Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Lenče Zdravkin, la Macédonienne que les réfugiés appellent leur ‘seconde mère’

Lenče Zdravkin on the balcony of her house in Veles, Macedonia. Photo by Viktor Popovski/IKS, CC BY-NC-ND 3.0

Lenče Zdravkin sur le balcon de sa maison de Veles, en Macédoine. Photo Viktor Popovski/IKS, CC BY-NC-ND 3.0

Quelques jours avant le Nouvel An, la plate-forme “Samo prashaj” (qui peut se traduire par “il suffit de demander”) a publié un article de Lenče Zdravkin, une journaliste devenue travailleuse humanitaire de Veles, en Macédoine, dont l'activité d'aide aux migrants et réfugiés lui vaut une large admiration.

La maison de Mme Zdravkin est voisine de rails de chemin de fer utilisés par les migrants et réfugiés qui passent de Grèce vers l'Europe occidentale. Une fois entrés illégalement en provenance de Grèce, ils évitent les moyens de transport normaux. Les automobilistes qui les prennent en auto-stop, et même les ambulanciers risquent l'arrestation pour trafic d'êtres humains. C'est pourquoi les réfugiés cheminent à pied en se guidant par les rails à travers cette portion Sud-Nord de la “Route des Balkans”.

Pendant l'été 2015, quand le nombre des migrants et réfugiés arrivant en Europe atteignait son pic, les autorités macédoniennes ont mis en place de nouvelles lois et  procédures pour faire face à l'afflux. Résultat, il y a maintenant moins de marcheurs sur la Route des Balkans, même s'il en reste beaucoup, surtout des migrants économiques soucieux d'échapper à la bureaucratie de la demande d'asile.

The town of Veles is located about halfway on the railway from Gevgelija to Tabanovce. Photo By Maximilian Dörrbecker (Chumwa) - own work, usinginformations about the Macedonian railway networkpolitical boundariesflag of Macedonia, CC BY-SA 2.5, Link

La ville de Veles est située à mi-chemin sur la ligne ferroviaire Gevgelija – Tabanovce. Carte des chemins de fer macédoniens sur Wikipedia commons de Maximilian Dörrbecker – Chumwa, CC BY-SA 2.5.

Le périple peut s'avérer périlleux. Ces dernières années, ce sont des dizaines de migrants et de réfugiés qui ont péri sur la voie ferrée ou à proximité, victims d'accidents ou d'agression des gangs locaux.

Dans son récit, Zdravkin écrit qu'elle ne pouvait se contenter d'observer passivement. Elle s'est donc mise à les aider de tout son possible, d'abord par ses propres moyens, puis dans le cadre d'un réseau croissant qui s'est développé malgré la xénophobie grandissante alimentée par les politiciens au pouvoir et les médias à leur service.

Lenče Zdravkin turned the ground floor of her house into a storeroom for humanitarian aid handed to passing refugees and migrants. Photo by Viktor Popovski/IKS, CC BY-NC-ND 3.0

Lenče Zdravkin a transformé le rez-de-chaussée de sa maison en lieu de stockage de l'aide humanitaire distribuée aux réfugiés et migrants de passage. Photo : Viktor Popovski/IKS, CC BY-NC-ND 3.0

Elle raconte :

Беше почетокот на 2013, некаде март-април, уште температурите беа вака ниски. Немаше време да чекам, ниту да прашам кои се, што се. Само што ги видов – млади момчиња, отидов бргу да купам леб, да им се помогне, да им се даде. Тогаш се уште го немавме законот за бегалци и не беше така слободно. Најчесто, тоа се случуваше исклучиво во ноќните часови и јас преседував по цела ноќ за да ги пречекам групите. Нивниот топот е поинаков од локалното население. Нивните нозе се тешки и кога ќе чујам како се движат по камењата, знам дека се тие.

Во долниот кат во куќата ги собирам донациите, се трудам секогаш да ги има сите основни работи за нивните потреби. Долго време бев оставена сама на себе, не знаев веќе што да извадам од дома. Се случува да има бегaлци кои примаат редовна терапија, па ќе ги испратам децата или самата ќе претрчам до аптека да купам апчиња. Хигиенски средства секогаш треба да има, обувки, храна, млеко за дечињата. Се случувало некои денови, во дворот, во ходникот, по скалите да има по 300, 400, 500 луѓе наеднаш, па треба да им дадеш предност на постарите, на бремените, за болните да повикаш Брза помош или Црвениот крст, а тоа што можев и самата го санирав.

C'était début 2013, vers mars-avril, les températures étaient encore basses, comme en ce moment. Pas le temps d'attendre, ou de leur demander qui ils étaient, ce qu'ils sont. Dès que je les ai vus, de jeunes garçons, je suis allée acheter du pain, pour les aider, le leur donner. A l'époque la loi sur les réfugiés n'avait pas été changée et ce n'était pas aussi libre. En général, tout ça se passait exclusivement de nuit, et je ne me couchais pas de la nuit pour attendre les groupes. Le son de leur pas est différent de celui des habitants. Leurs pas sont lourds, et quand je les entends se déplacer sur les rochers, je sais que c'est eux.

Je rassemble les dons au rez-de-chaussée de la maison, et j'essaie d'avoir tous les produits de première nécessité pour eux. J'ai longtemps fait ça toute seule. J'en suis arrivée au point de vendre beaucoup de mes affaires. Des réfugiés ont besoin de médicaments, alors j'envoie les enfants ou je vais moi-même faire un saut à la pharmacie acheter des comprimés. Les produits d'hygiène personnelle sont toujours en demande, les chaussures, la nourriture, du lait pour les enfants. Régulièrement certains jours, il y avait 300, 400, 500 personnes en même temps dans ma cour, dans mon vestibule, dans l'escalier. Il faut alors établir des priorités, s'occuper des personnes âgées, des femmes enceintes, appeler une ambulance ou la Croix Rouge pour les malades. Je pansais moi-même des blessures quand je pouvais.

Lenče Zdravkin in her home in Veles, Macedonia. Photo by Viktor Popovski/IKS, CC BY-NC-ND 3.0

Lenče Zdravkin dans sa maison de Veles, en Macédoine. Photo : Viktor Popovski/IKS, CC BY-NC-ND 3.0

И пред бегалците имав големо семејство, сега со нив имам уште поголемо. Ме викаат „Ленце“ или „мама“, дури и повозрасни од мене ме нарекле мајка. Еден ми рече оставив една мајка во Алепо, вие сте втората. Ќе ми се јават и ќе ми кажат: Mајко, стигнав на сигурно.

Сите ме почитуваат, ми праќаат пораки, сакаат еден ден да се видиме повторно, да ги посетам. Успеав да спојам 13 члена на едно семејство да се најдат во дворот тука. По една година ми се јавија да побараат помош повторно, ако може да им помогнам да ја најдат и последната сестра и нејзините деца. Во маса од илјадници бегалци, јас само викав: Јасмин, Јасмин, сè додека не се најдовме. Конечно успеа да се спои целото семејство. Сега се среќни, одат на училиште, учат јазик, многу ми е драго што се заедно.

J'ai eu une grande famille avant l'arrivée des réfugiés, j'en ai une plus grande encore à présent. Ils m'appellent “Lence” [prononcé ‘s’ au lieu de č ‘tch’] ou “maman”, même des personnes plus âgées que moi m'ont appelée mère. Un d'eux m'a dit, “J'ai laissé une mère à Alep, vous êtes la deuxième”. Ils me téléphonaient pour me dire, “Mère, je suis arrivé en lieu sûr”.

Tous me respectent, m'envoient des messages, veulent me revoir un jour, que je leur rende visite. J'ai réussi à contacter treize membres d'une même famille et pu les rassembler ici dans ma cour. Un an après, ils m'ont appelée pour que je les aide à nouveau, à trouver leur dernière soeur et ses enfants. Dans une masse de milliers de réfugiés, j'appelais Jasmine, Jasmine, jusqu'à ce que je la trouve. La famille a réussi à se réunir en entier. Ils sont heureux aujourd'hui, sont scolarisés, apprennent la langue, ils sont très contents d'être ensemble.

Lenče Zdravkin and the train tracks in Veles, Macedonia. Photo by Viktor Popovski/IKS, CC BY-NC-ND 3.0

Lenče Zdravkin à côté du chemin de fer à Veles, en Macédoine. Photo : Viktor Popovski/IKS, CC BY-NC-ND 3.0

Многу несреќи се случија. Возот зеде многу жртви. Тоа се луѓе што биле кај мене, сум им пружила помош и само на неколку километри подолу од мојата куќа возот ги прегазил. Трчав по институции за да ги закопаат на новите гробишта. Ископаа масовна гробница, викнав луѓе, оџа да ги испочитуваме до крај, според нивните обичаи. Oваа година и споменик им направив, напишано е и на арапски и на англиски, чувствував потреба да го направам тоа, ако еден ден некој ги побара, иако имињата не им се знаат. Кога и да се навратам на тоа, јас сум болна, тие слики не можат да згаснат. Во мене постојат милион бегалци кои заминаа и милион приказни и секоја од нив остави лузна.

Il y a eu beaucoup d'accidents. Les trains ont fait beaucoup de morts. Des gens qui étaient venus à moi, que j'ai aidés, et à peine quelques kilomètres de rails de ma maison ils étaient écrasés par un train. J'allais d'une administration à l'autre pour arranger un enterrement dans le nouveau cimetière. On a creusé une fosse collective, j'ai fait venir un imam pour rendre les hommages convenables, conformes à leurs coutumes. J'ai mis une stèle sur la tombe cette année, avec une inscription en arabe et en anglais. Je me suis senti l'obligation de le faire, au cas où quelqu'un les cherche, même si on ne connaît pas leurs noms. Chaque fois j'y pense j'en suis malade, ces images ne disparaîtront pas. Un million de réfugiés sont partis, et leur million d'histoires existent toutes en moi. Chacune a laissé une cicatrice.

Lenče Zdravkin

Lenče Zdravkin. Photo : Viktor Popovski/IKS, CC BY-NC-ND 3.0

Економските мигранти никогаш не престанаа да поминуваат. Сега ме контактираше едно момче, не знам ниту од каде е, дали е од Сирија, Ирак… Ми пишува – Јас ќе тргнам по секоја цена пеш, дали си ти таму? Се разбираме многу лесно, иако тие не го разбираат нашиот јазик, а јас не го знам доволно нивниот, но за да помогнеш некому и очите зборуваат. Мислам дека не случајно сум се погодила на ова место. Не велам дека многу сум им помогнала, но тие се толку истрауматизирани и истоштени, што за нив и една блага насмевка многу значи. Енергијата ја црпам од нив, откако ќе си дојдат на себе и тие знаат да се пошегуваат, имаат желба за живот, желба за понатаму. Сфатив, благодарение на нив дека секогаш треба да бидеме благодарни за она што го имаме. Жално е што не знаеме да го цениме тоа.

Les migrants économiques ne cessaient jamais de passer. Aujourd'hui, un garçon m'a contactée, je ne sais d'où, de Syrie ou d'Irak… il écrit qu'il “commence le voyage à pied quel que soit le prix, vous êtes là ?” On se comprend très facilement, même s'ils ne connaissent pas notre langue [le macédonien], et que je ne parle pas la leur, mais pour aider quelqu'un il suffit de se parler avec les yeux. Je pense que je ne suis pas là par hasard. Je ne dis pas que j'ai beaucoup aidé, mais ils sont tellement fatigués et traumatisés que même un sourire de gentillesse compte beaucoup pour eux. Je reçois mon énergie d'eux, quand ils ont retrouvé un peu de forces, ils peuvent raconter une blague, ils ont la volonté de vivre, de continuer. Grâce à eux j'ai réalisé que nous devrions toujours être reconnaissants pour ce que nous avons. C'est triste que nous ne sachions pas l'apprécier.

L'article de Zdravkin sur le portail Samo prashaj est publié sous licence Creative Commons Attribution-Pas d'utilisation commerciale-Pas de modifications 3.0 (CC BY-NC-ND 3.0). Global Voices traduit et republie ce témoignage important avec l'autorisation de l’Institute of Communication Studies (IKS) de Skopje, qui a composé l'article.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site