l'opposition a appelé à une mobilisation nationale contre une réforme du code foncier kazakh.